Une Babel universiTerre : à l’écoute des savoirs en acte (Campus Condorcet, 22-23 septembre 2017)

Atelier proposé par Myriam Suchet et David Christoffel avec les Fabriques de sociologie.

Il s’agit de mettre l’UniverCité en situation d’apprendre de celles et ceux qui expérimentent des manières alternatives de (savoir) faire, s’organiser, résider, bâtir, cultiver, créer et chercher hors des sentiers battus.

Dans le cadre du programme Des collectifs d’artistes et/ou d’architectes en recherche de nouvelles écritures urbaines

Résumé du programme > L’atelier associera des créateurs et des chercheurs autour d’une réflexion commune : Comment expérimenter une nouvelle écriture de la ville contemporaine à partir des expériences émergentes de « communs urbains » ? Il s’agira de documenter ces expériences afin de favoriser leur mise en discussion et problématisation. L’atelier contribuera aux débats contemporains sur la constitution des communs et favorisera la coopération entre création (art et architecture) et recherche autour de ces enjeux.

Partenaires >

  • Pascal Nicolas-Le Strat, Professeur des universités, Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
  • Myriam Suchet. UMR 7172 – THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.
  • Etienne Delprat. YA+K Collectif d’architectes et artistes (Bagnolet – 93).
  • Martine Bodineau, Fabriques de sociologie 93 (Saint-Denis).
  • Louis Staritzky. Collectif-en-devenir (Université Paris 8).

Langage et pouvoir, autour du spectacle d’Ubu-Roi (ou presque )

Dans le cadre des  Résonances TNP UNIPOP (Université populaire de Lyon)

Intervenants :

– Myriam Suchet, Chercheure indisciplinaire, directrice du Centre d’études québécoises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et intervenante à l’Université populaire de Lyon

– Christian Schiaretti, metteur en scène et directeur du TNP

– Guillaume Protière, Doyen de la faculté de Droit et Science politique à l’Université Lumière Lyon 2, modérateur

24 août 2017 – Frottement des langues et des voix : l’UniverCité à l’écoute

Atelier en recherche-création organisé dans le cadre du Catalyseur d’imaginaires urbains au Virage, Campus Outremont de la future Université de Montréal.

Catalyser une recherche-création dans un campus en devenir, c’est prêter l’oreille aux langages concordants ou dissonants qui y bruissent déjà. Se mettre à l’écoute de ces voix inspire d’autres manières de savoir, faire, s’organiser, résider, bâtir, cultiver, créer et chercher hors des sentiers battus.

L’atelier « Une Babel UniversiTerre », orchestré par Myriam Suchet (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) avec Dominic Hardy (Université du Québec à Montréal), Nicole Lattuca et en complicité avec Projets Ephémères, propose de parcourir le Campus-MIL et ses environs à la recherche des différences dans « la langue », d’enregistrer ces différences et d’en faire les matériaux d’une réflexion et d’une création communes.

En soirée, les membres du groupe électro-pop Rouge Tonic proposent un atelier-conférence autour du film Eldorado de Charles Binamé et de la représentation d’un « Montréal mythique », une performance musicale participative et visuelle (avec le collectif Les hommes de lettres) de leur chanson inspirée du film, pour terminer avec un concert en plein air présentant leur univers musical.

PS : pour quelques souvenirs, l’album photo est par ici, merci à Daniel Pereira Milazzo !

Parution d’Intermédialités n°27 : traduire / translating

Ce numéro 27 de la revue Intermédialités réfléchit à l’opération traduisante, considérée dans sa dimension linguistique et coloniale, et l’abordant en tant qu’acte artistique, militant et politique. Il porte en outre une attention particulière à la langue des signes et aux cas d’hétérolinguisme.

Le numéro présente ainsi un « ensemble d’analyses intermédiales de l’acte de traduire [qui] invite à déployer une épistémologie relationnelle, pour restituer à la traduction ses dimensions matérielles, temporelles, pragmatiques, conflictuelles et politiques, et sortir des binarismes comme des ontologismes. » (Myriam Suchet)

En vous souhaitant une excellente lecture !

L’équipe d’Intermédialités

Sous la direction de Myriam Suchet

Ce numéro thématique regroupe des articles de :

  • Camille Bui (Université de Montréal et Université Paris Diderot)
  • Karina Chagnon (Université du Québec à Montréal)
  • Lucia Quaquarelli (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense)
  • Maude Levebre (Université du Québec à Montréal)
  • Barbara Bourchenin (Université Bordeaux-Montaigne)
  • Geneviève Robichaud (Université de Montréal)
  • Julie Chateauvert (Université Paris 8)
  • Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Artiste invitée :

  • Nurith Aviv, Signer en langues (2016)

Essai:

  • Jon Solomon (Université Jean Moulin – Lyon 3)

Disponible sur Érudit : https://www.erudit.org/fr/revues/im/ et bientôt disponible en format ePub aux Presses de l’Université de Montréal, sur l’entrepôt du livre numérique ANEL-De Marque, ainsi que sur le site web de la SODEP.

Revue des Sciences Sociales N° 56 – 2016 Indiscipliné.e.s

Une aventure impulsée par Eva Carpigo, Paola Delfino, Asahi Higashi, Christophe Humbert, Abril Padilla, Rachel Perrel et Patrick Ténoudji.

Ce numéro s’ouvre aux chercheur.e.s in(ter)-, pluri-, poly-, disciplinaires, « indisciplinaires » selon le mot d’Edgar Morin (2005), ou même indiscipliné.e.s, qui réfléchissent sur leur propre pratique. En continuité avec une approche critique du savoir parcellisé de la science contemporaine, il donne voix à des méthodologies et/ou sujets de recherche qui jouent avec les cloisonnements disciplinaires.

Et si l’indiscipline – comme inaptitude à obéir, à se soumettre aux règles que s’est données la communauté à laquelle on appartient -, s’accompagnait irrémédiablement d’une « discipline de soi » (Michel Foucault) ? Ce numéro incite à l’indiscipline disciplinée comme force critique, capacité de transformation, de subjectivation ou encore comme espace de liberté.

Des cartes pour mieux se perdre. Atelier indisciplinaire de marches urbaines déguidées

Du 8 juin au 11 juin à l’Unipop de Lyon

Quand tout le monde semble marcher sur la tête, pourquoi ne pas penser avec les pieds ?  Contre l’habitude du train-train urbain, mais aussi contre la « ville créative » inféodée à la productivité, nous invitons à sortir des sentiers battus en désorientant nos trajets les plus quotidiens, à l’écoute d’autres possibles…

L’atelier se déroulera en 4 temps :

  • jeudi 8 juin (18h à 20h),
  • vendredi 9 juin  (15h à 17h),
  • samedi 10 juin (17h à 21h),
  • dimanche 11 juin (14h à 19h)

Atelier animé par Sarah Mekdjian et Myriam Suchet avec Marie Moreau & Julien Vadet et Fabien Pinaroli, en association avec le CCO Villeurbanne et le Cabaret poétique de Frédérick Houdaer

Inscriptions :  Jusqu’à 10 aventurières et aventuriers, amantes de poésie urbaine et chaussés pour se perdre !  Les inscriptions se feront en personne le 8 juin,  à l’issue de la présentation au TNP.
D’ici là, vous pouvez vous renseigner davantage en écrivant à   myriam.suchet@univ-paris3.fr et/ou en lisant le descriptif complet Unipop-MekdjianSuchet-mep3.

Images © Marie Moreau : Club des explorateurs impromptus – Itinérer

Comment penser entre les deux tours des élections présidentielles en France (et en état d’urgence) ?

Ce carnet de recherche n’a pas vocation de tribune politique –  mais il me semble impensable de ne pas prendre acte de la situation à partir de laquelle nous nous efforçons de penser.
Voici quelques initiatives peut-être à rejoindre, relayer, compléter :
Lancé le 1er mai 2016, l’Appel des 100 « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est un appel signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme, Front de gauche, …)
(L’Humanité, Lundi, 18 Janvier, 2016)

Chloé Lavalette et Pablo Pillaud-Vivien sont initiateurs d’un appel collectif Pour une veille artistique et citoyenne

à suivre, compléter, penser-agir mieux…

La Pensée coulisse autour des « Paratonnerres » de Marc-Antoine Cyr.

Jeudi 16 mars 2017, de 17h à 19h au Tarmac, scène internationale francophone.

Résolument indisciplinaire, « La Pensée coulisse » associe grands et petits publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie – en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ?

C’est par les oreilles que nous entrerons dans Les Paratonnerres : qu’entendons-nous dans cette pièce, et que nous dit le langage de ses bruits ? Peut-on mettre en scène une ville – Beyrouth, en l’occurrence – sans la matérialiser autrement qu’en nous plongeant dans ses sonorités ? Quelle représentation nous en faisons-nous alors ? Et vous, si vous deviez n’emporter qu’un seul son dans vos bagages avant de partir très loin, lequel choisiriez-vous ?

Monica Fantini, créatrice sonore à RFI, cofondatrice de l’Atelier du Bruit et co-auteur d’ecouterparis.net, nous invitera à explorer les sons du monde. Depuis octobre 2016, Monica Fantini est aussi à l’origine du projet européen Ecouter le monde qui donnera naissance à une plateforme internet composée d’une sonothèque mondiale et de pièces sonores inédites pour découvrir la richesse des cultures à travers les sons. Écouter le monde invite le grand public à leur prêter une attention toute en sensibilité.

Michel Tabet, chercheur en anthropologie sociale et audiovisuelle, associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), spécialiste du Liban et du monde arabe, discutera avec nous de la représentation de Beyrouth par le son et par l’image.

Valérie Cachard, auteure, dramaturge et aussi guide de Marc-Antoine Cyr pendant son séjour à Beyrouth où elle est retournée vivre après avoir séjourné en Angola, nous accompagnera dans cette nouvelle aventure.

Rencontre organisée par Myriam Suchet, directrice du Centre d’études québécoises, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_e-la-pensee-coulisse/evenement-134/

« Indiscipliner la traduction » a paru !

Dans cet ouvrage, la notion de « traduction » est mise au travail et à l’épreuve des pratiques de recherche. C’est une géographie ancrée dans les rencontres, une physique fondamentalement impliquée aussi en dehors du laboratoire, une pratique artistique qui se constitue en enquête ou en banque de questions, une histoire de l’art qui explore l’abduction, une philosophie qui interpelle l’anthropologie et réciproquement… L’acte de traduire est envisagé non plus seulement comme un transport linguistique mais comme la propagation d’une idée/notion/impulsion à travers différents domaines ou milieux.

Lucia Quaquarelli et Myriam Suchet (dir.)

Écritures n°9 Presses universitaires de Nanterre

2017 – 248 pages – Format : 17×24,5 cm
isbn : 978-2-84016-265-0 – Prix : 17€
Illustrations N&B – Langue : français

http://presses.u-paris10.fr/?p=3296

Image tirée du numéro : muschi&licheni

Cirque des mots et autres cabanes où lire – jeudi 2 mars 2017

Coconception > Michel Vézina et Maxime Nadeau (Le Buvard) ainsi que leurs invité.e.s

Avec > Nicolas Le Tron (artiste invité) et les étudiant.e.s de L3 « Pour une Babel heureuse »

Format > Grand Oratorio Ubuesque Littéraire Dérimé

Dates > jeudi 2 mars 2017, de 19h30 à 21h

Lieux > Bibliothèque Gaston Miron, Salle de la Clef, BU Censier, Rue Santeuil, 75005 Paris

Propos > Vous aussi, vous avez toujours rêvé d’une bibliothèque qui serait aussi une caravane en marche, un camion de pompier et un saloon au fond des bois ? Pour cette soirée exceptionnelle, Michel Vézina et Maxime Nadeau conduiront leur fabuleuse librairie ambulante depuis les Cantons de l’Est jusqu’à Censier ! Au programme : lectures de poèmes et autres contes et romans, boniments, tours de piste et autres conférences gesticulées avec des invités encore à dévoiler.
Avec la complicité de l’artiste Nicolas Le Tron, les étudiant.e.s réaliseront des espaces inédits pour accueillir cette aventure littéraire hors normes : cabanes, piste de cirque, chapiteau et buvette !

Spectre Média, Jessica Garneau

 

« Vocales » : hétérolinguisme et co-création

A l’occasion de l’exposition de Céline Poulin, Marie Preston et Stéphanie Airaud (avec Esther Ferrer, Núria Güell, Adelita Husni-Bey, Leigh Ledare, Devora Neumark, Christian Nyampeta, Marie Preston, Sébastien Rémy, Till Roeskens et Cyril Verde)

deux journées d’études ont eu lieu au MacVal et au Cac Bretigny – à retrouver ici : www.cacbretigny.com/media/Vocales/CACBretigny_Vocales_DP.pdf

 

Image © Charles Mazé et Coline Sunier

Photographie © Marie Preston

 

Continuer la lecture de « Vocales » : hétérolinguisme et co-création

Lancement du CEQ 2016-2017 : indisciplines !

L’idée du lancement scientifique est née de l’envie de montrer les coulisses d’une recherche en acte, c’est-à-dire en création, pour la faire circuler au-delà du cercle des spécialistes. Pour cette année universitaire sous le signe de l’indiscipline, les circassiens Claudel Doucet et Emile Pineault relèvent le défi d’inventer une forme périlleuse de recherche-action-création.
– Venez en famille, venez avec des amies et des amis : la recherche peut être une fête joyeuse aussi bien que risquée – à partager sans modération !

Diplômée de l’École Nationale de Cirque de Montréal en 2004, Claudel Doucet fut entre autre princesse aérienne pour le Cirque du Soleil en terres nippones, pris part à de nombreux projets de cabarets en Allemagne (GOP Variétes, Chämaleon) et tourna avec le Cirque Monti en Suisse. Elle collabore aussi avec Les 7 doigts de la main (Projet Fibonacci, Amuse), le chorégraphe Pierre-Paul Savoie et le Cirque Éloize. Intéressée par toutes les formes que peut prendre le cirque, elle enseigne au Patravadi Theater de Bangkok, joue ses numéros tantôt sous les chapiteaux brûlants du Cirque National Égyptien, tantôt sur les scènes légendaires de l’Opéra de Sydney ou de la Place-des-Arts de Montréal. Forte de ses multiples et diverses expériences de scène, elle désire maintenant pousser de l’avant un projet de création qui lui ressemble en créant la compagnie du Poivre Rose.

Emile Pineault est entré à l’École de cirque de Québec depuis l’âge de 4 ans. Au fil des années et des complicités, il a bâti un style personnel des portés acrobatiques, mêlant le main à main, les jeux icariens, lu théâtre et la danse mais aussi d’autres disciplines comme la banquine, la barre russe, l’acrobatie au sol, etc. Sa démarche se nourrit de réel, d’amitié, de confiance. Il fait le choix de miser sur la prise de risque et la notion de danger plutôt que de chercher à tout contrôler. A la perfection, il préfère laisser place à l’erreur, à la surprise, à la sueur, à l’humain. Au jeu.

A retrouver en images grâce à Adèle Godefroy, par ici.

capture-decran-2016-10-14-09-49-42

capture-decran-2016-10-14-09-50-02capture-decran-2016-10-14-09-49-54© Adèle Godefroy

 

Plateforme indisciplinaire en recherche-action-création