non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le « projet » LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un « soi » par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de « chez soi » où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

« […] La ligne de fiction
Il vaudrait mieux s’intéresser à cette fissure. Cette rupture dans la ligne du récit. Car il s’agit là du vrai sujet. La manière dont nos corps accusent les chocs. Les moments de désorientation. Quelque chose surgit qui aurait dû rester tapi dans l’ombre. Nous sommes maintenant prisonniers de lourdes craintes. L’incompréhension nous transforme et nous essayons de négocier avec le doute. A un moment donné, la nostalgie de nos anciennes manières nous assaille. Nous nous regrettons. Nous n’allons pas redevenir l’enfant que nous étions. Il faudra vivre avec les conséquences. Sauf que nous n’avons pas ce qu’il faut, la force des personnages de fiction, leur capacité à s’adapter aux situations les plus graves ; ils arrivent à marcher pieds nus dans la tragédie quand nous restons figés sur le seuil. Nous avons besoin d’écrire pour affronter le premier récit, pour déplacer l’événement. Mais nous sommes incapables d’écrire calmement. Nos mains tremblent tout le temps. Incapables d’écrire parce que nous avons brisé la ligne. Que serait-il arrivé si nous l’avions laissée intacte ? Allons-nous, invariablement, briser toutes les lignes ? Sommes-nous à ce point effrayés par l’équilibre qu’il nous faille inventer, à tout moment, des mouvements de bascule ?
 
Esquisse informe
Alors, nous ne savons pas ce qui nous attend. Mais nous avons une vague idée, elle s’étire comme une ligne, et nous l’appelons le quotidien. Nous traçons une ligne de temps. Un trait rassurant. Il se dessine, plutôt droit et souvent sans ruptures ; parfois des courbes, il s’efforce de contourner les surprises, assure une direction, une fixité, laisse supposer qu’au bout de la ligne, jamais de bout de ligne, quelque chose d’infini dans la ligne, qui pourrait ne jamais s’arrêter. Et l’image que le quotidien nous permet d’esquisser, le projet de demain sans extravagance, marcher sans étonnement, vers un bout de ligne qu’on repousse, vers un choc, ce jour-là de l’épouvante, qui défiera le récit, mais on ne sait pas, on ne peut pas prévoir, on trace une ligne en espérant l’infini. Et pourtant, sur la ligne se tiennent nos préoccupations, nos craintes devant l’événement qui se prépare, tous les évènements qui se préparent et que nous pouvons programmer, mais sans savoir vraiment qu’ils bousculent, que la ligne, bientôt n’est plus tellement une ligne ; alors dans l’expectative, radicalement le narratif, et radicalement le brouillon. Nous nous racontons des histoires qui nous ressemblent et se ressemblent, de jour en jour, pour amortir les chocs. Puis, ce qui nous attend finit par nous rejoindre. L’évènement bouscule. Et la ligne entortillée en une espèce de gribouillis nous ramène à l’enfance, comme si, en fait de compte, nous n’avions jamais vraiment su dessiner. […] »

Et pour les oreilles :

  • Une série d’entetiens nous aidant à penser collectivement le confinement et l’isolement du COVID2019, pour déconstruire l’état d’exception, la séparation, et/ou le système immunitaire du capitalisme.  Avec: Thierry Bardini, Yves Citton, Alain Deneault, Brian Holmes, Frédéric Neyrat.
    http://www.rybn.org/radioinformal/antivirus/