Archives par mot-clé : en-avant

Atelier de désapprentissage de « la langue »

Kit conçu par Myriam Suchet dans le cadre d’un programme de recherche IUF, réalisé en complicité avec Alice Ferré et Élise Gabriel (Les Tables des Matières).

Ce kit invite à éprouver, ressentir, palper, deux propositions qui peuvent sembler abstraites énoncés comme ça : « la langue », ça existe pas – sinon comme un ensemble de situations d’énonciation et de manières de dire singulières, changeantes, plus ou moins régulées par des normes arbitraires et légitimées par des institutions. Par conséquent, apprendre une langue ce n’est ni transmettre ni recevoir un savoir, mais recréer ensemble, continuellement, un espace d’écoute qui ne préexistait pas à notre entrée dedans. Bienvenue !

Invitation :
Nous évoluons trop souvent dans « la langue » comme un poisson qui serait persuadé que son aquarium est un milieu naturel… Pour se libérer de ces parois aux allures de frontières, venez pratiquer quelques assouplissements et autres réchauffements du bocal à l’aide d’un « kit de désapprentissage ». Par les nouvelles lunettes qui nous pousseront sur le nez, le « s » d’en français se lit comme une marque de pluriel, et le FLE se dit « français langue étrangée ».

Quelques occasions d’expérimenter le kit encore en phase test :

FLE : Français Langue Étrangée

Une lettre de Myriam Suchet adressée à Barbara Manzetti

Une création sonore réalisée par David Christoffel

Parution sur Danse on Air le 9 septembre 2022

https://danseonair.org/agenda/creation-sonore-fle-francais-langue-etrangee-par-myriam-suchet/

Déplier « FLE » en « français langue étrangée » plutôt qu’en « français langue étrangère », c’est offrir l’hospitalité à toutes les différences : celles qui existent entre les langues et aussi celles qui constituent chacune de l’intérieur. Tolérer la diversité ne suffit pas : lisons résolument le « s » de « français » comme une marque de pluriel !

Cette lettre, adressée à Barbara Manzetti (et à l’ensemble Rester. Étranger.) a paru en mars 2021 sur le site de Qalqalah قلقلة . Des échos et résonances se trouvent à l’adresse https://www.enfrancaisaupluriel.fr/  

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant. Elle dirige le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle dans une perspective de recherche-action-création. Elle a publié notamment L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues (Classiques Garnier, 2014), Indiscipline ! Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens,  (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019). Depuis 2020, ses recherches (IUF) sur la traduction du français aux français au pluriel prennent trois formes complémentaires : des livrets trimestriels aux Éditions du commun, un kit de désapprentissage de « la langue » (réalisé avec les Tables des Matières) et un site (créé avec Figures libres) https://www.enfrancaisaupluriel.fr/

 

David Christoffel est poète et compositeur, homme de radio et docteur en musicologie de l’EHESS. Auteur d’opéras parlés (récemment Échecs opératiques, Opéra de Rouen en 2018 et Consensus partium, Festival d’automne à Paris en 2020) et de pièces radiophoniques, il mène une réflexion sur les rapports entre poésie et musique en publiant de nombreux articles et en dirigeant le volume Orphée dissipé (RSH, 2018). Producteur de l’émission indépendante Metaclassique diffusée sur une centaine de radios associatives, il est également l’auteur d’Ouvrez la tête (ma thèse sur Satie) (aux éditions MF, 2017) et de l’essai La musique vous veut du bien (PUF, 2018, rééd. 2022). Chercheur associé au Cerilac, ses travaux sont recensés sur le site http://www.dcdb.fr/

 

 

Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, “En quoi aujourd’hui diffère d’hier”, entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

Continuer la lecture de Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)