Rendre visibles les digressions du monde, atelier le Lundi 11 janvier 2021

Lundi 11 janvier se déroulera l’atelier indiscipliné organisé par Clio Simon en partenariat avec la MESHS de Lille et le CRP/.

Cette journée d’étude a été initiée par le CRP/ en partenariat avec la MESHS de Lille et s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement artistique « artiste associé.e » que le centre d’art développe depuis deux en lien avec ses axes de recherche liés :
– à la nature des images, à leurs régimes, et à leur place et leur utilisation dans les pratiques artistiques contemporaines, ainsi qu’à leur contribution aux sciences humaines et sociales,
– aux formes d’engagements de l’artiste dans l’espace public, notamment aux formes « d’activisme artistique » dans le champ de l’Histoire.

Le lien de connexion est celui-ci.

HORAIRES 10h – 12h et 14h – 17h

Déroulé 11012021

“Digresser : pour ma part j’opte pour le verbe, car mon envie première serait de faire, plutôt que de parler à propos de la digression. J’aimerais la faire advenir, la tramer comme un faisceau de relations entre les propositions-interventions qui nous réunissent. L’envisager en acte comme une série de maillons rapides, une prolifération de possibles, un facilitateur à vases communicants. Au fond, c’est une manière de reprendre le principe de mon dernier livre pour le mettre au service de notre journée.”

Ma présentation sera appuyée sur cette collection de perles, que vous pouvez compléter, ré-agencer, augmenter...


Atelier-discussion dans le cadre de la journée “subversion: : une pensée de la répétition critique” (ad hoc)

Tout au long de la journée, une collection a été glanée que vous pouvez (re)trouver et compléter ici : https://www.pearltrees.com/msuchet/subversion/id37277471

 

Texte du programme :

Selon la logique butlérienne voulant que la subversion soit une façon de questionner de l’intérieur la pertinence des structures ainsi que leur naturalisation, cette rencontre reprend le format de la journée d’étude tout en s’en distanciant. Plutôt que de proposer des panels, elle s’organise sur le principe du dialogue. La configuration habituelle (trois communications, suivies d’une période de questions) est ici remplacée par une série d’interventions en binômes. Ce temps libéré au sein de chaque panel est destiné à la discussion – entre les intervenants impliqués, avec la salle – portant sur les rencontres possibles ou impossibles entre les sujets abordés, sur les logiques relationnelles qui peuvent unir ou opposer entre elles les interventions.

L’événement, qui devait initialement se dérouler à l’extérieur des murs de l’université, prendra place au sein d’un espace virtuel en raison de la situation politique et sanitaire actuelle.

Tout au long de la journée, vous êtes invité.e à contrecarrer/amoindrir/subvertir le distanciel en remplissant une « page relationnelle » (inspirée de la maquette du livre L’horizon est ici) pour prolonger encore le dialogue entre les présentations, amplifier leurs résonances et entrecroiser les pistes qu’elles soulèvent. Lors de l’atelier par lequel s’ouvrira la discussion entre Laurence Perron et Myriam Suchet, nous vous proposerons un temps de mise en commun de ces pages relationnelles.

“L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique”

En attendant d’être en mesure de penser mieux, je copie-colle ici le communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) suite à l’accusation “d’islamo-gauchisme” par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.

La Conférence des présidents d’université (CPU) souhaite faire part de l’émotion suscitée par les propos tenus par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, sur Europe 1 et au Sénat, le jeudi 22 octobre, qualifiant « les universités » de lieux où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y « fait des ravages ».

Continuer la lecture de “L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique”

Festival de la contre-allee “En commun. Langues, Traduction & Société”, lille, du 7 au 11 octobre 2020

Texte du programme

Une page dressée comme une table de convives
 
«Y trouve qui veut ce qu’il veut. Ce sont des amorces, l’important c’est qu’elles promettent». C’est sous l’égide de cette injonction à la découverte lancée par Roland Barthes que Myriam Suchet déploie L’Horizon est Ici, pour une prolifération des modes de relation (Éditions du commun, 2019), ouvrage expérimental dans lequel la littérature se révèle force créatrice de liens entre les textes, les êtres et les idées. Avec sa mise en forme empruntée au Talmud judaïque, cet horizon tenu à portée de mains fait dialoguer des fragments textuels aux quatre coins de chacune des pages. Au fil de ces échanges se tisse la possibilité d’autres modes de relations qui pourraient bien ouvrir la voie à des manières alternatives « d’être à la fois entre nous, en nous-mêmes et au monde ».
Modération : Dulia Lengema

Voir http://www.lacontreallee.com/residences/dun-pays-lautre/en-commun-langues-traduction-soci%C3%A9t%C3%A9

“Formes de recherches”, retour agencé sur un atelier Exerice

Lors de son AG du lundi 3 février, le laboratoire Experice s’est déclaré en « Assemblée Générale permanente » pour ne plus taire les conditions d’activité de ses membres. Pour le séminaire doctoral du vendredi 14 février 2020, sont invité•e•s « titulaires, praticiens-chercheurs, étudiant-es, voisin-es, citoyen-nes, doctorant-es… ». Le programme initial était de m’inviter (Myriam Suchet) à présenter mon dernier ouvrage, paru en novembre 2019 aux Éditions du commun sous le titre L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations. Étant moi-même en grève et carré rouge, je me saisis de cette invitation à reconfigurer la rencontre, qui s’intitulera désormais : « L’horizon de l’univerCité est ici. Pour une prolifération des modes de relation en / de recherche ».

Agencements n°5, paru en septembre 2020, contient un retour sur cette expérience partagée, à (re)trouver par ici https://www.editionsducommun.org/products/agencements-n-5-septembre-2020

Et voici un aperçu :

 

Pépites (merci A Pedro Prazeres et A Leyyoki)

Bigé Romain, “Nap-ins. Politiques de la sieste”, www.pourunatlasdesfigures.net, dir. Mathieu Bouvier, La Manufacture, Lausanne (He.so) 2018, consulté en ligne le 21/04/2020


Quentin Hardy, “Coronavirus, un saut de l’ange existentiel et politique”, Terrestres, 31 mars 2020, https://www.terrestres.org/2020/03/31/coronavirus-un-saut-de-lange-existentiel-et-politique/


https://www.youtube.com/watch?v=2M_Wz2BoH3Y

Croquis cinégraphique de notes éparses sur le confinement et le coronavirus. Les images sont générées à partir de morphing d’une forme à une autre (voir index à la fin de la vidéo). Le processus est décrit sur instagram: https://www.instagram.com/p/B94DwRCnTFs/

more : http://leyokki.org/

image © Leyokki

Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, “En quoi aujourd’hui diffère d’hier”, entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

Continuer la lecture de Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le “projet” LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un “soi” par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de “chez soi” où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

Continuer la lecture de non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

lancement à la Librairie du Parc (Paris) le mercredi 22 janvier 2020

Merci à Paolo Bellomo pour la merveilleuse présentation, à Adèle Godefroy pour les photo et à vous d’avoir été là ou d’être ici !

https://m.facebook.com/events/653678538772254/

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Discussion croisée avec les acteur·trice·s du livre Co-création – date reportée

Co-Création est une publication plurielle inscrite dans une recherche sur les pratiques artistiques en co-création engagées dans le champ social, menée depuis 2013 par Céline Poulin (directrice du CAC Brétigny) et Marie Preston (artiste et enseignante-chercheuse à l’université Paris 8) avec la participation de Stéphanie Airaud (responsable des publics et de l’action culturelle au MAC VAL).
 

Lors de cette rencontre, les auteur·rice·s engageront une discussion autour des cinq thématiques essentielles et transversales de l’ouvrage : conversation, collectif, éducation, vulnérabilité et évaluation, avec une attention plus particulière à la coéducation.

En présence de Stéphanie Airaud, Caroline Darroux, François Deck, Véronique Goudinoux, Florence Jou, Maude Mandart, Christian Maurel, Céline Poulin, Marie Preston et Myriam Suchet. 

https://www.lafermedubuisson.com/programme/art-et-co-education

Plateforme indisciplinaire en recherche-action-création

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search