UNFINISHED BATTLEGROUND, 3rD&4th EDITIONS – 25 juillet – 1er aout 2021, une invitation de Pedro Pradzeres

OPEN LABS
25/07 – 01/08/2021
ARMAZÉM 22, GAIA, PORTUGAL

Estão abertas as candidaturas para os OpenLabs de investigação artística UNFINISHED #BattleGround 3ª/ 4ª Ed. 2021

Unfinished #BattleGround OpenLabs pretende construir experiências, instrumentos e perspectivas a partir do trabalho de artistas cujo percurso questiona o corpo como contexto político. Para tal, com a curadoria de Pedro Prazeres, esta semana de laboratório integra como convidados, artistas e pensadores de contextos sociais, artísticos, políticos e territoriais específicos em que o corpo é o meio de comunicação e de intervenção artística. Composto por uma sessão anual, as 3º e 4ª edições do Unfinished, inicialmente previstas nos verões de 2020 e 2021, devido ao contexto mundial de pandemia, realizar-se-ão em julho de 2021. No passado mês de julho de 2020, na data prevista para a realização dos openlabs , realizou-se uma conversa online entre alguns dos artistas convidados que pode ser visionada aqui.

pplications are now open for the 3rd Edition OpenLab artistic research UNFINISHED #BattleGround Spring 2021!

Unfinished #BattleGround Open Labs intends to build experiences, instruments and perspectives from the work of artists whose journey questions the body as a political context. With this purpose, Unfinished #BattleGround integrates as guests, artists and thinkers from specific social, artistic, political and territorial contexts in which the body is the means of communication and artistic intervention. The 3rd and 4th editions of the Unfinished Open Labs, initially planned in the summers of 2020 and 2021 and due to the global context of the pandemic, will take place only in 2021, during spring and summer. In July 2020, on the scheduled date for the 3rd edition, an online conversation was held between some of the guest artists that can be viewed here.

« Situer et relier les savoirs en vie dans l’espace d’une seule page  » pour la journée « Spatialité des vivants » (matin), une invitation de Joanne Clavel le 23 juin 2021

© Stefania Becheanu

9h30 – 12h30

 Situer et relier
les savoirs en vie
   dans l'espace
 d'une seule page
Myriam Suchet

Comment faire de nos recherches des terrains fertiles pour penser-créer-agir en ces temps incertains ? A quelles conditions la pensée se fait-elle porteuse de mondes désirables ? Peut-on espérer devenir universiTerres ? A ces questions je ne proposerai aucune réponse, mais une proposition très concrète, étayée sur les formes éditoriales au travers desquelles ma recherche, initialement littéraire, s’est indisciplinée. Ouvrages, fanzines, cartes à jouer ou postales : les manières de scénographier une expérience de pensée y inscrivent des modes de rapports, favorisent des régimes d’adresse et en empêchent d’autres. A chaque fois, j’aimerais prêter attention au comment, à la singularité des relations qui s’y trament. Dans la foulée, je vous inviterai à ce que nous composions ensemble des agencements à partir des éléments dont vous pourrez avoir eu envie de vous saisir lors de la présentation, et surtout en fonction de vos propres recherches ou créations en cours. N’hésitez pas à venir avec toutes sortes de matériaux qui vous importent : textes en tous genres, images, bribes, notes de terrain, crayons de couleurs, textures, questions suspendues…

14h -17h

Expérimentations somatiques
 en contexte de soin et de
     précarité sociale
Violeta Salvatierra

Chargée de cours et chercheuse associée au département danse de l’Université Paris8.
Praticienne Somatique (Rolfing), danseuse improvisatrice. Chargée de mission pour le CPT, projet création

Violeta Salvatierra a soutenu une thèse en danse en décembre 2020 intitulée « L’atelier de danse et  d’éducation somatique comme espace d’expérimentations micropolitiques » développée à partir de trois terrains de recherche-action. Cette recherche interroge les usages et l’impact de pratiques corporelles chorégraphiques et somatiques dans l’accompagnement de publics accueillis en institutions psychiatriques et/ou médico-sociales. A travers trois études de cas, elle s’intéresse à la manière dont de telles pratiques peuvent soutenir des processus de subjectivation aux potentiels émancipateurs. Lors de cette intervention, il s’agit de revenir sur le questionnement éminemment écosophique qui soutenait cette recherche et de mettre en partage une réflexion sur la posture épistémologique et les outils méthodologiques qui l’ont construite, ainsi que de certains éléments de son élaboration théorique. Il s’agira également de prendre le temps d’expérimenter ensemble un dispositif d’atelier somatique afin d’engager un dialogue qui s’appuie sur le vécu d’une expérience somatique collective.

Pensez à venir avec des vêtements légers !!!


L’inscription se fait par joanne.clavel@cnrs.fr

 

BAse de lancement pour une école hirsute, résidence du 14 au 16 mai 2021

Une initiative lancée par Fabrice Gallis, du Laboratoire des Hypothèses

https://hirsute.minuscule.info/doku.php?id=hirsute

Au sein des écoles d’art émergent certaines propositions pédagogiques qui engagent les étudiants et les artistes sur des chemins qui s’écartent des formats attendus. Sur un pied d’égalité, les acteurs contribuent à l’extension de formes souvent surprenantes et diffuses.
Ces moments doivent parfois être recadrés pour rester compatibles avec le rythme des écoles.

Afin de prolonger ces mouvements, et de tester leur capacité à s’échapper, il est utile de construire une “école” hors-les-murs qui se constitue autour de propositions singulières, parfois clairement pédagogiques, parfois sensibles, absurdes voire même dérangeantes.

E.H.E.S.S! (l’École Hirsute Est Sans Site!)

Sur le modèle du Black Mountain College, l’École Hirsute poursuit ce but en initiant une plateforme qui met en relation des propositions de travail en commun , des étudiant⋅e⋅s et des lieux d’art.
Devient étudiant⋅e de l’école Hirsute celui ou celle qui s’inscrit, de fait.
L’économie se veut minimale pour rendre la circulation plus fluide et les projets plus libres, mais n’est pas pour autant évacuée.
Chaque proposition définit ses propres paramètres de coût, le mode de contribution des participants, la rémunération de l’initiateur⋅rice, par exemple.

Initialement pensée comme un centre de ressource, l’École Hirsute prend la forme d’un site internet où sont postés des cours hors les murs, des propositions de performance collective, des formations techniques, des projets d’artistes dont le point commun est justement la mise en commun, l’échange de compétences ou d’expériences. C’est aussi là une opportunité pour les artistes de trouver des situations de travail rémunérées hors des institutions identifiées.

Structure en cours d’écriture : https://app.wisemapping.com/c/maps/1080649/public

Il ne s’agit pas de vider les école d’art mais plutôt d’élargir à un public non-étudiant une offre rare et inventive, aujourd’hui encore disponible au sein de ces institutions, mais qui souvent peine à en déborder les murs. Le public extérieur n’a pas accès à ces moments riches et inattendus, la place qu’on lui donne est souvent passive et consommatrice (expositions, éditions, conférences…). L’école hirsute diffuse donc ces alternatives en empruntant un rapport intégrateur à la recherche artistique.

A la manière d’un site de covoiturage, l’école hirsute met en relation des usager⋅ères qui tour à tour transportent ou se font transporter.

 

Quelques liens qui nourrissent le projet :