Parution d’Intermédialités n°27 : traduire / translating

Ce numéro 27 de la revue Intermédialités réfléchit à l’opération traduisante, considérée dans sa dimension linguistique et coloniale, et l’abordant en tant qu’acte artistique, militant et politique. Il porte en outre une attention particulière à la langue des signes et aux cas d’hétérolinguisme.

Le numéro présente ainsi un « ensemble d’analyses intermédiales de l’acte de traduire [qui] invite à déployer une épistémologie relationnelle, pour restituer à la traduction ses dimensions matérielles, temporelles, pragmatiques, conflictuelles et politiques, et sortir des binarismes comme des ontologismes. » (Myriam Suchet)

En vous souhaitant une excellente lecture !

L’équipe d’Intermédialités

Sous la direction de Myriam Suchet

Ce numéro thématique regroupe des articles de :

  • Camille Bui (Université de Montréal et Université Paris Diderot)
  • Karina Chagnon (Université du Québec à Montréal)
  • Lucia Quaquarelli (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense)
  • Maude Levebre (Université du Québec à Montréal)
  • Barbara Bourchenin (Université Bordeaux-Montaigne)
  • Geneviève Robichaud (Université de Montréal)
  • Julie Chateauvert (Université Paris 8)
  • Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Artiste invitée :

  • Nurith Aviv, Signer en langues (2016)

Essai:

  • Jon Solomon (Université Jean Moulin – Lyon 3)

Disponible sur Érudit : https://www.erudit.org/fr/revues/im/ et bientôt disponible en format ePub aux Presses de l’Université de Montréal, sur l’entrepôt du livre numérique ANEL-De Marque, ainsi que sur le site web de la SODEP.

Revue des Sciences Sociales N° 56 – 2016 Indiscipliné.e.s

Une aventure impulsée par Eva Carpigo, Paola Delfino, Asahi Higashi, Christophe Humbert, Abril Padilla, Rachel Perrel et Patrick Ténoudji.

Ce numéro s’ouvre aux chercheur.e.s in(ter)-, pluri-, poly-, disciplinaires, « indisciplinaires » selon le mot d’Edgar Morin (2005), ou même indiscipliné.e.s, qui réfléchissent sur leur propre pratique. En continuité avec une approche critique du savoir parcellisé de la science contemporaine, il donne voix à des méthodologies et/ou sujets de recherche qui jouent avec les cloisonnements disciplinaires.

Et si l’indiscipline – comme inaptitude à obéir, à se soumettre aux règles que s’est données la communauté à laquelle on appartient -, s’accompagnait irrémédiablement d’une « discipline de soi » (Michel Foucault) ? Ce numéro incite à l’indiscipline disciplinée comme force critique, capacité de transformation, de subjectivation ou encore comme espace de liberté.