dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Lundi 17 juin 2019, 19h30-21h30, Maison Heinrich Heine, Paris

Organisation et modération : Lia Kurts-Wöste

Selon Laurent Loty, à la différence de pluri-, inter- ou transdisciplinarité, le mot « indisciplinarité » aborde frontalement le paradoxe des disciplines, indispensables au savoir, mais susceptibles de le bloquer. La pratique indisciplinaire se doit d’échapper à ses propres effets pervers et de favoriser une enquête heuristique. Son enjeu ? L’émergence d’un nouvel humanisme. Myriam Suchet fera écho à ces propos en prenant parti pour l’« indiscipline » comme recherche-action-création. Il y va de la responsabilité de l’UniverCité en tant que laboratoire en acte de transformations multiples. Elle introduira un contre-point hétérolingue, invitation au dialogue pour ce final du séminaire bisannuel « L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? », organisé par Lia Kurts-Wöste.

Laurent Loty a enseigné les Lettres et présidé la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Historien des idées au CNRS, il enquête sur les conditions de l’invention, nos représentations de l’individu et de la société, et l’humanisme de l’imprimerie au numérique.

Myriam Suchet est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre d’études québécoises. Elle bouscule « la langue » pour penser-pratiquer la traduction comme une forme de relation et la recherche comme une action-création.

« L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? »

Séminaire sur deux ans (2017-2018 et 2018-2019) – Lia Kurts-Wöste. Présentation générale :

Avec la notion d’« indiscipline » (nous empruntons cette notion à Yves Citton, qui l’emprunte à travers le terme d’indisciplinarité à Laurent Loty[1]), il s’agit d’interroger les liens complexes qui existent entre les différents critères régulant la pratique scientifique dans les SHS: consistance disciplinaire, cohérence épistémologique et critères « exogènes » (éthiques, anthropologiques, socio-historiques, philosophiques, académiques…). Avec une question sous-jacente fédérant l’ensemble des problématiques : y a t-il (peut-il ou doit-il y avoir) dans les SHS un point de vue fédérateur, régulateur, centré sur une définition plus ou moins implicite de ce qui vaut pour l’humain ? Que l’on puisse ou non appeler « philosophie » du scientifique un tel point de vue régulateur, en quoi a t-il à voir de façon fondamentale avec l’« indiscipline »?


[1]– Laurent Loty, « Sens de la discipline… et de l’indiscipline. Réflexions pour une pratique paradoxale de l’indisciplinarité », Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, n° 20, automne 2000, p. 3-16.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.