Lancement de la programmation 2018-2019 du Centre d’études québécoises

Samedi le 20 octobre 2018 de 16h à 18h

à la Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris
à l’occasion du Festival des Non-Aligné(e)s organisé par Jean-Charles Agboton-
Jumeau & Laurent Marissal

Les photos souvenirs sont par ici !

C’est la rentrée ! Pour cette année universitaire 2018-2019, nous vous proposons d’activer le Centre d’Etudes Québécoises comme un « chappa’ai » revisité c’est-à-dire, en langue goa’uld, une porte d’entrée vers un trou de ver permettant de voyager dans l’espace-temps.

En nous situant à la fois des deux bords de l’Atlantique et dans un futur déjà advenu, nous ouvrirons les possibles les plus improbables pour pratiquer l’UniverCité telle que la rêvons et la savons devoir être. Vous verrez, c’est très simple : il suffit d’entrer au CEQ pour se retrouver tout à la fois en France et au Québec, en recherche et en action, en création permanente et au diapason des universités buissonnières, braconnières, volantes, interstitielles, foraines, expérimentales, émancipatrices, ouvertes, autogérées, et libres qui poussent comme des constellations en expansion. Rendez-vous à la Générale samedi 20 octobre 2018 à 16h pour prendre part au démarrage de l’aventure !

La compagnie d’activation du CEQ comme chappa’ai est déjà nombreuse et toujours ouverte, avec (par ordre d’apparition en personne plus ou moins virtuelle) : Louise Lachapelle, Patrice Loubier, Cousins de Personne, Jean-Simon DesRochers & Andrée-Anne Dupuis Bourret, l’Université Buissonnière…

*Extrait de la présentation par Laurent Marissal et Charles Agboton-Jumeau :

« L’an 1 du Festival non aligné-e-s aura lieu à la Générale du 20 au 22 octobre 2018. C’est la deuxième édition consécutive au FNA An 0 inauguré en septembre 2017. Cette édition est placée sous l’égide de « La Reprise », d’après le film inachevé La reprise du travail aux usines Wonder, connu aussi sous le titre Wonder 1968.« 


Tour de table autour de l’école, avec Marie Preston

La double page suivante s’offre comme un banquet : au centre, une table se déplie et, tout autour, une conversation se noue. Les convives sont imaginaires, leurs propos constitués de la réécriture libre de quelques citations dont vous trouverez les sources au sortir du repas (p. 36). La table, elle, existe bel et bien : son plateau est la photographie en plongée d’une maquette d’école idéale réalisée par des élèves de maternelle. Elle a accueilli, le 28 juin 2016, une école erratique (dispositif initié par François Deck) pour mettre en question les places respectives de celles et ceux qui font l’école et leur coopération (souvent au féminin) : élèves, institutrices, agentes territoriales spécialisées des écoles maternelle (Atsem), parentes, artistes, animatrices, etc. L’idée de départ est née de la rencontre entre Marie Preston et Khadidja Tahiri, confrontées à un manque cruel de discussions collectives et de réflexions sur les interdépendances dans l’institution scolaire. La présente réédition est due à une deuxième rencontre, celle de Marie Preston et de Myriam Suchet. À votre tour, prenez place : vous êtes invité·e·s !

https://vacarme.org/article3090.html

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 82, hiver 2018, pp. 33-36.