Exposition avec Stefania Becheanu

KANTAJE De « la langue » aux oreilles

du 13 septembre 2022 au 11 octobre 2022

http://www.univ-paris3.fr/exposition-kantaje-de-la-bouche-aux-oreilles–749847.kjsp

Dans le cadre du colloque : Rémanence de “l’écrire classique” en régime littéraire contemporain (Années 1980-2020) du 22 septembre 2022 au 24 septembre 2022

La Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle accueille l’exposition de la Stefania Becheanu, plasticienne sonore, artiste performeuse et musicienne indisciplinaire.

Cette installation visuelle et sonore de Stefania Becheanu trouve son impulsion dans le livre Quant à je (kantaje) de Katalin Molnár (Paris, POL, 1996).
Réécrit et interprété depuis une autre trajectoire de vie, le texte invite à une nouvelle écoute qui engage tout le corps.
Les lettres se déplacent de l’espace de la page vers les murs, où elles forment des tableaux-paysages et tracent des chemins de traverse. Dans sa version immersive, l’œuvre se complète de quatre haut-parleurs disposés autour du public. Le voyage se prolonge par une performance de l’artiste, tirant des fils de couleurs pour faire jouer une guitare.

Cette œuvre a été créée à l’invitation de Myriam Suchet dans le cadre de sa recherche-création financée par l’IUF (https://www.iufrance.fr/les-membres-de-liuf/membre/2044-myriam-suchet.html). Elle a été présentée pour la première fois lors de l’exposition Quand, soudainemenorganisée par le Réseau Université de la Pluralité (du 1er au 6 octobre 2021 au 81 boul. Voltaire, Paris). Elle est aussi exposée de façon virtuelle dans la galerie numérique du site  https://enfrancaisaupluriel.fr 


BIOGRAPHIE
Stefania Becheanu est plasticienne sonore. Elle est diplômée de la Faculté d’Art et Design (option peinture) de Timisoara, en Roumanie avant d’obtenir son Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) option art (« paysage sonore, couloirs sonores, phono-photographie, danser le sonore ») à l’école supérieure d’art de Lorraine – Metz en 2013. Inspirée par des thèmes comme l’identité, le voyage, l’introspection, la communication, l’écoute et l’espace. Elle place le paysage sonore au coeur de ses recherches et de ses projets. Stefania développe aussi un langage performatif musical.

Dans une logique d’exploration et de transdisciplinarité, elle collabore avec Louis-Michel Marion (contrebasse) et Violaine Gestalder (saxophone) durant des séances d’improvisation en lien avec ses paysages sonores. Leur trio Noi-Trei a sorti un album intitulé 3 vues d’un paysage fin 2018. Elle co-écrit un essai intitulé Silence-Décomposition avec Pierre-Luc Landry, publié dans la collection Indiscipline des Éditions Nota Bene en 2017. C’est la rencontre entre les deux artistes qui ont étudié le silence en s’y immergeant afin de déconstruire une chose et d’en reconstruire une autre, par les sensibilités de chacun, les images trouvées, les objets, les conversations entendues, les bruits de la ville enregistrés, etc.” Les rencontres et les échanges entre disciplines avec les artistes et les chercheurs, ont nourri et continuent de nourrir ses propres réflexions et sont souvent l’occasion de découvrir de nouvelles manières d’aborder ses propres projets artistiques. Elle est entre autre membre du réseau national de création musicale Futurs Composés.

Dans le cadre de l’exposition “A la lumière du doute” organisé par l’ESAL-Metz, en partenariat avec la Cité musicale – Metz, elle a exposé cet été, une composition sonore intitulée “Incantations”, réalisée à partir de 6 haut parleurs, avec 23 pierres et une couverture roumaine (un héritage familial). Elle travaille aussi sur une performance intitulée La danse de l’arbre (une co-création avec la chorégraphe Mathilde Vrignaud). Elles présentent un paysage qui est à traverser par le spectateur : des silences, une présence brute, ciselée dans une introspection ténue.

Sa nouvelle création Une Écoute Intime résulte d’un travail de recherche et de captations sonores réalisés en Inde et poursuivi en France lors d’une résidence de création à l’Arsenal de Metz, une performance solo avec du son binaurale dans un instrument plastique et sonore : une sculpture légère de 2 mètres environ qu’elle a créée, construite comme un cube, au centre de laquelle l’artiste s’est installée.

plasticienne sonore, artiste performeuse, musicienne indisciplinaire.
www.stefaniabecheanu.com
Une écoute intime : https://vimeo.com/377774536

Aperçus du kit de désapprentissage de “la langue” à la Manufacture CDCN Bordeaux, à l’invitation de Books on the move

Symposium langue & mouvement


Samedi 17 septembre

MOVING WORDS IN SPACE se propose d’être un temps de réflexion et d’expérimentation autour d’une approche pédagogique qu’Agnès Benoit développe depuis plus de vingt ans. Cette pratique s’articule entre l’exploration du mouvement dansé et l’apprentissage d’une langue. De quelle manière une langue qui nous est encore inconnue ou peu familière peut-elle commencer à faire sens alors que nous sommes en mouvement ? Comment peut-elle résonner dans le corps et initier une danse ?
Cette pratique propose un dialogue continu entre le mouvement dansé et des mots commençant à peine à trouver leurs propres formes dans le corps et dans l’espace. Il s’agit ici d’une expérience incorporée.

Ce projet s’organise autour de plusieurs axes : des entretiens, des résidences, un atelier-laboratoire, des dispositifs EAC, un symposium, une documentation.

 

Continuer la lecture de Aperçus du kit de désapprentissage de “la langue” à la Manufacture CDCN Bordeaux, à l’invitation de Books on the move

FLE : Français Langue Étrangée

Une lettre de Myriam Suchet adressée à Barbara Manzetti

Une création sonore réalisée par David Christoffel

Parution sur Danse on Air le 9 septembre 2022

https://danseonair.org/agenda/creation-sonore-fle-francais-langue-etrangee-par-myriam-suchet/

Déplier « FLE » en « français langue étrangée » plutôt qu’en « français langue étrangère », c’est offrir l’hospitalité à toutes les différences : celles qui existent entre les langues et aussi celles qui constituent chacune de l’intérieur. Tolérer la diversité ne suffit pas : lisons résolument le « s » de « français » comme une marque de pluriel !

Cette lettre, adressée à Barbara Manzetti (et à l’ensemble Rester. Étranger.) a paru en mars 2021 sur le site de Qalqalah قلقلة . Des échos et résonances se trouvent à l’adresse https://www.enfrancaisaupluriel.fr/  

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant. Elle dirige le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle dans une perspective de recherche-action-création. Elle a publié notamment L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues (Classiques Garnier, 2014), Indiscipline ! Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens,  (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019). Depuis 2020, ses recherches (IUF) sur la traduction du français aux français au pluriel prennent trois formes complémentaires : des livrets trimestriels aux Éditions du commun, un kit de désapprentissage de « la langue » (réalisé avec les Tables des Matières) et un site (créé avec Figures libres) https://www.enfrancaisaupluriel.fr/

 

David Christoffel est poète et compositeur, homme de radio et docteur en musicologie de l’EHESS. Auteur d’opéras parlés (récemment Échecs opératiques, Opéra de Rouen en 2018 et Consensus partium, Festival d’automne à Paris en 2020) et de pièces radiophoniques, il mène une réflexion sur les rapports entre poésie et musique en publiant de nombreux articles et en dirigeant le volume Orphée dissipé (RSH, 2018). Producteur de l’émission indépendante Metaclassique diffusée sur une centaine de radios associatives, il est également l’auteur d’Ouvrez la tête (ma thèse sur Satie) (aux éditions MF, 2017) et de l’essai La musique vous veut du bien (PUF, 2018, rééd. 2022). Chercheur associé au Cerilac, ses travaux sont recensés sur le site http://www.dcdb.fr/