Tous les articles par Myriam Suchet

*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples.

Stratégiquement, d’abord. Si l’on choisit comme ligne d’attaque le dysfonctionnement du système, on risque d’obtenir qu’on le rende plus performant. En réalité, il est déjà beaucoup trop opérationnel. Certains établissements ont choisi de paramétrer de manière très fine les lycées d’origine, les appréciations des « fiches avenir », chaque critère se transformant en chiffre pour rentrer dans une moyenne. Puisque personne ne peut être ex-aequo, chaque note, précisée jusqu’au millième de point, est classée. On peut vouloir dénoncer cette réduction quantitative, mais c’est très exactement la logique : assigner à chacune et chacun, dès son âge le plus déraisonnable, une place. Une seule. Hiérarchisée d’emblée par rapport aux autres, sur un compteur qui totalise une large majorité de la population puisque 80% d’une classe d’âge a le Bac et que la plateforme regroupe toutes les demandes de formation, des Universités aux prépas en passant par les BTS, les DUT, etc. La montée en visibilité de la concurrence entre candidats, comme entre établissements, n’est pas une erreur du système : c’est l’une des conséquences de son fonctionnement, celui du tri sélectif (dont les résonances et dissonances, depuis les déchets jusqu’aux migrants, en passant désormais aussi par les étudiants et étudiantes du futur, indiquent le n’importe quoi). Installée comme allant de soi, la logique de la sélection se retrouve parfois embarquée dans de toutes petites phrases d’apparence anodine :

Franchement, n’est-ce pas normal de se confronter à son vrai niveau ? Bon c’est sûr, à un moment, si on fait pas des efforts… faut être réaliste. On voit bien le taux d’échec et d’abandon en 1ere année à la Fac. On sait bien que la sélection existe, c’était juste plus hypocrite avant. J’ai eu 19,5 en philo au bac, ou 17 de moyenne en maths depuis la 3ème, et n’ai été prise nulle part… C’est sûr, si tout le monde pouvait entrer en prépa ce serait mieux. Depuis 3 ans on fait cours à des étudiant.e.s qui n’ont même pas choisi d’être là. C’est effroyable comme le niveau baisse. Chez nous il n’y a pas de problème, notre filière n’est pas en tension. Moi ça ira, j’irai dans le privé. Même sans venir de classes aisées, on peut s’en sortir avec ParcourSup, d’ailleurs le site https://www.tonavenir.net/ offre de vous aider grâce à des forfaits allant de 320 à 560 euros pour la formule « sérénité » – bientôt, les frais d’inscription universitaires augmenteront pour implémenter ces aides et améliorer la plateforme.

Mais le véritable enjeu est peut-être tapi derrière cette sélection qui, pour scandaleuse qu’elle soit, ne fait pas moins écran à ce qui la suscite – et c’est là que l’argumentation contre les dysfonctionnements de ParcourSup est dangereuse : elle empêche de saisir ce qui est en jeu, en espérant simplement corriger les erreurs du système, en adoucir les angles, le perfectionner et le naturaliser encore.

Quelle est, alors, la ligne d’attaque et de conduite ?

Il faut refuser ParcourSup et sa vision du monde. Car la sélection est elle-même au service d’un autre rouage, celui d’une gouvernementalité algorithmique. La réduction, en effet, est double : il y a celle des moyens, et celle du réel à une équation sans aucune inconnue. Il s’agit d’exclure tout « x », de se prémunir d’un événement non encore advenu, d’une surprise, d’un devenir qui excède le calcul des probabilités. La petite marge où APB tirait au sort était problématique, mais le principe même de ParcourSup est de supprimer la chance et, par-delà, l’idée même du possible. S’il devait être juste, sa justice serait celle du calcul de probabilités, agrémenté d’un déterminisme quantitatif : chaque candidat est ramené à la suite de ses notes (et appréciations transformées en notes) depuis le collège. Au lieu de vouloir améliorer et corriger les bugs de la plateforme, c’est-à-dire s’efforcer d’améliorer encore l’adéquation des êtres et des places en réduisant les marges d’erreur, les effets d’improbable, travaillons à contrer cette vision statisticienne qui s’impose comme un mode de gouvernement.

Pour cela, je propose une stratégie discrète, voir imperceptible, et complémentaire aux AG, grèves, blocages, exigences de moyens supplémentaires, et autres revendications indispensables pour abroger la loi ORE : il s’agirait d’activer l’Université comme un potentialisateur, une génératrice à alternatives pour échapper à ce qui semble ne pas pouvoir être autrement. Repensons et pratiquons concrètement l’Université sur le modèle de l’Hacienda esquissée par Ivan Chtcheglov/Gilles Ivain ou de l’université spontanée (Sigma) proposée par Alexander Trocchi : elle est toujours à bâtir et en voie de construction car elle n’existera jamais, ce qui signifie aussi qu’elle est déjà là, bien cachée sous l’évidence de l’existant, glissée dans un pli improbable de l’espace-temps, furtive, à actualiser par nos manières de faire, d’être, de désirer, de nous organiser.

Envisageons et pratiquons chaque salle de classe comme une cellule active d’imaginaire, chaque couloir comme une courroie de transmission, chaque porte comme un seuil, multiplions les interstices dans nos modes de faire, nos audaces dans nos manières de penser. Inventons une langue universiterrienne dont les verbes se conjuguent au potentiel pour actualiser ce que nous désirons ici et maintenant, comme l’enfant qui joue se transforme illico en pirate, ou en fée, en prof, en élève ou en nénuphar, par le prodigieux pouvoir d’un « on dirait que je suis… ».

Il existe de multiples lieux, des communes, des ZAD, des hackerspaces, des Scops, des coopératives, des centres autogérés et des groupes militants dans des domaines aussi différents que l’agriculture, l’art, les nouvelles technologies ou la construction, où l’on expérimente des manières de vivre, de travailler, de se déplacer, de se nourrir, de s’habiller, d’habiter, d’être en relation. Je propose de charger l’Université de la tâche de se faire la caisse de résonnance, l’agora où se mettre à l’écoute et agencer des savoirs, des compétences et des manières de faire, jusqu’à ce que l’illusion du « il faut bien » cède sous la puissance proliférante des possibles. Il s’agit de prêter attention aux potentiels concomitants et constitutifs de chaque maintenant, au lieu de leur imposer sans cesse une seule courbe d’effondrement des possibles ou de les reléguer à un horizon d’autant plus désiré qu’inatteignable. C’est vertigineux, c’est inquiétant, c’est alors que l’esprit critique n’est pas simplement un mot d’ordre, la culture un divertissement, le savoir une chose inerte que la pensée vive a déserté.

Je me souviens d’un livre (mauvais) où figurait l’image suivante :

A en croire les auteurs, il y a ceux qui y voient un canard. Et ceux qui y voient un lapin. Quelques années plus tard, au cours d’un séminaire donné par un artiste (Philippe Poncet), émerge une autre possibilité : on peut considérer qu’il ne s’agit ni d’un canard, ni d’un lapin, mais d’une image. D’une représentation dessinée d’un lapincanard. Aujourd’hui encore, j’utilise ce déplacement comme un truc pédagogique pour initier à la lecture en littéraire, qui se préoccupe moins du « quoi » que du « comment ». Pour demain, j’aimerais que chaque enseignement m’amène à reconsidérer la possibilité de voir et un lapin, et un canard, et un dessin, et pourquoi pas d’autres choses encore. Non que toutes ces options soient équivalentes (tout dépend de ce que l’on veut en faire) mais surtout pour ne pas stabiliser une vision unique contre tous les possibles disponibles ou à faire advenir. Je voudrais développer la générosité et l’humilité de ne pas présager de ce qui peut émerger.

Prenons donc acte de la situation inédite qu’offre la démocratisation de l’enseignement supérieur, réjouissons-nous, accueillons cette formidable occasion de décentrement, d’apprentissage d’un nouveau métier, où la transmission et l’évaluation doivent chambouler l’existant et les données pour en faire jaillir de l’inédit. Au lieu de laisser la recherche se détacher de l’enseignement au niveau de la licence, cela permettra de faire chaque enseignement une recherche. Adressons-nous aux lycéennes et lycéens sur le mode du désir, comme les collègues en cinéma de l’Université Paris 8. Convions tout le monde à venir y prendre part en commençant par accueillir tous les mondes qui nous peuplent, car les étudiants sont aussi des travailleuses, les Professeures aussi des apprenants, les administrateurs parfois artistes, les précaires des alliées souvent durables. Espérons que les vigiles qui montent la garde aux grilles universitaires puissent aussi avoir la chance d’étudier, et que nous saurons ensemble avoir la vigilance de veiller à l’ouverture des possibles.

Atelier d’indiscipline radiophonique, TNP Villeurbanne, le 26 mai

À l’écoute d’une langue universiTerre dans le cadre des Langagières

L’universitairien est une langue étrange qui ne semble exister qu’entre les murs de l’université. Passé à la moulinette de l’imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet et au micro de David Christoffel, cet obscur jargon devient un plaisir radiophonique.
Atelier participatif ouvert de 15h00 à 19h00
En partenariat avec l’UNIPOP Lyon

Rejoignez l’aventure de cet atelier radiophonique dès le matin ! De 11h00 à 13h00, venez jouer avec nous ! Nous écouterons, débattrons, enregistrerons jusqu’à façonner, piste après piste, une langue joyeusement indisciplinée.
Tarif spécial : Pass Jour à 5€. Uniquement sur inscription : • j.kahn@tnp-villeurbanne.com (8 personnes maximum)

Découvrez l’univers :
• Méthode audio de langue universitaire
• Promenade sonore à l’écoute d’une Babel universiTerre

 

Pour un imaginaire hétérolingue dans LE Casier (erg, Bruxelles)

Merci à Guillaume Clermont pour son invitation à participer au Casier !

POUR UN IMAGINAIRE HÉTÉROLINGUE

Myriam Suchet

7 mai 2018 – 20 mai 2018

Vernissage le 7 mai à 17h

Le Buvard — librairie ambulante

7 mai 2018 à 15h

 

Le Buvard, est un projet de librairie ambulante porté par l’écrivain Michel Vézina. Pour la deuxième année consécutive, Le Buvard sillonne la Belgique et la France avec à son bord une riche sélection de littérature québécoise et de microédition diverses: poésie, romans, essais, BD, littérature jeunesse. Depuis la mi-janvier et jusqu’au début juin, le saltimbanque de la littérature roule à la rencontre des lecteurs.

Le 7 mai dès 15h, Le Buvard sera à l’erg, à l’occasion du projet de Myriam Suchet au casier.

Coagulons (ou pas, finalement)

« Vouloir faire masse, c’est en quelque sorte présenter tout cela comme relevant d’une cohérence, ce que je conteste. Je conteste l’orientation de votre question qui viserait à voir une logique ou à vouloir créer une coagulation dans ces mécontentements. Il n’y en a pas tant que cela. Le mécontentement des cheminots a peu à voir avec le mal-être profondément légitime qui est à l’hôpital et qui dure depuis des années… » Emmanuel Macron

 

Une demi-heure environ après le début de l’entretien mené par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, Emmanuel Macron s’insurge contre un « amalgame » qui consisterait à « vouloir faire masse », établir une « logique », une « cohérence » ou encore « créer une coagulation » entre des « colères » ou des « mécontentements ». L’abondante mise en série de termes choisis pointe vers ceux qui sont passés sous silence : « coalition », « convergence », « luttes ». Ce lapsus volontaire ne se contente pas d’escamoter des mots et d’intervertir des lettres : elle dépolitise, elle cherche à nous déposséder des forces de nos élans. Pourtant, de Notre-Dame des Landes à la SNCF en passant par les Universités, nous savons et nous éprouvons, par-delà l’écart indéniable des situations, une basse sourde et continue qui nous traverse.

Au fil de la journée, j’oscille entre trois attitudes :

  1. être en colère– parce que c’est désobligeant de réduire un soulèvement dont les foyers sont multiples à une piqure de moustique qui démange et que l’on gratte mais qui sera bientôt un mauvais souvenir, une croûte de sang séché. Par la poésie d’une pancarte aperçue en manif, « coagulons-nous » est devenu « cagoulons-nous ». La violence, alors, démasque, elle tend un miroir à la violence d’Etat celle qui fait couler le sang jusque dans les figures de style – et sur combien de visages.
  2. être en colère, encore, contre la mauvaise foi d’un pouvoir qui feint de ne pas comprendre que l’on n’est pas dupe et qu’il n’a pas le monopole de la logique ni de la cohésion, même s’il a la puissance de récupérer certaines de nos valeurs (partage, émancipation, solidarité, esprit critique, créativité) pour les mettre au service de son fonctionnement à lui : une logistique de la productivité et de la rentabilité à court-terme reposant sur une gestion technocratique de flux aussi tendus que délocalisés, un contrôle liberticide exercé au nom de notre sécurité, la transformation du travail en variable d’ajustement dans une économie en ébullition spéculative,
  3. essayer d’en tirer matière à penser, et là…

Et là je ne sais pas bien, parce qu’il est tard le soir ou tôt le matin. Parce que je vois bien les ratés, les écarts, les fatigues, les désaccords qui font qu’elle est loin d’être gagnée, la lutte, et fragile, la solidarité. Mais j’essaye. Et je me dis qu’il y a peut-être un intérêt à faire l’exercice mental de ne pas voir de lien entre les revendications à la SNCF, à l’hôpital, à Notre-Dame-des-Landes, et à l’Université.

Admettons. Envisageons la possibilité que se dessine là autre chose qu’un front, une grève générale ou un blocage. Que notre forme n’est pas répertoriée, qu’elle n’émarge à aucun des répertoires de lutte disponibles – dont l’obsolescence nous saute au visage. Sous le radar, nous inventons (sans même le savoir vraiment, sans doute) des modes de subjectivation qui passent sous la barre de la reconnaissance individuelle, des chemins de pensée qui échappent aux référentiels en vigueur, des connaissances qui se moquent des paradigmes disciplinés des savoirs académiques. La psychologisation facile que vous nous servez n’a pas prise car ce n’est pas d’un mal-être que nous souffrons, au contraire : nous ne cessons de reconfigurer ce qu’être peut vouloir dire, sentir, éprouver, composer. Chaque réparation de vélo échangée contre un panier de légume, chaque colocation qui s’aime comme une famille composée autrement, chaque passage de frontière aimanté par le rêve d’une vie à vivre véritablement, chaque classe qui s’active hors les murs trace des formes de vie qui ne se conjuguent plus au masculin singulier : chacun, prodigieusement, prolifère. Chacunes, ensemble, c’est-à-dire aussi avec nos foulitudes intérieures, nous inventons de nouvelles modalités relationnelles. La relation n’est plus ce qui m’unit à l’autre, c’est la texture même de ce nœud que j’appelle moi, et que j’apprends à composer et recomposer sans cesse, généreuse d’inédits.

Alors non, finalement, nous ne coagulerons pas. Car pour coaguler il faut passer d’un état liquide à un état solide ce qui veut dire tout à la fois ralentir, cesser de se mouvoir et de s’agiter et aussi passer à une autre échelle d’agencement, du moléculaire au molaire, de l’imperceptible à la « masse ». A l’inverse, nous proliférons en flux dans les bocages et même jusqu’aux blocages.

Et admettons que vous ne pouvez pas voir ce qui est véritablement en jeu, car vous n’avez aucun accès à la réorganisation perpétuelle de chaque troupe, de chaque organe, de chaque cellule, de chaque flux d’énergie. Alors méfiez-vous : nous sommes encore plus nombreuxes que prévues. Et nous finirons pas déborder la pauvre logique du combien par l’anticoagulant du comment.

 

 

A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

Pour un aperçu du jeu de tarot hétérolingue, rendez-vous sur le blog de la Bibliothèque en vadrouille (billet n°118)

*

Salon, discussions, débats, présentations, exposition, happening autour des pratiques artistiques non alignées.

25-26 novembre 2017

Une proposition mise en scène par Jean-Charles Agboton-Jumeau, critique d’art & Laurent Marissal, peintre.

L’AN 0 du festival non-aligné(e)s [FNA] sous-titré Cellule(s) dormante(s), lève un coin du voile sur une partie immergée ou sous-exposée des pratiques symboliques contemporaines, pour autant qu’en effet, « seul peut se dire contemporain celui qui ne se laisse pas aveugler par les lumières du siècle et parvient à saisir en elles la part de l’ombre, leur sombre intimité et reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps. »
Ergo, poursuit Giorgio Agamben, la « voie d’accès au présent a nécessairement la forme d’une archéologie » qui, détourne intempestivement « la lumière, hors de sa fonction d’illumination du présent, vers l’assignation de l’infini, de l’invisible, de l’inatteignable », comme Jean-Luc Marion en convient lui aussi.
Le [FNA] prend acte de ce que les institutions (et le marché dont elles dépendent sous peine de mort désormais), sont respectivement l’arbre et son ombre qui cachent la forêt. Le festival inventorie donc, dans un lieu coopératif par excellence, des pratiques artistiques, symboliques ou savantes, minoritaires ou dissidentes qui, inscrites à la limite de la lisibilité institutionnelle et/ou de la solvabilité marchande, s’avèrent indifféremment :
alternatives (an)alphabètes anaparachroniques – autonomes – émancipatrices– expérimentales – (im)personnellesmarginales – singulières, &c.
Le [FNA] veut ainsi rendre possibles des :
agencements– complicités– dé(con)structions – perruques– sabotages – rhizomes – solidarités – subversions – &c.
qui, inactuels, inédits & cosmopolites, s’étendent à perte de vue quelque part dans l’inachevé ou dans l’ineffectué…

Continuer la lecture de Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

« Traduire » : lancement d’Intermédialités #27 au Port de tête, mardi 7 novembre, 18h

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons au lancement du numéro « Traduire » le mardi 7 novembre, à partir de 18 h à la libraire Le port de tête (269 Avenue du Mont-Royal E. Montréal), en compagnie de Myriam Suchet, de l’artiste Zviane et des intervenant.e.s au numéro, en personne ou par leurs écrits !

Vous trouverez l’évènement Facebook ici, à partager sans modération !

En espérant que vous serez des nôtres !

Revue Intermédialités Intermediality traduire / translating No 27

Sous la direction de Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Ce numéro thématique regroupe des articles de :

  • Jon Solomon (Université Jean Moulin – Lyon 3)
  • Camille Bui (Université de Montréal et Université Paris Diderot)
  • Karina Chagnon (Université du Québec à Montréal)
  • Lucia Quaquarelli (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense)
  • Maude Lefebvre (Université du Québec à Montréal)
  • Barbara Bourchenin (Université Bordeaux-Montaigne)
  • Geneviève Robichaud (Université de Montréal)
  • Julie Chateauvert (Université Paris 8)
  • Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Artiste invitée :

  • Nurith Aviv, Signer en langues (2016)

(In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Colloque de l’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française

1er au 3 novembre 2017, Université Laval (Québec, Canada)

L’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française (ACSALF) organise son colloque général sur le thème des (in)disciplines. L’invitation s’adresse aux anthropologues et sociologues et à ceux et celles qui partagent leurs perspectives d’enquête et d’analyse.

Argumentaire

Pourquoi les (in)disciplines ? Continuer la lecture de (In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Expirer – exaspérer – exister : être gonflé

La Pensée coulisse autour de « Néant » de Dave Saint-Pierre , Jeudi 12 octobre 2017, de 17h30 à 19h30

Comment se renouveler quand on s’appelle Dave-Saint-Pierre ? Jusqu’où faut-il être gonflé pour trouver l’inspiration ? Comment inventer des formes pour vivre quand, tout autour de nous et jusqu’au dedans, le souffle semble manquer ?

Réunies autour de Néant, le dernier spectacle De Dave Saint-Pierre, en forme de « performance muséale », quatre chercheures (qui sont aussi bien d’autres affaires) prennent la question au bond pour l’envoyer ailleurs. Car derrière l’angoisse du créateur se profile un problème d’une actualité aiguë : comment inventer des formes pour vivre quand, tout autour de nous et jusqu’au dedans, le souffle semble manquer ? Penser le spectacle devient une manière d’explorer différentes pistes : les pratiques somatiques et leur puissance biopolitique autant qu’écopoétique, la plasticité métamorphique des corps vivants, la prise de risque performative et aussi, selon vos lignes de désir ou vos préoccupations : le travail, le temps devenu fou, la solitude, le devenir queer, les clichés et autres faux-semblants… Indisciplinée, notre  réflexion déambulera de l’espace d’exposition au sol de la petite salle, articulant gammes physiques et mentales – venez en habits confortables et en esprit curieux !

Avec

  • Joanne Clavel, chercheuse en humanités environnementales, docteure en écologie, membre fondatrice du collectif d’artistes Natural Movement.
  • Isabelle Danto, historienne de la danse et critique d’art pour la revue Esprit, chargée de production audiovisuelle au Centre Pompidou.
  • Myriam Suchet, chercheure indisciplinée, responsable du Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
  • Mathilde Papin, danseuse, chorégraphe et chercheuse en philosophie, fondatrice du collectif de performeurs Bourbaki. 
  • En compagnie de Dave Saint-Pierre et Alex Huot.

Un partenariat du Centre d’études québécoises et du Tarmac, scène internationale francophone.

  • La Pensée coulisse est un rendez-vous annuel fomenté par Myriam Suchet (Centre d’études Québécoises, Sorbonne Nouvelle – Paris 3) en complicité avec Julien Bourguignon (responsable des publics au Tarmac, scène internationale francophone). Résolument indisciplinaire et même indisciplinée, La Pensée coulisse associe publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie : en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ? Le format, inventé ad hoc autour d’un spectacle de la programmation, varie à chaque édition (atelier, débat, exposition, etc.) avec un point commun : toutes les éditions seront gratuites et ouvertes à tou.te.s.
Photo : Ingrid Florin
Lieu(x) : au Tarmac – scène internationale francophone * 159 avenue Gambetta – 75020 Paris * Métro Saint-Fargeau

Une Babel universiTerre : à l’écoute des savoirs en acte (Campus Condorcet, 22-23 septembre 2017)

Atelier proposé par Myriam Suchet et David Christoffel avec les Fabriques de sociologie.

Il s’agit de mettre l’UniverCité en situation d’apprendre de celles et ceux qui expérimentent des manières alternatives de (savoir) faire, s’organiser, résider, bâtir, cultiver, créer et chercher hors des sentiers battus.

Dans le cadre du programme Des collectifs d’artistes et/ou d’architectes en recherche de nouvelles écritures urbaines

Résumé du programme > L’atelier associera des créateurs et des chercheurs autour d’une réflexion commune : Comment expérimenter une nouvelle écriture de la ville contemporaine à partir des expériences émergentes de « communs urbains » ? Il s’agira de documenter ces expériences afin de favoriser leur mise en discussion et problématisation. L’atelier contribuera aux débats contemporains sur la constitution des communs et favorisera la coopération entre création (art et architecture) et recherche autour de ces enjeux.

Partenaires >

  • Pascal Nicolas-Le Strat, Professeur des universités, Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Myriam Suchet. UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.
  • Etienne Delprat. YA+K Collectif d’architectes et artistes (Bagnolet – 93).
  • Martine Bodineau, Fabriques de sociologie 93 (Saint-Denis).
  • Louis Staritzky. Collectif-en-devenir (Université Paris 8).

Langage et pouvoir, autour du spectacle d’Ubu-Roi (ou presque )

Dans le cadre des  Résonances TNP UNIPOP (Université populaire de Lyon)

Voir sur le site du TNP

Intervenants :

– Myriam Suchet, Chercheure indisciplinaire, directrice du Centre d’études québécoises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et intervenante à l’Université populaire de Lyon

– Pauline Noblecourt, conseillère littéraire

 

– Guillaume Protière, Doyen de la faculté de Droit et Science politique à l’Université Lumière Lyon 2, modérateur

24 août 2017 – Frottement des langues et des voix : l’UniverCité à l’écoute

Atelier en recherche-création organisé dans le cadre du Catalyseur d’imaginaires urbains au Virage, Campus Outremont de la future Université de Montréal.

Catalyser une recherche-création dans un campus en devenir, c’est prêter l’oreille aux langages concordants ou dissonants qui y bruissent déjà. Se mettre à l’écoute de ces voix inspire d’autres manières de savoir, faire, s’organiser, résider, bâtir, cultiver, créer et chercher hors des sentiers battus.

L’atelier « Une Babel UniversiTerre », orchestré par Myriam Suchet (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) avec Dominic Hardy (Université du Québec à Montréal), Nicole Lattuca et en complicité avec Projets Ephémères, propose de parcourir le Campus-MIL et ses environs à la recherche des différences dans « la langue », d’enregistrer ces différences et d’en faire les matériaux d’une réflexion et d’une création communes.

En soirée, les membres du groupe électro-pop Rouge Tonic proposent un atelier-conférence autour du film Eldorado de Charles Binamé et de la représentation d’un « Montréal mythique », une performance musicale participative et visuelle (avec le collectif Les hommes de lettres) de leur chanson inspirée du film, pour terminer avec un concert en plein air présentant leur univers musical.

PS : pour quelques souvenirs, l’album photo est par ici, merci à Daniel Pereira Milazzo !