Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

La collection Post-Posters est une initiative d’Antonio Gallego & Mathieu Tremblin

À l’occasion de la double exposition à AEDAEN et au Syndicat Potentiel en mars 2019 à Strasbourg consacrée au groupe Banlieue-Banlieue* (°1982, Poissy), Antonio Gallego et Mathieu Tremblin initient une proposition coopérative autour de l’affichage public intitulée Post-Posters qui rassemble des artistes du monde entier.

Post-Posters est une collection d’affiches en noir et blanc au format 59,4 x 84,1 cm horizontal ou vertical imprimées au traceur sur papier blanc ou fluo 80 g/m2 à coller dans l’espace urbain, en affichage sauvage, sur les panneaux d’expression libre ou dans les espaces publicitaires.

L’enjeu de cette collection est de proposer un corpus d’œuvres-outils à même d’embrasser des problématiques sociétales actuelles ou récurrentes et de les aborder de manière prospective : post-anthropocène, post-colonisation, post-démocratie, post- libéralisme, post-genre, post-modernité, post-internet, post-urbain, post-théorie, post-post…

Ainsi, les affiches de la collection Post- Posters s’inscrivent dans la continuité
de pratiques d’affichage artistiques et engagées ou militantes qui traversent le
20e siècle. Elles sont autant de tentatives
de contribution à une intersectionnalité
des luttes en cours et avenir. Elles font affleurer des prises de position singulières dans les espaces publics, en accord ou en contradiction avec les autres formes de communication visuelle en présence, dans les temps faibles du quotidien et au-delà des temps forts des manifestations.

Continuer la lecture de Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

Lucioles #2 a paru

Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce numéro 2 de Lucioles, comme dans le premier numéro, ce sont des enseignants-chercheurs et des étudiants, ou des personnels administratifs et techniques qui s’expriment, sur leur quotidien, leurs espoirs, leurs colères et leurs attachements dans un registre poético-politique. Chaque texte est anonyme, afin d’éviter tout discours d’autorité. Mais aussi pour faire écho à la presse alternative de critique de sciences des années 1970–1980, dans laquelle l’anonymat était une condition d’expression pour que le témoignage d’une personne prenne une valeur plus générale.

Lucioles est réalisé bénévolement par des amies graphistes, et Luciole n’est pas à vendre, car nous ne nous reconnaissons pas dans la marchandisation de tout, de tous et de toutes : Lucioles est cédé à à prix libre, et disponible gratuitement en version numérique sur les différents sites des auteurs. Luciole est aussi un bel objet éditorial. Cette année, les 142 pages du numéro, dans sa version papier, constituent un flip book. Le thème général du numéro est “Interdépendances”.

Lucioles tient dans une poche, pour l’emmener partout, le distribuer facilement. Réussirez-vous à vous en procurer un exemplaire ?

Voici un lien pour y accéder – bonne lecture !

Cartographies exploratoires et indisciplinées : anti-atlas et autres lignes d’erre en no man’s langue

Invitation dans le cadre du Séminaire de recherche / LANGUES, ESPACES ET MONDIALISATION, vendredi 1er février 2019

https://crpm.parisnanterre.fr/myriam-suchet-universite-paris-3-sorbonne-nouvelle-863386.kjsp?RH=crpm_manif

Réchauffement climatique, fermeture des frontières, hausse des frais de scolarité, exaspération des inégalités sociales – les fronts de lutte sont aussi nombreux que les alternatives et les brèches s’ouvrant un peu partout. Le rapport de force, pourtant, semble inchangé. D’où deux questions corrélées : (1) peut-on sortir des logiciels de pensée (encore) dominants ? et (2) comment pouvons-nous activer nos espacetemps de formation et de recherche comme des cellules actives dans la refonte des représentations héritées ?

L’enjeu est d’imaginer en acte (c’est parti !) le tracé d’autres cartographies : des cartes d’erres et de lucioles, de cabanes et de champs des possibles qui ne reproduisent pas l’existant, mais impulsent des devenirs.

Cette séance, résolument exploratoire et indisciplinée, s’aventurera hors du paradigme qui veut encore croire à l’équation {une langue une et indivisible} = {un sujet parlant plein et cohérent} = {un Etat-Nation stable et homogène}. Nous arpenterons quelques textes littéraires écrits en québé-quoi et autres no man’s langues, jusqu’à mailler ce point de départ (l’ancrage dans le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle) à d’autres expériences de circulations et occasions d’amitier.

Photo © Mabeye Deme / Détail du Guide cartographique de Grenoble pour les nouveaux arrivants, ateliers de cartographie participative conçus et animés par Sarah Mekdjian, avec Marie Moreau. 

Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Vendredi 12 octobre 2018, nous intervenions Marie Preston et moi-même au cours de la semaine d’installation des nouvelles recrues du Master de danse Exerce au Centre Chorégraphique National de Montpellier.

Initié en 2011 en partenariat avec l’université Paul-Valéry de Montpellier, le master exerce est depuis 2013 l’unique formation de niveau master en France accompagnant des artistes, auteurs de leur projet et recherche en danse.

L’enjeu est d’accueillir celles et ceux qui, pendant 2 ans, seront tout à la fois étudiants-artistes-chercheurs. Magnifique occasion de mettre en pratique et en commun une indiscipline hétérolingue !

Continuer la lecture de Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Lancement de la programmation 2018-2019 du Centre d’études québécoises

Samedi le 20 octobre 2018 de 16h à 18h

à la Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris
à l’occasion du Festival des Non-Aligné(e)s organisé par Jean-Charles Agboton-
Jumeau & Laurent Marissal

Les photos souvenirs sont par ici !

C’est la rentrée ! Pour cette année universitaire 2018-2019, nous vous proposons d’activer le Centre d’Etudes Québécoises comme un « chappa’ai » revisité c’est-à-dire, en langue goa’uld, une porte d’entrée vers un trou de ver permettant de voyager dans l’espace-temps.

En nous situant à la fois des deux bords de l’Atlantique et dans un futur déjà advenu, nous ouvrirons les possibles les plus improbables pour pratiquer l’UniverCité telle que la rêvons et la savons devoir être. Vous verrez, c’est très simple : il suffit d’entrer au CEQ pour se retrouver tout à la fois en France et au Québec, en recherche et en action, en création permanente et au diapason des universités buissonnières, braconnières, volantes, interstitielles, foraines, expérimentales, émancipatrices, ouvertes, autogérées, et libres qui poussent comme des constellations en expansion. Rendez-vous à la Générale samedi 20 octobre 2018 à 16h pour prendre part au démarrage de l’aventure !

La compagnie d’activation du CEQ comme chappa’ai est déjà nombreuse et toujours ouverte, avec (par ordre d’apparition en personne plus ou moins virtuelle) : Louise Lachapelle, Patrice Loubier, Cousins de Personne, Jean-Simon DesRochers & Andrée-Anne Dupuis Bourret, l’Université Buissonnière…

*Extrait de la présentation par Laurent Marissal et Charles Agboton-Jumeau :

“L’an 1 du Festival non aligné-e-s aura lieu à la Générale du 20 au 22 octobre 2018. C’est la deuxième édition consécutive au FNA An 0 inauguré en septembre 2017. Cette édition est placée sous l’égide de “La Reprise”, d’après le film inachevé La reprise du travail aux usines Wonder, connu aussi sous le titre Wonder 1968.


Tour de table autour de l’école, avec Marie Preston

La double page suivante s’offre comme un banquet : au centre, une table se déplie et, tout autour, une conversation se noue. Les convives sont imaginaires, leurs propos constitués de la réécriture libre de quelques citations dont vous trouverez les sources au sortir du repas (p. 36). La table, elle, existe bel et bien : son plateau est la photographie en plongée d’une maquette d’école idéale réalisée par des élèves de maternelle. Elle a accueilli, le 28 juin 2016, une école erratique (dispositif initié par François Deck) pour mettre en question les places respectives de celles et ceux qui font l’école et leur coopération (souvent au féminin) : élèves, institutrices, agentes territoriales spécialisées des écoles maternelle (Atsem), parentes, artistes, animatrices, etc. L’idée de départ est née de la rencontre entre Marie Preston et Khadidja Tahiri, confrontées à un manque cruel de discussions collectives et de réflexions sur les interdépendances dans l’institution scolaire. La présente réédition est due à une deuxième rencontre, celle de Marie Preston et de Myriam Suchet. À votre tour, prenez place : vous êtes invité·e·s !

https://vacarme.org/article3090.html

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 82, hiver 2018, pp. 33-36.

“Habiter les lieux” : une cabane pour abriter une micro-édition collective, 5-6 juillet 2018

Dans l’écrin des recherches en résidence du collectif ZoneZadir au Château du Tertre, une cabane s’est collectivement construite pour abriter la fabrication non moins collective de petits livres désormais essaimés en archipel dans nos bibliothèques, où ils continuent à bruire dans nos réflexions partagées, comme des forêts de pages vivantes – et qui pensent !

Pour davantage d’images, c’est par ici…

Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

Tract de l’invitation :

Dans trois jours tout aura disparu de nos têtes…

 Mais, du fond des mers, le Capitaine Némo nous indique que rien n’est perdu. Bourg en Bresse met en place une cellule de crise : La rencontre du troisième jour

Continuer la lecture de Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

“Décadrer” : un invitation de Pascale Riou à la Galerie Showcase, Grenoble, 3 mai 2018

Pour prolonger sa programmation faite d’invitations à des commissaires d’exposition, Galerie Showcase accueille Décadrer, une proposition dans et hors-les-murs de Pascale Riou.

Ce temps d’exposition à Galerie Showcase est rythmé par un cycle de trois conférences tout public. Il s’agit de proposer une exposition qui montre les recherches sur l’activité artistique contemporaine menées par Pascale Riou, par des pratiques qui les ont accompagnées en filigrane : envisager l’art comme manière d’être et de faire, manière d’habiter le monde ; observer la pratique comme agencement de pensées, gestes, affects ; expérimenter l’activité de recherche comme interdisciplinaire voire indisciplinaire ; penser le cadre universitaire et les attentes académiques portées sur la recherche.

Continuer la lecture de “Décadrer” : un invitation de Pascale Riou à la Galerie Showcase, Grenoble, 3 mai 2018

*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples. Continuer la lecture de *Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Atelier d’indiscipline radiophonique, TNP Villeurbanne, le 26 mai

À l’écoute d’une langue universiTerre dans le cadre des Langagières

L’universitairien est une langue étrange qui ne semble exister qu’entre les murs de l’université. Passé à la moulinette de l’imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet et au micro de David Christoffel, cet obscur jargon devient un plaisir radiophonique.
Atelier participatif ouvert de 15h00 à 19h00
En partenariat avec l’UNIPOP Lyon

Rejoignez l’aventure de cet atelier radiophonique dès le matin ! De 11h00 à 13h00, venez jouer avec nous ! Nous écouterons, débattrons, enregistrerons jusqu’à façonner, piste après piste, une langue joyeusement indisciplinée.
Tarif spécial : Pass Jour à 5€. Uniquement sur inscription : • j.kahn@tnp-villeurbanne.com (8 personnes maximum)

Découvrez l’univers :
• Méthode audio de langue universitaire
• Promenade sonore à l’écoute d’une Babel universiTerre

 

Pour un imaginaire hétérolingue dans LE Casier (erg, Bruxelles)

Merci à Guillaume Clermont pour son invitation à participer au Casier !

POUR UN IMAGINAIRE HÉTÉROLINGUE

Myriam Suchet

7 mai 2018 – 20 mai 2018

Vernissage le 7 mai à 17h

Le Buvard — librairie ambulante

7 mai 2018 à 15h

 

Le Buvard, est un projet de librairie ambulante porté par l’écrivain Michel Vézina. Pour la deuxième année consécutive, Le Buvard sillonne la Belgique et la France avec à son bord une riche sélection de littérature québécoise et de microédition diverses: poésie, romans, essais, BD, littérature jeunesse. Depuis la mi-janvier et jusqu’au début juin, le saltimbanque de la littérature roule à la rencontre des lecteurs.

Le 7 mai dès 15h, Le Buvard sera à l’erg, à l’occasion du projet de Myriam Suchet au casier.

Plateforme indisciplinaire en recherche-action-création