Lancement du CEQ 2016-2017 : indisciplines !

L’idée du lancement scientifique est née de l’envie de montrer les coulisses d’une recherche en acte, c’est-à-dire en création, pour la faire circuler au-delà du cercle des spécialistes. Pour cette année universitaire sous le signe de l’indiscipline, les circassiens Claudel Doucet et Emile Pineault relèvent le défi d’inventer une forme périlleuse de recherche-action-création.
– Venez en famille, venez avec des amies et des amis : la recherche peut être une fête joyeuse aussi bien que risquée – à partager sans modération !

Diplômée de l’École Nationale de Cirque de Montréal en 2004, Claudel Doucet fut entre autre princesse aérienne pour le Cirque du Soleil en terres nippones, pris part à de nombreux projets de cabarets en Allemagne (GOP Variétes, Chämaleon) et tourna avec le Cirque Monti en Suisse. Elle collabore aussi avec Les 7 doigts de la main (Projet Fibonacci, Amuse), le chorégraphe Pierre-Paul Savoie et le Cirque Éloize. Intéressée par toutes les formes que peut prendre le cirque, elle enseigne au Patravadi Theater de Bangkok, joue ses numéros tantôt sous les chapiteaux brûlants du Cirque National Égyptien, tantôt sur les scènes légendaires de l’Opéra de Sydney ou de la Place-des-Arts de Montréal. Forte de ses multiples et diverses expériences de scène, elle désire maintenant pousser de l’avant un projet de création qui lui ressemble en créant la compagnie du Poivre Rose.

Emile Pineault est entré à l’École de cirque de Québec depuis l’âge de 4 ans. Au fil des années et des complicités, il a bâti un style personnel des portés acrobatiques, mêlant le main à main, les jeux icariens, lu théâtre et la danse mais aussi d’autres disciplines comme la banquine, la barre russe, l’acrobatie au sol, etc. Sa démarche se nourrit de réel, d’amitié, de confiance. Il fait le choix de miser sur la prise de risque et la notion de danger plutôt que de chercher à tout contrôler. A la perfection, il préfère laisser place à l’erreur, à la surprise, à la sueur, à l’humain. Au jeu.

A retrouver en images grâce à Adèle Godefroy, par ici.

capture-decran-2016-10-14-09-49-42

capture-decran-2016-10-14-09-50-02capture-decran-2016-10-14-09-49-54© Adèle Godefroy

 

La malette Agilabil : premiers aperçus !

Envisagé comme une pépinière, un laboratoire agile, l’AGILABIL est avant tout une équipe formée de membres aux statuts et aux (in)compétences diverses et complémentaires, d’âges différents et de situations variées : enseignantes et enseignants-chercheurs, étudiantes-chercheurs, artistes et artistes-étudiants, professionnels de l’Université et d’ailleurs. Nous sommes : Cécile Bally, Bérangère Baucher, Alix Chouiha, Auguste Djagouri, Adèle Fouchier, Juliette Fournis, Adèle Godefroy, Stéphanie Grenier, Éva Guerda, Danièle Leclair, Hyacinthe Lesecq, Dorothée Lintner, Maud Perez-Simon, Maiwenn Raoul, Margaux Ribeaucourt, Sonia Samini, Myriam Suchet, Pierre Tandille, Emma Tricard et Samuel Tronçon.

Au lieu de présupposer les problèmes et les solutions, il s’agit de se doter d’outils (souvent très matériels d’où la constitution d’une mallette) pour favoriser une réflexion participative en matière de pédagogie. Ce fonctionnement s’inspire du protocole « Agile » (http://www.agilemanifesto.org/iso/fr/) développé par les informaticiens et qui consiste à travailler pas à pas en interaction et adaptation constante au lieu de poser en amont un cahier des charges fixe, protocole ici adapté dans le cadre des Humanités et pour l’Université. Régulièrement réunis tout au long de l’année universitaire 2015-2016, nous avons « incubé » plus intensément lors de deux séjours de recherche-développement dans un cadre propice aux expérimentations intellectuelles : l’oecocentre de Villarceaux (Vexin, 21-22 novembre 2015 et 30-31 janvier 2016). La mise en place de différents ateliers (consignes et attentes, recherche en bibliothèque, défis et fonctionnement en équipe, gestion du stress, rapports texte/image, imaginaire de l’Université idéale, etc.), animés alternativement par les différents membres d’une équipe, l’alternance de temps de théorisation et de pratique ont permis de constituer un collectif dynamique et de questionner nos pédagogies en recourant à des outils et à des dispositifs multiples : photographiques, vidéos, numériques, corporels, matériels…

Notre hypothèse de travail consistait à penser que l’innovation consiste à faire advenir ce que nous ne sommes pas, précisément, encore en mesure de concevoir. Nous pensons en outre que la difficulté génère et stimule de l’imagination, ce qui permet d’associer la pédagogie à la recherche en combinant leurs potentiels respectifs de créativité au sein d’une UniverCité envisagée comme un collectif poly-intelligent et embrayé.

Dans le sillage de cette année de travail, la constitution d’une malette permet de prolonger l’expérience. Cette malette s’inspire moins des kits didactiques disponibles dans le commerce que des « ouvroirs d’esprit » inventés par Robert Filliou dans le mouvement Fluxus avec pour devise : « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ». En termes de pédagogie, cela revient à susciter du désir et des situations : l’enjeu n’est pas tant de s’interroger sur la manière de transmettre des contenus de savoirs que de se demander, ensemble ici et maintenant, ce que l’Université a pour nous vocation à (nous) apprendre. Chaque objet de la malette, imaginé avec audace et fabriqué avec soin, constitue une énigme. Le collectif réuni autour de la malette a pour objectif d’activer cette énigme non pour la résoudre mais pour explorer les possibles qu’elle suscite : quelles questions, quels désaccords, quelles propositions de protocoles sont générés dans le groupe par la prise en main de cet objet ? Les boites contenant des fiches (activation et atelier) peuvent servir de relai au besoin, mais l’idée est surtout d’explorer ! agilabil-signature-mail-3

https://www.flickr.com/gp/139730296@N06/PJ2X46

La Pensée coulisse

La Pensée Coulisse

Le Tarmac initie cette année un nouveau partenariat avec l’Université Sorbonne nouvelle et plus précisément le Centre d’Etudes Québécoises.

Nous proposerons un rendez-vous annuel sous la forme d’un atelier de recherche-action animé par Myriam Suchet.

L’un des enjeux de cet atelier est de positionner le lieu du spectacle comme une structure apprenante où peut se déployer un univers de pensées au carrefour de la recherche universitaire et de la création artistique.

Destiné aux étudiants et ouvert à tous les curieuses et curieux, notre première édition se construira le mardi 15 décembre à 16h autour du spectacle Suites Curieuses d’Hélène Blackburn.

Usine C : UNE SAISON SOUS LE SIGNE VIVIFIANT DE L’INDISCIPLINE

Mot de la direction, par DANIÈLE DE FONTENAY 

Usine-C-actuel

CHER PUBLIC,

Nous sommes très fiers de vous offrir cette magnifique saison qui repousse encore les frontières entre les continents, les disciplines et les générations et dans laquelle les femmes créatrices brillent en grand nombre et avec éclat.

Au fils des années, l’Usine C a tissé des liens riches et solides avec les communautés artistiques d’ici et d’ailleurs. C’est cette grande famille internationale qui une fois de plus envahit nos espaces. Cette année marquera notamment le retour de deux grandes figures de la danse Meg Stuart et Louise Lecavalier et celui de la meute enragée et tendre Les Chiens de Navarre. Constamment à la recherche de faire dialoguer l’art et le politique c’est avec la compagnie Porte Parole que nous réfléchirons sur le rôle et les responsabilités de la société Hydro-Québec dans J’aime Hydro, un tour de force signé par Christine Beaulieu.

Toujours à l’avant-garde de la création contemporaine, nous recevrons les nouvelles oeuvres d’artistes importants tels que Ame Anderson, Virginie Brunelle, Silvia Calderoni, Clara Furey et Dana Michel. Les succès internationaux que sont Jerk de Gisèle Vienne interprété de main de maître par Jonathan Capdevielle et Folk-S d’Alessandro Sciarroni marquent une fois de plus l’engagement international de l’Usine C, unique à Montréal. Hors des sentiers battus, nous vous présenterons également des classiques remaniés tels le Glengarry Glen Ross de Brigitte Poupart en version exclusivement féminine et le retour de la fabuleuse adaptation rock de Macbeth d’Angela Konrad dans la langue savoureuse de Michel Garneau.

2016 marque aussi le retour du festival Actoral qui repousse les limites de l’écriture contemporaine. Cette seconde édition montréalaise, présentera des spectacles, des performances, des projections, des expositions, des lectures résultant d’explorations binationales qui seront déployés à l’Usine C et à travers la ville grâce aux partenariats développés avec plusieurs institutions culturelles. Cette édition d’Actoral 16. Montréal, dont Julie Favreau est la marraine, consacrera un volet important de sa programmation à établir des liens entre la création contemporaine en arts visuels et en arts de la scène.

En tant que diffuseur en arts vivants, mais aussi à titre de laboratoire de création, il est primordial pour nous de mettre à disposition gratuitement l’Usine C un certain nombre de semaines par saison pour offrir les meilleures conditions de recherche aux artistes d’ici. Cette année, nos artistes en résidence Dana Michel, Angela Konrad et Annabel Soutar auxquelles vient de se joindre Philippe Boutin, poursuivront leur travail de recherche en plus de dialoguer avec nos partenaires nationaux et internationaux dans le but de créer des échanges artistiques en résidence (Marseille, Bruxelles) et en diffusion à travers nos réseaux réciproques.

En ce début de siècle marqué par la violence, l’intolérance et le chacun pour soi, toute l’équipe de l’Usine C vous remercie de votre délité et de votre attachement envers la liberté de parole, la beauté et la quête de sens.

Merci et bonne saison !

DANIÈLE DE FONTENAY 

Indiscipline au Palais de Tokyo

Le temps d’un week-end, les 3 et 4 septembre 2016, plus de 30 artistes, plasticiens, performeurs, chorégraphes et vidéastes installés à Bruxelles sont invités au Palais de Tokyo, par l’entremise et les choix curatoriaux du WIELS  – centre d’art contemporain, du Kunstenfestivaldesarts – le festival des arts de la scène – et de l’agence Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse. Issus d’une quinzaine de pays différents, ces créateurs présentent des travaux à la croisée de diverses disciplines et qui bousculent certaines de nos frontières symboliques, physiques, culturelles ou linguistiques.

En l’espace de quelques années, Bruxelles s’est imposée comme une plate-forme internationale dédiée à l’émergence artistique et à l’expérimentation. Des créateurs du monde entier y affluent pour trouver un terreau propice à l’expression de leurs singularités. Caractérisée par ses prises de risque artistique, la scène locale ne semble régie par aucun dénominateur commun, si ce n’est sa nature indisciplinée et le parti pris de l’interdisciplinarité.

 

Pour en savoir plusindiscipline-programme

QUESTIONS THÉORIQUES

Agence informelle d’amis venant de disciplines diverses : philosophie politique, esthétique, sociologie, poétique, critique littéraire. Son objet consiste à travailler autour de questions qui aujourd’hui émergent spontanément, lorsque la vie nous place en situation telle que nous cherchons à penser et agir de manière à transformer nos mécanismes cognitifs habituels (interprétation, compréhension), nos processus de subjectivations critiques, la manière dont nous concevons nos formes d’émancipation. La réflexion porte donc en particulier sur l’allure de ces questions et des notions qu’elles mobilisent, ou précipitent. Sur leurs différentes méthodes de circulation (nouveaux supports, nouvelles pratiques éditoriales, diffusion…), le type de critères sous-jacents qu’elles induisent, leur mode de réception et de fixation dans une communauté : les comportements, les échanges qu’elles introduisent.

 

http://questions-theoriques.blogspot.fr/p/qui-sommes-nous.html

Plateforme indisciplinaire en recherche-action-création