Archives de catégorie : Publications

Parution d’Intermédialités n°27 : traduire / translating

Ce numéro 27 de la revue Intermédialités réfléchit à l’opération traduisante, considérée dans sa dimension linguistique et coloniale, et l’abordant en tant qu’acte artistique, militant et politique. Il porte en outre une attention particulière à la langue des signes et aux cas d’hétérolinguisme.

Le numéro présente ainsi un « ensemble d’analyses intermédiales de l’acte de traduire [qui] invite à déployer une épistémologie relationnelle, pour restituer à la traduction ses dimensions matérielles, temporelles, pragmatiques, conflictuelles et politiques, et sortir des binarismes comme des ontologismes. » (Myriam Suchet)

En vous souhaitant une excellente lecture !

L’équipe d’Intermédialités

Sous la direction de Myriam Suchet

Ce numéro thématique regroupe des articles de :

  • Camille Bui (Université de Montréal et Université Paris Diderot)
  • Karina Chagnon (Université du Québec à Montréal)
  • Lucia Quaquarelli (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense)
  • Maude Levebre (Université du Québec à Montréal)
  • Barbara Bourchenin (Université Bordeaux-Montaigne)
  • Geneviève Robichaud (Université de Montréal)
  • Julie Chateauvert (Université Paris 8)
  • Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Artiste invitée :

  • Nurith Aviv, Signer en langues (2016)

Essai:

  • Jon Solomon (Université Jean Moulin – Lyon 3)

Disponible sur Érudit : https://www.erudit.org/fr/revues/im/ et bientôt disponible en format ePub aux Presses de l’Université de Montréal, sur l’entrepôt du livre numérique ANEL-De Marque, ainsi que sur le site web de la SODEP.

Revue des Sciences Sociales N° 56 – 2016 Indiscipliné.e.s

Une aventure impulsée par Eva Carpigo, Paola Delfino, Asahi Higashi, Christophe Humbert, Abril Padilla, Rachel Perrel et Patrick Ténoudji.

Ce numéro s’ouvre aux chercheur.e.s in(ter)-, pluri-, poly-, disciplinaires, « indisciplinaires » selon le mot d’Edgar Morin (2005), ou même indiscipliné.e.s, qui réfléchissent sur leur propre pratique. En continuité avec une approche critique du savoir parcellisé de la science contemporaine, il donne voix à des méthodologies et/ou sujets de recherche qui jouent avec les cloisonnements disciplinaires.

Et si l’indiscipline – comme inaptitude à obéir, à se soumettre aux règles que s’est données la communauté à laquelle on appartient -, s’accompagnait irrémédiablement d’une « discipline de soi » (Michel Foucault) ? Ce numéro incite à l’indiscipline disciplinée comme force critique, capacité de transformation, de subjectivation ou encore comme espace de liberté.

« Indiscipliner la traduction » a paru !

Dans cet ouvrage, la notion de « traduction » est mise au travail et à l’épreuve des pratiques de recherche. C’est une géographie ancrée dans les rencontres, une physique fondamentalement impliquée aussi en dehors du laboratoire, une pratique artistique qui se constitue en enquête ou en banque de questions, une histoire de l’art qui explore l’abduction, une philosophie qui interpelle l’anthropologie et réciproquement… L’acte de traduire est envisagé non plus seulement comme un transport linguistique mais comme la propagation d’une idée/notion/impulsion à travers différents domaines ou milieux.

Lucia Quaquarelli et Myriam Suchet (dir.)

Écritures n°9 Presses universitaires de Nanterre

2017 – 248 pages – Format : 17×24,5 cm
isbn : 978-2-84016-265-0 – Prix : 17€
Illustrations N&B – Langue : français

http://presses.u-paris10.fr/?p=3296

Image tirée du numéro : muschi&licheni

Indiscipline ! Le petit livre jaune est paru chez Nota Bene, à Montréal

Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens
Ce livre, comme une carte postale destinée à voyager de manière erratique: d’une UniverCité à un centre d’artiste, d’un squat à un théâtre, d’un chapiteau à une zone d’autonomie temporaire et aussi d’un continent à un autre.

Mise en livre de Daniel Canty
Graphisme et illustrations par Alexis Coutu-Mation (Charmant&Courtois)
Direction littéraire Etienne Beaulieu pour une nouvelle collection indisciplinaire en recherche-création.

Dis-moi les mots que tu ne dis pas… Ou comment passer de la francophonie aux françai(s) au pluriel

La question de l’hospitalité commence là : devons-nous demander à l’étranger de nous comprendre, de parler notre langue, à tous les sens de ce terme, dans toutes ses extensions possibles, avant et afin de pouvoir l’accueillir chez nous ? S’il parlait déjà notre langue, avec tout ce que cela implique, si nous partagions déjà tout ce qui se partage avec une langue, l’étranger serait-il encore un étranger et pourrait-on parler à son sujet d’asile ou d’hospitalité ?
Jacques Derrida, De l’hospitalité, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p.21

HS3_cdp_myriam_suchet

Article paru dans Cousins de personne, Nos mots dits, en ligne ici http://www.cousinsdepersonne.com/2015/03/dis-moi-les-mots-que-tu-ne-dis-pasou-comment-passer-de-la-francophonie-aux-francais-au-pluriel/

 

Du comparatisme différentiel à l’indiscipline. Ceci est un essai de littérature comparée

Cet article s’efforce de prolonger le dispositif participatif mis en œuvre lors du colloque Montréal comparatiste, tradition vivante afin de matérialiser notre intelligence collective à l’issue de ces deux journées intenses de réflexions. Cette approche relationnelle bouscule des normes disciplinaires pour envisager la recherche comme une forme de création résolument embrayée. Comment relier cette perspective indisciplinaire au comparatisme différentiel tel que je l’avais élaboré dans mon doctorat en cotutelle entre la France et Montréal ? Saurons-nous inventer, ensemble, des manières de comparer susceptibles d’orienter différemment nos situations contemporaines ? Post-scriptum comparatiste

http://post-scriptum.org/du-comparatisme-differentiel-a-l-236

L’Imaginaire hétérolingue – Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues

Myriam Suchet, L’Imaginaire hétérolingue – Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues, Paris, Classiques Garnier, « Littérature et mondialisation », 2014.
Cet ouvrage s’engage à bousculer les idées reçues sur «la langue». L’imaginaire hétérolingue qui se donne à lire dans les œuvres de Paul Celan, de Juan Goytisolo, de Gabriel Okara et de Ken Saro-Wiwa et dans leurs traductions est-il à même de nous aider à penser le monde contemporain un peu autrement?
Table des matières
This essay seeks to disrupt received ideas on “our toungue”. Can the heterolingual imaginary which is visible in the works and translations of Paul Celan, Juan Goytisolo, Gabriel Okara and Ken Saro-Wiwa enable us to rethink the contemporary world in a different way?
Table of contents

Outils pour une traduction postcoloniale. Littératures hétérolingues, Paris, Éditions des Archives Contemporaines

Myriam Suchet, Outils pour une traduction postcoloniale. Littératures hétérolingues, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, « Malfini », 2009, 270 p.

Comment peut-on écrire en plusieurs langues à la fois ? S’agit-il d’une forme de traduction ? Ou bien est-ce la traduction elle-même qu’il faut redéfinir sur ce modèle de mise en rapport des langues ? Comme un palimpseste, un texte écrit simultanément en différentes langues présente une superposition de strates. Son archéologie exige l’élaboration d’une boîte à outils appropriée, distincte aussi bien de celle du stylisticien obnubilé par l’écart que de celle du linguiste focalisé sur le système. Cet ouvrage s’efforce d’outiller la réflexion sur les stratégies discursives des littératures hétérolingues et de leurs traductions. Le « tournant postcolonial » qui marque les sciences humaines invite à questionner des notions aussi bien établies que celles de langue maternelle, d’appropriation linguistique, d’équivalence et de fidélité. L’analyse de détail porte sur quatre oeuvres : Die Niemandsrose de Paul Celan, Juan sin Tierra de Juan Goytisolo, Traduit de la Nuit de Jean-Joseph Rabearivelo et Sozaboy de Ken Saro-Wiwa ainsi que sur leurs versions françaises, anglaises, espagnoles et allemandes.

La série « Malfini », dirigée par Cécile Van den Avenne, propose des ouvrages qui interrogent la complexité des textes dits francophones, écrits « En présence de toutes les langues du monde ».

La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian

 

La Pensée en marche, première édition exploratoire : éprouver les notions postcoloniales au regard de l’exposition Indian Highway.

Capture d'écran 2016-05-02 16.17.52

Brève histoire d’une idée (Myriam Suchet)

Le contexte initial

L’exposition Indian Higway qui s’est tenue au macLyon du 24 février au 31 juillet 2011 invitait à interroger des notions complexes et souvent mal différenciées telles que métissage, mélange, mixité, hybridité, diversité, créolisation… Le débat terminologique, souvent confiné à la querelle de spécialistes, intéresse le grand public. Dans un contexte sociopolitique où les « replis communautaires » répondent aux « débats sur l’identité nationale », il nous a semblé essentiel de questionner ces termes en regard de la réalité des pratiques et de la matérialité des formes artistiques. L’exposition Indian Highway constituait une occasion privilégiée de mettre en cause nos représentations identitaires en mettant des mots sur des œuvres et des artefacts – et en dévoilant, en retour, les images qui habitent nos mots. C’est dans ce contexte que le MacLyon a fait appel au Centre d’Etudes et de Recherches Comparées sur la Création (Cercc).

Un format de pensée-pratique

J’ai inventé La Pensée en marche pour faire sortir la recherche de l’institution universitaire et dynamiser la réflexion théorique par l’analyse des œuvres et le débat avec le grand public. Pour le musée, il s’agit d’offrir un mode de visite inédit, qui prend appui sur le travail des artistes et l’articule aux avancées de la recherche pour susciter une réflexion critique. Le format consiste à faire intervenir des chercheuses et des chercheurs venus de différentes disciplines dans les espaces d’exposition du musée, en présence d’un/e médiatrice/médiateur qui facilite les échanges avec le public. Invitée au musée, la pensée universitaire ne disserte plus sur un objet d’étude mais avec lui. Chaque intervention frotte les concepts aux œuvres, déstabilisant aussi bien la spéculation des chercheurs que l’horizon d’attente des visiteurs. Cette déstabilisation réciproque nourrit des échanges à la suite de chaque intervention, limitée à une durée maximale de dix minutes. Une réflexion d’ensemble se construit chemin faisant, en passant d’œuvre en œuvre et d’intervention en débat. Le verbe « marcher » s’entend donc dans un double sens : il s’agit, d’une part, d’arpenter les salles de l’exposition et, d’autre part, de faire fonctionner la pensée.

Continuer la lecture de La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian