Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Usages de langues et dynamiques francophones en situations de pandémie (Perspectives in(ter)disciplinaires)

Journée d’études organisée par Valentin Feussi et Maëva Touzeau

Ces derniers mois, la pandémie du coronavirus a transformé notre quotidien en ébranlant les structures sociales de façon inattendue voire brutale. Elle a modifié notre vision du monde, de l’Autre et de nous-mêmes. Notre vie socio-professionnelle et familiale a été chamboulée et adaptée au cadre restrictif du confinement. En tant qu’événement (vécu comme catastrophe) qui traverse des manières particulières de vivre dans le monde, cette pandémie rappelle d’autres formes de violences et traumatismes qui ont marqué et marquent encore la mémoire collective. Les inégalités, la discrimination ont été réactivées, en même temps que la peur d’autrui, fondement de toutes les formes d’ethnocentrisme. Parallèlement ont émergé d’autres expériences sociétales, politiques ou médiatiques, des pistes visant à y répondre pour sortir le monde de cette situation inattendue. Dans les champs éducatifs et de la recherche, le recours au numérique est apparu comme un moyen pour dépasser les violences de l’enfermement et de la discrimination. Les applications de mise en relation (Tik Tok, Tinder, etc.), le distanciel formatif, les webinaires, les canaux, forums sont devenus centraux dans les rencontres sociales et professionnelles. La question de genre (et pas uniquement de celui de la/le Covid) s’est reposée à travers les violences familiales, plus particulièrement subies par les femmes, ce qui a souligné la condition inégalitaire des femmes dans le monde (francophone). La pandémie pose également la question de la mobilité sous l’angle de migrations « exogènes » ou « endogènes » (Calvet, 2000) et du besoin de lien social. Ce besoin a ainsi remis en scène le néologisme « solidaritude » apparue dans une chanson de Robert Charlebois en 1973, qui révèle, autrement, une nouvelle image de l’altérité. Quelle que soit la situation, le rôle notoire du masque est à souligner. Il est associé au souci d’autrui tout en faisant de l’autre le porteur de peur et de mort, obligeant à une nouvelle proxémie et une prise en compte de l’inconnu. Les Africains (francophones) plus particulièrement s’approprient cette situation inattendue par des solutions originales locales, ce qui légitime la pertinence de points de vue expérientiels et non-institutionnels dans la compréhension du monde.

Continuer la lecture de Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Lenguas vivas / langues vivantes / living tongues : un Événement radiophonique

En direct Samedi 6 mars 2021, 15h—17h

Et à (r)écouter sur *Duuu par ici : https://duuuradio.fr/archive/lenguas-vivas-langues-vivantes-living-tongues

Les Small Gualichos sont aussi disponibles ici : https://duuuradio.fr/archive

Avec: Mercedes Azpilicueta, Virginie Bobin, Hélène Harder, Emmanuelle Lafon, Lucile Sauzet, Pauline Simon et Myriam Suchet.


Mercedes Azpilicueta et Virginie Bobin invitent cinq collaboratrices de l’exposition «Bestiario de Lengüitas» à se réunir pour une conversation autour de leurs pratiques. Rassemblées pour l’occasion dans les studios de *Duuu dans le parc de La Villette, elles nous proposent d’imaginer des formes d’engagement et de partage passant par l’écoute, le bruit et la voix, des dimensions essentielles au projet.

Modéré par Virginie Bobin, cet échange sera ponctué d’extraits des pièces de Mercedes Azpilicueta, d’interventions plus performatives et de «small gualichos» (de petits sorts auditifs).
 

Mercedes Azpilicueta (née à La Plata, Argentine, en 1981) est une artiste visuelle et performeuse qui vit et travaille à Amsterdam et à Buenos Aires. Elle développe des processus de recherche et de production qui explorent les qualités affectives et la dimension politique du langage et de la voix, en lien avec les notions de performativité, de féminisme décolonial et de résistance. En 2018, elle a présenté sa première grande exposition personnelle au Musée d’art moderne de Buenos Aires, après avoir reçu le Pernod Ricard Fellowship (Paris) en 2017 et été artiste en résidence à la Rijksakademie (Amsterdam) en 2015-2016. Elle est titulaire d’une maîtrise en beauxarts (MFA) obtenue en 2013 au Dutch Art Institute/ArtEZ, Arnhem, et d’une licence en beaux-arts (BFA) obtenue en 2007 à l’Université Nationale des Arts (UNA) de Buenos Aires, où elle a également suivi le Programme d’artistes 2009-2010 de l’Université Torcuato Di Tella. Son travail a été exposé à Museion – Musée d’Art Moderne et Contemporain Bozen/Bolzano (2020), au Van Abbemuseum (Eindhoven) et à CentroCentro, Madrid (2019), à la REDCAT Gallery (Los Angeles, 2018), au MACBA (Barcelone, 2018), au Centre d’Art Dos de Mayo (CA2M, Móstoles, 2017), à l’Onomatopee (Eindhoven, 2016), au TENT (Rotterdam, 2015), à Móvil (Buenos Aires, 2015), à l’Irish Museum of Modern Art (Dublin, 2014) et au Het Veem Theatre (Amsterdam, 2014). Elle est représentée par Nogueras Blanchard, Madrid.

Virginie Bobin travaille au croisement de la recherche, des pratiques curatoriales et éditoriales, de la pédagogie et de la traduction. Elle poursuit actuellement un doctorat dans le cadre du PhD-in-practice de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. En 2018, elle co-fonde avec Victorine Grataloup la plateforme éditoriale et curatoriale Qalqalah. De 2016 à 2018, elle a été Responsable des programmes de la Villa Vassilieff, lieu qu’elle a co-créé. Elle a travaillé pour Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Witte de With, Manifesta Journal, Les Laboratoires d’Aubervilliers et Performa.

Hélène Harder est réalisatrice de films documentaires et s’intéresse notamment aux représentations de genre. Elle travaille actuellement à deux projets au long cours : Casamantes, une pièce transmédia avec Karima El Kharraze; et Fatna, a woman named Rachid, un long-métrage documentaire.

Emmanuelle Lafon est comédienne, metteuse en scène et autrice. Elle nourrit des passions, notamment les collaborations avec d’autres artistes, et les rapports entre écriture et oralité, ou musique, bruit et parole.

Lucile Sauzet est designer, basée à Paris. Son travail se concentre sur les notions de représentation et perception du corps, notamment dans le domaine du soin. Sa pratique comprend aussi bien la création d’objets et costumes expérimentaux que la recherche sur les usages dans une approche sensible, au service des vulnérabilités. En 2017, elle a fondé Flux Initiative, son propre studio de design.

Pauline Simon est chorégraphe et interprète. Sa pratique chorégraphique est marquée par une recherche transdisciplinaire, où la danse se pose comme vecteur autour d’un sujet ou d’un contexte et crée des liens entre l’intime et le politique. En 2020, elle obtient un master à l’EHESS de Paris, et travaille sur une nouvelle création issue de cette recherche, The great Hold up.

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant, quelque part entre la France et le Québec. Maître de conférence à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est membre de l’Institut Universitaire de France et travaille dans les interstices où les institutions rencontrent d’autres espaces de recherche-action-création. Elle a publié trois ouvrages : L’Imaginaire hétérolingue (Paris, Classiques Garnier, 2014), Indiscipline! Tentatives dUniverCitéà lusage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019).

*Duuu est une webradio dédiée a la création contemporaine. Fondée en 2012 par des artistes, cette radio est née du désir de faire entendre des situations de réflexion et de travail. Inventant ce que pourrait être une radio d’art aujourd’hui, elle expérimente d’autres modes de parole, et travaille depuis huit ans à croiser des voix parallèles et susciter des rencontres. *Duuu est à la fois un outil de production de situations radiophoniques, une plateforme de création d’objets sonores, et une archive en mouvement. *Duuu est en résidence au CAC Brétigny dans le cadre de ≪Transmissions≫.

Ressources