Tous les articles par Myriam Suchet

SÉMINAIRE OGRE – OUTILS ET GESTES DE RECHERCHE ET D’ÉCRITURE ◊ CRAE – CENTRE DE RECHERCHE EN ARTS ET ESTHÉTIQUE ◊

VENDREDI 2 AVRIL ◊ 14H00 – 17H00

photo © Stefania Becheanu

Lien vers le Discord : https://discord.gg/FYb8hywx

(1/ ∞ ) Boite à malices / Malette d’enquête : présentation indisciplinée

Pour commencer à faire connaissance, je propose de déployer pour vous les différents formats d’une recherche au long cours, dont le propos pourrait se résumer en une seule lettre : « s ». Il s’agit, en effet, de lire le « s » d’en français comme une marque de pluriel, ou encore : de traduire du français aux français. Une démarche indisciplinée s’est forgée chemin faisant, avec une cohorte de supports, chacun né en fonction d’une situation : publication de fanzines, d’ouvrages et de livrets, fabrication de cartes en tous genres, création de site ouebbe, et autres surprises à découvrir ensemble. Les domaines parcourus par cet « imaginaire hétérolingue » sont nombreux, depuis les littératures post- ou dé-coloniales aux ateliers de « FLE » (français langue étrangée)en passant par différentes pratiques artistiques et autres sciences (humaines et pas que). Il reste encore à investiguer la manière dont cette approche peut résonner de façon inédite grâce à vous et s’en trouver renouvelée, alors…  

(2/ ∞) Mise en place d’un dispositif relationnel

… alors nous expérimenterons ensemble les fonctionnalités de l’interface Discord pour composer en temps réel des agencements, combiner des mosaïques partagées à partir des éléments dont vous pourrez avoir eu envie de vous saisir lors de la présentation, mais surtout en fonction de vos propres recherches ou créations en cours. Chaque participantE sera ainsi conviéE à orchestrer une page virtuelle autour d’une question ou d’un objet de son choix, autour duquel viendront s’organiser des images en rebond, des citations en écho, des commentaires en annexe, des gloses en guirlandes de paperolles, etc.

(x / ∞)

et parce que je soupçonne déjà que cette expérimentation n’aura pas dit son dernier mot à la fin de cette séance : à suivre….

Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Usages de langues et dynamiques francophones en situations de pandémie (Perspectives in(ter)disciplinaires)

Journée d’études organisée par Valentin Feussi et Maëva Touzeau

Ces derniers mois, la pandémie du coronavirus a transformé notre quotidien en ébranlant les structures sociales de façon inattendue voire brutale. Elle a modifié notre vision du monde, de l’Autre et de nous-mêmes. Notre vie socio-professionnelle et familiale a été chamboulée et adaptée au cadre restrictif du confinement. En tant qu’événement (vécu comme catastrophe) qui traverse des manières particulières de vivre dans le monde, cette pandémie rappelle d’autres formes de violences et traumatismes qui ont marqué et marquent encore la mémoire collective. Les inégalités, la discrimination ont été réactivées, en même temps que la peur d’autrui, fondement de toutes les formes d’ethnocentrisme. Parallèlement ont émergé d’autres expériences sociétales, politiques ou médiatiques, des pistes visant à y répondre pour sortir le monde de cette situation inattendue. Dans les champs éducatifs et de la recherche, le recours au numérique est apparu comme un moyen pour dépasser les violences de l’enfermement et de la discrimination. Les applications de mise en relation (Tik Tok, Tinder, etc.), le distanciel formatif, les webinaires, les canaux, forums sont devenus centraux dans les rencontres sociales et professionnelles. La question de genre (et pas uniquement de celui de la/le Covid) s’est reposée à travers les violences familiales, plus particulièrement subies par les femmes, ce qui a souligné la condition inégalitaire des femmes dans le monde (francophone). La pandémie pose également la question de la mobilité sous l’angle de migrations « exogènes » ou « endogènes » (Calvet, 2000) et du besoin de lien social. Ce besoin a ainsi remis en scène le néologisme « solidaritude » apparue dans une chanson de Robert Charlebois en 1973, qui révèle, autrement, une nouvelle image de l’altérité. Quelle que soit la situation, le rôle notoire du masque est à souligner. Il est associé au souci d’autrui tout en faisant de l’autre le porteur de peur et de mort, obligeant à une nouvelle proxémie et une prise en compte de l’inconnu. Les Africains (francophones) plus particulièrement s’approprient cette situation inattendue par des solutions originales locales, ce qui légitime la pertinence de points de vue expérientiels et non-institutionnels dans la compréhension du monde.

Continuer la lecture de Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Lenguas vivas / langues vivantes / living tongues : un Événement radiophonique

En direct Samedi 6 mars 2021, 15h—17h

Et à (r)écouter sur *Duuu par ici : https://duuuradio.fr/archive/lenguas-vivas-langues-vivantes-living-tongues

Les Small Gualichos sont aussi disponibles ici : https://duuuradio.fr/archive

Avec: Mercedes Azpilicueta, Virginie Bobin, Hélène Harder, Emmanuelle Lafon, Lucile Sauzet, Pauline Simon et Myriam Suchet.


Mercedes Azpilicueta et Virginie Bobin invitent cinq collaboratrices de l’exposition «Bestiario de Lengüitas» à se réunir pour une conversation autour de leurs pratiques. Rassemblées pour l’occasion dans les studios de *Duuu dans le parc de La Villette, elles nous proposent d’imaginer des formes d’engagement et de partage passant par l’écoute, le bruit et la voix, des dimensions essentielles au projet.

Modéré par Virginie Bobin, cet échange sera ponctué d’extraits des pièces de Mercedes Azpilicueta, d’interventions plus performatives et de «small gualichos» (de petits sorts auditifs).
 

Mercedes Azpilicueta (née à La Plata, Argentine, en 1981) est une artiste visuelle et performeuse qui vit et travaille à Amsterdam et à Buenos Aires. Elle développe des processus de recherche et de production qui explorent les qualités affectives et la dimension politique du langage et de la voix, en lien avec les notions de performativité, de féminisme décolonial et de résistance. En 2018, elle a présenté sa première grande exposition personnelle au Musée d’art moderne de Buenos Aires, après avoir reçu le Pernod Ricard Fellowship (Paris) en 2017 et été artiste en résidence à la Rijksakademie (Amsterdam) en 2015-2016. Elle est titulaire d’une maîtrise en beauxarts (MFA) obtenue en 2013 au Dutch Art Institute/ArtEZ, Arnhem, et d’une licence en beaux-arts (BFA) obtenue en 2007 à l’Université Nationale des Arts (UNA) de Buenos Aires, où elle a également suivi le Programme d’artistes 2009-2010 de l’Université Torcuato Di Tella. Son travail a été exposé à Museion – Musée d’Art Moderne et Contemporain Bozen/Bolzano (2020), au Van Abbemuseum (Eindhoven) et à CentroCentro, Madrid (2019), à la REDCAT Gallery (Los Angeles, 2018), au MACBA (Barcelone, 2018), au Centre d’Art Dos de Mayo (CA2M, Móstoles, 2017), à l’Onomatopee (Eindhoven, 2016), au TENT (Rotterdam, 2015), à Móvil (Buenos Aires, 2015), à l’Irish Museum of Modern Art (Dublin, 2014) et au Het Veem Theatre (Amsterdam, 2014). Elle est représentée par Nogueras Blanchard, Madrid.

Virginie Bobin travaille au croisement de la recherche, des pratiques curatoriales et éditoriales, de la pédagogie et de la traduction. Elle poursuit actuellement un doctorat dans le cadre du PhD-in-practice de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. En 2018, elle co-fonde avec Victorine Grataloup la plateforme éditoriale et curatoriale Qalqalah. De 2016 à 2018, elle a été Responsable des programmes de la Villa Vassilieff, lieu qu’elle a co-créé. Elle a travaillé pour Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Witte de With, Manifesta Journal, Les Laboratoires d’Aubervilliers et Performa.

Hélène Harder est réalisatrice de films documentaires et s’intéresse notamment aux représentations de genre. Elle travaille actuellement à deux projets au long cours : Casamantes, une pièce transmédia avec Karima El Kharraze; et Fatna, a woman named Rachid, un long-métrage documentaire.

Emmanuelle Lafon est comédienne, metteuse en scène et autrice. Elle nourrit des passions, notamment les collaborations avec d’autres artistes, et les rapports entre écriture et oralité, ou musique, bruit et parole.

Lucile Sauzet est designer, basée à Paris. Son travail se concentre sur les notions de représentation et perception du corps, notamment dans le domaine du soin. Sa pratique comprend aussi bien la création d’objets et costumes expérimentaux que la recherche sur les usages dans une approche sensible, au service des vulnérabilités. En 2017, elle a fondé Flux Initiative, son propre studio de design.

Pauline Simon est chorégraphe et interprète. Sa pratique chorégraphique est marquée par une recherche transdisciplinaire, où la danse se pose comme vecteur autour d’un sujet ou d’un contexte et crée des liens entre l’intime et le politique. En 2020, elle obtient un master à l’EHESS de Paris, et travaille sur une nouvelle création issue de cette recherche, The great Hold up.

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant, quelque part entre la France et le Québec. Maître de conférence à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est membre de l’Institut Universitaire de France et travaille dans les interstices où les institutions rencontrent d’autres espaces de recherche-action-création. Elle a publié trois ouvrages : L’Imaginaire hétérolingue (Paris, Classiques Garnier, 2014), Indiscipline! Tentatives dUniverCitéà lusage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019).

*Duuu est une webradio dédiée a la création contemporaine. Fondée en 2012 par des artistes, cette radio est née du désir de faire entendre des situations de réflexion et de travail. Inventant ce que pourrait être une radio d’art aujourd’hui, elle expérimente d’autres modes de parole, et travaille depuis huit ans à croiser des voix parallèles et susciter des rencontres. *Duuu est à la fois un outil de production de situations radiophoniques, une plateforme de création d’objets sonores, et une archive en mouvement. *Duuu est en résidence au CAC Brétigny dans le cadre de ≪Transmissions≫.

Ressources

Première PARUTION d’un Livret trimestriel de recherches en cours

Traduire du français aux français

Livret d’une recherche en cours – Les littératures francophones difractent « la langue », de la page à l’écran

Cette parution trimestrielle, concoctée en complicité graphique et éditoriale avec les Éditions du commun, vise à diffuser une recherche en cours et, plus encore, à vous convier à y prendre part, donc à la transformer.

Cette recherche invite à lire le « s » de français comme une marque de pluriel. L’objectif est de rendre compte de textes francophones qui sortent du modèle de « la langue » une et indivisible. Leur apport est souvent pensé en termes de rayonnement et de diversité (multilingue) alors qu’ils travaillent la différence de la langue même, diffractée (hétérolingue). L’enjeu est plus large : faire face aux situations où il semble que nous ne parlons pas la même langue et pourtant français.

Trois plans sont corrélés :

  1.  poétique : établir une approche non-monolingue des textes
  2.  numérique : créer une plateforme et une édition hypertextuelle inédites
  3.  social : penser le rapport de cette recherche à sa propre langue dans une optique de médiation scientifique ou de traduction du français en français (au pluriel).

Ce livret a été fabriqué à la main et tiré à 180 exemplaires. Il est disponible dans certains lieux physiques et en commande sur internet.

Rendre visibles les digressions du monde, atelier le Lundi 11 janvier 2021

Lundi 11 janvier se déroulera l’atelier indiscipliné organisé par Clio Simon en partenariat avec la MESHS de Lille et le CRP/.

Cette journée d’étude a été initiée par le CRP/ en partenariat avec la MESHS de Lille et s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement artistique « artiste associé.e » que le centre d’art développe depuis deux en lien avec ses axes de recherche liés :
– à la nature des images, à leurs régimes, et à leur place et leur utilisation dans les pratiques artistiques contemporaines, ainsi qu’à leur contribution aux sciences humaines et sociales,
– aux formes d’engagements de l’artiste dans l’espace public, notamment aux formes « d’activisme artistique » dans le champ de l’Histoire.

Le lien de connexion est celui-ci.

HORAIRES 10h – 12h et 14h – 17h

Déroulé 11012021

« Digresser : pour ma part j’opte pour le verbe, car mon envie première serait de faire, plutôt que de parler à propos de la digression. J’aimerais la faire advenir, la tramer comme un faisceau de relations entre les propositions-interventions qui nous réunissent. L’envisager en acte comme une série de maillons rapides, une prolifération de possibles, un facilitateur à vases communicants. Au fond, c’est une manière de reprendre le principe de mon dernier livre pour le mettre au service de notre journée. »

Ma présentation sera appuyée sur cette collection de perles, que vous pouvez compléter, ré-agencer, augmenter...


Atelier-discussion dans le cadre de la journée « subversion: : une pensée de la répétition critique » (ad hoc)

Tout au long de la journée, une collection a été glanée que vous pouvez (re)trouver et compléter ici : https://www.pearltrees.com/msuchet/subversion/id37277471

 

Texte du programme :

Selon la logique butlérienne voulant que la subversion soit une façon de questionner de l’intérieur la pertinence des structures ainsi que leur naturalisation, cette rencontre reprend le format de la journée d’étude tout en s’en distanciant. Plutôt que de proposer des panels, elle s’organise sur le principe du dialogue. La configuration habituelle (trois communications, suivies d’une période de questions) est ici remplacée par une série d’interventions en binômes. Ce temps libéré au sein de chaque panel est destiné à la discussion – entre les intervenants impliqués, avec la salle – portant sur les rencontres possibles ou impossibles entre les sujets abordés, sur les logiques relationnelles qui peuvent unir ou opposer entre elles les interventions.

L’événement, qui devait initialement se dérouler à l’extérieur des murs de l’université, prendra place au sein d’un espace virtuel en raison de la situation politique et sanitaire actuelle.

Tout au long de la journée, vous êtes invité.e à contrecarrer/amoindrir/subvertir le distanciel en remplissant une « page relationnelle » (inspirée de la maquette du livre L’horizon est ici) pour prolonger encore le dialogue entre les présentations, amplifier leurs résonances et entrecroiser les pistes qu’elles soulèvent. Lors de l’atelier par lequel s’ouvrira la discussion entre Laurence Perron et Myriam Suchet, nous vous proposerons un temps de mise en commun de ces pages relationnelles.

« L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique »

En attendant d’être en mesure de penser mieux, je copie-colle ici le communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) suite à l’accusation « d’islamo-gauchisme » par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.

La Conférence des présidents d’université (CPU) souhaite faire part de l’émotion suscitée par les propos tenus par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, sur Europe 1 et au Sénat, le jeudi 22 octobre, qualifiant « les universités » de lieux où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y « fait des ravages ».

Continuer la lecture de « L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique »

Festival de la contre-allee « En commun. Langues, Traduction & Société », lille, du 7 au 11 octobre 2020

Texte du programme

Une page dressée comme une table de convives
 
«Y trouve qui veut ce qu’il veut. Ce sont des amorces, l’important c’est qu’elles promettent». C’est sous l’égide de cette injonction à la découverte lancée par Roland Barthes que Myriam Suchet déploie L’Horizon est Ici, pour une prolifération des modes de relation (Éditions du commun, 2019), ouvrage expérimental dans lequel la littérature se révèle force créatrice de liens entre les textes, les êtres et les idées. Avec sa mise en forme empruntée au Talmud judaïque, cet horizon tenu à portée de mains fait dialoguer des fragments textuels aux quatre coins de chacune des pages. Au fil de ces échanges se tisse la possibilité d’autres modes de relations qui pourraient bien ouvrir la voie à des manières alternatives « d’être à la fois entre nous, en nous-mêmes et au monde ».
Modération : Dulia Lengema

Voir http://www.lacontreallee.com/residences/dun-pays-lautre/en-commun-langues-traduction-soci%C3%A9t%C3%A9

« Formes de recherches », retour agencé sur un atelier Exerice

Lors de son AG du lundi 3 février, le laboratoire Experice s’est déclaré en « Assemblée Générale permanente » pour ne plus taire les conditions d’activité de ses membres. Pour le séminaire doctoral du vendredi 14 février 2020, sont invité•e•s « titulaires, praticiens-chercheurs, étudiant-es, voisin-es, citoyen-nes, doctorant-es… ». Le programme initial était de m’inviter (Myriam Suchet) à présenter mon dernier ouvrage, paru en novembre 2019 aux Éditions du commun sous le titre L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations. Étant moi-même en grève et carré rouge, je me saisis de cette invitation à reconfigurer la rencontre, qui s’intitulera désormais : « L’horizon de l’univerCité est ici. Pour une prolifération des modes de relation en / de recherche ».

Agencements n°5, paru en septembre 2020, contient un retour sur cette expérience partagée, à (re)trouver par ici https://www.editionsducommun.org/products/agencements-n-5-septembre-2020

Et voici un aperçu :

 

Pépites (merci A Pedro Prazeres et A Leyyoki)

Bigé Romain, « Nap-ins. Politiques de la sieste », www.pourunatlasdesfigures.net, dir. Mathieu Bouvier, La Manufacture, Lausanne (He.so) 2018, consulté en ligne le 21/04/2020


Quentin Hardy, « Coronavirus, un saut de l’ange existentiel et politique », Terrestres, 31 mars 2020, https://www.terrestres.org/2020/03/31/coronavirus-un-saut-de-lange-existentiel-et-politique/


https://www.youtube.com/watch?v=2M_Wz2BoH3Y

Croquis cinégraphique de notes éparses sur le confinement et le coronavirus. Les images sont générées à partir de morphing d’une forme à une autre (voir index à la fin de la vidéo). Le processus est décrit sur instagram: https://www.instagram.com/p/B94DwRCnTFs/

more : http://leyokki.org/

image © Leyokki

Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, « En quoi aujourd’hui diffère d’hier », entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

Continuer la lecture de Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le « projet » LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un « soi » par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de « chez soi » où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

Continuer la lecture de non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)