Les “masques” porteurs de “langues” – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Usages de langues et dynamiques francophones en situations de pandémie (Perspectives in(ter)disciplinaires)

Journée d’études organisée par Valentin Feussi et Maëva Touzeau

Ces derniers mois, la pandémie du coronavirus a transformé notre quotidien en ébranlant les structures sociales de façon inattendue voire brutale. Elle a modifié notre vision du monde, de l’Autre et de nous-mêmes. Notre vie socio-professionnelle et familiale a été chamboulée et adaptée au cadre restrictif du confinement. En tant qu’événement (vécu comme catastrophe) qui traverse des manières particulières de vivre dans le monde, cette pandémie rappelle d’autres formes de violences et traumatismes qui ont marqué et marquent encore la mémoire collective. Les inégalités, la discrimination ont été réactivées, en même temps que la peur d’autrui, fondement de toutes les formes d’ethnocentrisme. Parallèlement ont émergé d’autres expériences sociétales, politiques ou médiatiques, des pistes visant à y répondre pour sortir le monde de cette situation inattendue. Dans les champs éducatifs et de la recherche, le recours au numérique est apparu comme un moyen pour dépasser les violences de l’enfermement et de la discrimination. Les applications de mise en relation (Tik Tok, Tinder, etc.), le distanciel formatif, les webinaires, les canaux, forums sont devenus centraux dans les rencontres sociales et professionnelles. La question de genre (et pas uniquement de celui de la/le Covid) s’est reposée à travers les violences familiales, plus particulièrement subies par les femmes, ce qui a souligné la condition inégalitaire des femmes dans le monde (francophone). La pandémie pose également la question de la mobilité sous l’angle de migrations « exogènes » ou « endogènes » (Calvet, 2000) et du besoin de lien social. Ce besoin a ainsi remis en scène le néologisme « solidaritude » apparue dans une chanson de Robert Charlebois en 1973, qui révèle, autrement, une nouvelle image de l’altérité. Quelle que soit la situation, le rôle notoire du masque est à souligner. Il est associé au souci d’autrui tout en faisant de l’autre le porteur de peur et de mort, obligeant à une nouvelle proxémie et une prise en compte de l’inconnu. Les Africains (francophones) plus particulièrement s’approprient cette situation inattendue par des solutions originales locales, ce qui légitime la pertinence de points de vue expérientiels et non-institutionnels dans la compréhension du monde.

Continuer la lecture de Les “masques” porteurs de “langues” – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021