Archives de catégorie : Publications

FLE : Français Langue Étrangée

Une lettre de Myriam Suchet adressée à Barbara Manzetti

Une création sonore réalisée par David Christoffel

Parution sur Danse on Air le 9 septembre 2022

https://danseonair.org/agenda/creation-sonore-fle-francais-langue-etrangee-par-myriam-suchet/

Déplier « FLE » en « français langue étrangée » plutôt qu’en « français langue étrangère », c’est offrir l’hospitalité à toutes les différences : celles qui existent entre les langues et aussi celles qui constituent chacune de l’intérieur. Tolérer la diversité ne suffit pas : lisons résolument le « s » de « français » comme une marque de pluriel !

Cette lettre, adressée à Barbara Manzetti (et à l’ensemble Rester. Étranger.) a paru en mars 2021 sur le site de Qalqalah قلقلة . Des échos et résonances se trouvent à l’adresse https://www.enfrancaisaupluriel.fr/  

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant. Elle dirige le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle dans une perspective de recherche-action-création. Elle a publié notamment L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues (Classiques Garnier, 2014), Indiscipline ! Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens,  (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019). Depuis 2020, ses recherches (IUF) sur la traduction du français aux français au pluriel prennent trois formes complémentaires : des livrets trimestriels aux Éditions du commun, un kit de désapprentissage de « la langue » (réalisé avec les Tables des Matières) et un site (créé avec Figures libres) https://www.enfrancaisaupluriel.fr/

 

David Christoffel est poète et compositeur, homme de radio et docteur en musicologie de l’EHESS. Auteur d’opéras parlés (récemment Échecs opératiques, Opéra de Rouen en 2018 et Consensus partium, Festival d’automne à Paris en 2020) et de pièces radiophoniques, il mène une réflexion sur les rapports entre poésie et musique en publiant de nombreux articles et en dirigeant le volume Orphée dissipé (RSH, 2018). Producteur de l’émission indépendante Metaclassique diffusée sur une centaine de radios associatives, il est également l’auteur d’Ouvrez la tête (ma thèse sur Satie) (aux éditions MF, 2017) et de l’essai La musique vous veut du bien (PUF, 2018, rééd. 2022). Chercheur associé au Cerilac, ses travaux sont recensés sur le site http://www.dcdb.fr/

 

 

Parution du 2ème livret d’une recherche en cours aux éditions du commun

Cette parution trimestrielle, concoctée en complicité graphique et éditoriale avec les Éditions du commun, vise à diffuser une recherche en cours et, plus encore, à vous convier à y prendre part, donc à la transformer.

Cette recherche invite à lire le « s » de français comme une marque de pluriel. L’objectif est de rendre compte de textes francophones qui sortent du modèle de « la langue » une et indivisible. Leur apport est souvent pensé en termes de rayonnement et de diversité (multilingue) alors qu’ils travaillent la différence de la langue même, diffractée (hétérolingue). L’enjeu est plus large : faire face aux situations où il semble que nous ne parlons pas la même langue et pourtant français.

Trois plans sont corrélés :

  1.  poétique : établir une approche non-monolingue des textes
  2.  numérique : créer une plateforme et une édition hypertextuelle inédites
  3.  social : penser le rapport de cette recherche à sa propre langue dans une optique de médiation scientifique ou de traduction du français en français (au pluriel).

Ce livret a été fabriqué à la main et tiré à 200 exemplaires. Il est disponible dans certains lieux physiques et en ligne.

“Qui résiste ?” n° 14 : parution et lancement avec Pierre di Sciullo

Orchestrée par Pierre di Sciullo, ce nouveau numéro en fransè fasil vient de paraître !

Le lancement aura lieu en deux temps. D’abord sur le salon MAD (Multiple Arts Days) à Romainville (métro ligne 5).
Nous serons présents à la table A 18 les 10, 11 et 12 septembre.
http://multipleartdays.fr/

Puis le samedi 11 vers 17 h, dans le cadre des Mad’s talks, Guillaume Pô et Pierre di Sciullo feront une dictée en Fasil, à partir de Répétitions générales. Garance Dor lira un extrait de Zoorama, etc.

Fondation Fiminco 43 rue de la Commune de Paris 93230 Romainville
M5 Bobigny – Pantin – Raymond Queneau
Bus 147 – arrêt Église de Pantin-Metro
Bus 145 et 318 – arrêt Louise Dory


Le salon ouvre ses portes au public le vendredi 10 septembre de 12 h à 20 h (entrée gratuite). 
Samedi 11 septembre de 12 h à 18 hDimanche 12 septembre de 11 h à 18 h (entrée payante 5€)

Première PARUTION d’un Livret trimestriel de recherches en cours

Traduire du français aux français

Livret d’une recherche en cours – Les littératures francophones difractent “la langue”, de la page à l’écran

Cette parution trimestrielle, concoctée en complicité graphique et éditoriale avec les Éditions du commun, vise à diffuser une recherche en cours et, plus encore, à vous convier à y prendre part, donc à la transformer.

Cette recherche invite à lire le « s » de français comme une marque de pluriel. L’objectif est de rendre compte de textes francophones qui sortent du modèle de « la langue » une et indivisible. Leur apport est souvent pensé en termes de rayonnement et de diversité (multilingue) alors qu’ils travaillent la différence de la langue même, diffractée (hétérolingue). L’enjeu est plus large : faire face aux situations où il semble que nous ne parlons pas la même langue et pourtant français.

Trois plans sont corrélés :

  1.  poétique : établir une approche non-monolingue des textes
  2.  numérique : créer une plateforme et une édition hypertextuelle inédites
  3.  social : penser le rapport de cette recherche à sa propre langue dans une optique de médiation scientifique ou de traduction du français en français (au pluriel).

Ce livret a été fabriqué à la main et tiré à 180 exemplaires. Il est disponible dans certains lieux physiques et en commande sur internet.

L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relation (parution d’ouvrage de Myriam Suchet)

Dans un monde où les liens se crispent, se liquéfient, déployer des formes de vie solidaires et émancipées implique de s’arracher aux modes de rapports établis et d’en expérimenter de nouveaux. Mais lesquels ?

Ce livre invite à porter attention aux qualités singulières de toute relation : chaque page reprend la structure du Talmud pour agencer un ensemble de matériaux empruntés à différents univers d’action, de création et de réflexion. Les textes et leurs interprétations littéraires opèrent comme des agents de liaison permettant de caractériser les modes de relation en dehors des termes habituellement employés pour les désigner et, ce faisant, ouvrir une brèche où être en lien autrement.

Lancement mercredi 22 janvier 2020 à la Librairie du Parc (métro Porte de Pantin) dès 19h15 !

Recension de Jean-Claude Leroy sur Mediapart > https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-leroy/blog/010120/l-horizon-est-ici-pour-une-proliferation-des-modes-de-relations-par-myriam-suchet

Si le livre est construit, pensé par un auteur, Myriam Suchet en l’occurrence, il se redessine dans les mains et sous les yeux du lecteur, au gré de son cheminement dans la page, dans le livre.

Bonnes lectures, navigations, perditions – n’hésitez pas à m’envoyer un petit mot pour me raconter comment vous aurez choisi d’activer cet étrange objet-livre dont voici deux pages en guise d’apéritif :

ISBN : 979-10-95630-26-5 Code-barre : 9791095630265 Format : 26 x 23 cm,
broché, 180 pages

Prix : 22 €
Mise en vente : 22 novembre 2019

www.editionsducommun.org

Benjamin Roux contact@editionsducommun.org +33 (0)6 14 05 59 58

Diffusion : Hobo
Distribution : Makassar contact@makassar-diffusion.com

Lucioles #2 a paru

Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce numéro 2 de Lucioles, comme dans le premier numéro, ce sont des enseignants-chercheurs et des étudiants, ou des personnels administratifs et techniques qui s’expriment, sur leur quotidien, leurs espoirs, leurs colères et leurs attachements dans un registre poético-politique. Chaque texte est anonyme, afin d’éviter tout discours d’autorité. Mais aussi pour faire écho à la presse alternative de critique de sciences des années 1970–1980, dans laquelle l’anonymat était une condition d’expression pour que le témoignage d’une personne prenne une valeur plus générale.

Lucioles est réalisé bénévolement par des amies graphistes, et Luciole n’est pas à vendre, car nous ne nous reconnaissons pas dans la marchandisation de tout, de tous et de toutes : Lucioles est cédé à à prix libre, et disponible gratuitement en version numérique sur les différents sites des auteurs. Luciole est aussi un bel objet éditorial. Cette année, les 142 pages du numéro, dans sa version papier, constituent un flip book. Le thème général du numéro est “Interdépendances”.

Lucioles tient dans une poche, pour l’emmener partout, le distribuer facilement. Réussirez-vous à vous en procurer un exemplaire ?

Voici un lien pour y accéder – bonne lecture !

Tour de table autour de l’école, avec Marie Preston

La double page suivante s’offre comme un banquet : au centre, une table se déplie et, tout autour, une conversation se noue. Les convives sont imaginaires, leurs propos constitués de la réécriture libre de quelques citations dont vous trouverez les sources au sortir du repas (p. 36). La table, elle, existe bel et bien : son plateau est la photographie en plongée d’une maquette d’école idéale réalisée par des élèves de maternelle. Elle a accueilli, le 28 juin 2016, une école erratique (dispositif initié par François Deck) pour mettre en question les places respectives de celles et ceux qui font l’école et leur coopération (souvent au féminin) : élèves, institutrices, agentes territoriales spécialisées des écoles maternelle (Atsem), parentes, artistes, animatrices, etc. L’idée de départ est née de la rencontre entre Marie Preston et Khadidja Tahiri, confrontées à un manque cruel de discussions collectives et de réflexions sur les interdépendances dans l’institution scolaire. La présente réédition est due à une deuxième rencontre, celle de Marie Preston et de Myriam Suchet. À votre tour, prenez place : vous êtes invité·e·s !

https://vacarme.org/article3090.html

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 82, hiver 2018, pp. 33-36.

Parution d’Intermédialités n°27 : traduire / translating

Ce numéro 27 de la revue Intermédialités réfléchit à l’opération traduisante, considérée dans sa dimension linguistique et coloniale, et l’abordant en tant qu’acte artistique, militant et politique. Il porte en outre une attention particulière à la langue des signes et aux cas d’hétérolinguisme.

Le numéro présente ainsi un “ensemble d’analyses intermédiales de l’acte de traduire [qui] invite à déployer une épistémologie relationnelle, pour restituer à la traduction ses dimensions matérielles, temporelles, pragmatiques, conflictuelles et politiques, et sortir des binarismes comme des ontologismes.” (Myriam Suchet)

En vous souhaitant une excellente lecture !

L’équipe d’Intermédialités

Sous la direction de Myriam Suchet

Ce numéro thématique regroupe des articles de :

  • Camille Bui (Université de Montréal et Université Paris Diderot)
  • Karina Chagnon (Université du Québec à Montréal)
  • Lucia Quaquarelli (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense)
  • Maude Levebre (Université du Québec à Montréal)
  • Barbara Bourchenin (Université Bordeaux-Montaigne)
  • Geneviève Robichaud (Université de Montréal)
  • Julie Chateauvert (Université Paris 8)
  • Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Artiste invitée :

  • Nurith Aviv, Signer en langues (2016)

Essai:

  • Jon Solomon (Université Jean Moulin – Lyon 3)

Disponible sur Érudit : https://www.erudit.org/fr/revues/im/ et bientôt disponible en format ePub aux Presses de l’Université de Montréal, sur l’entrepôt du livre numérique ANEL-De Marque, ainsi que sur le site web de la SODEP.

Revue des Sciences Sociales N° 56 – 2016 Indiscipliné.e.s

Une aventure impulsée par Eva Carpigo, Paola Delfino, Asahi Higashi, Christophe Humbert, Abril Padilla, Rachel Perrel et Patrick Ténoudji.

Myriam Suchet, « De la recherche comme création permanente », Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 06 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/422

Ce numéro s’ouvre aux chercheur.e.s in(ter)-, pluri-, poly-, disciplinaires, « indisciplinaires » selon le mot d’Edgar Morin (2005), ou même indiscipliné.e.s, qui réfléchissent sur leur propre pratique. En continuité avec une approche critique du savoir parcellisé de la science contemporaine, il donne voix à des méthodologies et/ou sujets de recherche qui jouent avec les cloisonnements disciplinaires.

Et si l’indiscipline – comme inaptitude à obéir, à se soumettre aux règles que s’est données la communauté à laquelle on appartient -, s’accompagnait irrémédiablement d’une « discipline de soi » (Michel Foucault) ? Ce numéro incite à l’indiscipline disciplinée comme force critique, capacité de transformation, de subjectivation ou encore comme espace de liberté.

“Indiscipliner la traduction” a paru !

Dans cet ouvrage, la notion de « traduction » est mise au travail et à l’épreuve des pratiques de recherche. C’est une géographie ancrée dans les rencontres, une physique fondamentalement impliquée aussi en dehors du laboratoire, une pratique artistique qui se constitue en enquête ou en banque de questions, une histoire de l’art qui explore l’abduction, une philosophie qui interpelle l’anthropologie et réciproquement… L’acte de traduire est envisagé non plus seulement comme un transport linguistique mais comme la propagation d’une idée/notion/impulsion à travers différents domaines ou milieux.

Lucia Quaquarelli et Myriam Suchet (dir.)

Écritures n°9 Presses universitaires de Nanterre

2017 – 248 pages – Format : 17×24,5 cm
isbn : 978-2-84016-265-0 – Prix : 17€
Illustrations N&B – Langue : français

http://presses.u-paris10.fr/?p=3296

Image tirée du numéro : muschi&licheni

Indiscipline ! Le petit livre jaune est paru chez Nota Bene, à Montréal

Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens
Ce livre, comme une carte postale destinée à voyager de manière erratique: d’une UniverCité à un centre d’artiste, d’un squat à un théâtre, d’un chapiteau à une zone d’autonomie temporaire et aussi d’un continent à un autre.

Mise en livre de Daniel Canty
Graphisme et illustrations par Alexis Coutu-Mation (Charmant&Courtois)
Direction littéraire Etienne Beaulieu pour une nouvelle collection indisciplinaire en recherche-création.

Dis-moi les mots que tu ne dis pas… Ou comment passer de la francophonie aux françai(s) au pluriel

La question de l’hospitalité commence là : devons-nous demander à l’étranger de nous comprendre, de parler notre langue, à tous les sens de ce terme, dans toutes ses extensions possibles, avant et afin de pouvoir l’accueillir chez nous ? S’il parlait déjà notre langue, avec tout ce que cela implique, si nous partagions déjà tout ce qui se partage avec une langue, l’étranger serait-il encore un étranger et pourrait-on parler à son sujet d’asile ou d’hospitalité ?
Jacques Derrida, De l’hospitalité, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p.21

HS3_cdp_myriam_suchet

Article paru dans Cousins de personne, Nos mots dits, en ligne ici http://www.cousinsdepersonne.com/2015/03/dis-moi-les-mots-que-tu-ne-dis-pasou-comment-passer-de-la-francophonie-aux-francais-au-pluriel/

 

Du comparatisme différentiel à l’indiscipline. Ceci est un essai de littérature comparée

Cet article s’efforce de prolonger le dispositif participatif mis en œuvre lors du colloque Montréal comparatiste, tradition vivante afin de matérialiser notre intelligence collective à l’issue de ces deux journées intenses de réflexions. Cette approche relationnelle bouscule des normes disciplinaires pour envisager la recherche comme une forme de création résolument embrayée. Comment relier cette perspective indisciplinaire au comparatisme différentiel tel que je l’avais élaboré dans mon doctorat en cotutelle entre la France et Montréal ? Saurons-nous inventer, ensemble, des manières de comparer susceptibles d’orienter différemment nos situations contemporaines ? Post-scriptum comparatiste

http://post-scriptum.org/du-comparatisme-differentiel-a-l-236