Archives de catégorie : Non classé

*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples.

Stratégiquement, d’abord. Si l’on choisit comme ligne d’attaque le dysfonctionnement du système, on risque d’obtenir qu’on le rende plus performant. En réalité, il est déjà beaucoup trop opérationnel. Certains établissements ont choisi de paramétrer de manière très fine les lycées d’origine, les appréciations des « fiches avenir », chaque critère se transformant en chiffre pour rentrer dans une moyenne. Puisque personne ne peut être ex-aequo, chaque note, précisée jusqu’au millième de point, est classée. On peut vouloir dénoncer cette réduction quantitative, mais c’est très exactement la logique : assigner à chacune et chacun, dès son âge le plus déraisonnable, une place. Une seule. Hiérarchisée d’emblée par rapport aux autres, sur un compteur qui totalise une large majorité de la population puisque 80% d’une classe d’âge a le Bac et que la plateforme regroupe toutes les demandes de formation, des Universités aux prépas en passant par les BTS, les DUT, etc. La montée en visibilité de la concurrence entre candidats, comme entre établissements, n’est pas une erreur du système : c’est l’une des conséquences de son fonctionnement, celui du tri sélectif (dont les résonances et dissonances, depuis les déchets jusqu’aux migrants, en passant désormais aussi par les étudiants et étudiantes du futur, indiquent le n’importe quoi). Installée comme allant de soi, la logique de la sélection se retrouve parfois embarquée dans de toutes petites phrases d’apparence anodine :

Franchement, n’est-ce pas normal de se confronter à son vrai niveau ? Bon c’est sûr, à un moment, si on fait pas des efforts… faut être réaliste. On voit bien le taux d’échec et d’abandon en 1ere année à la Fac. On sait bien que la sélection existe, c’était juste plus hypocrite avant. J’ai eu 19,5 en philo au bac, ou 17 de moyenne en maths depuis la 3ème, et n’ai été prise nulle part… C’est sûr, si tout le monde pouvait entrer en prépa ce serait mieux. Depuis 3 ans on fait cours à des étudiant.e.s qui n’ont même pas choisi d’être là. C’est effroyable comme le niveau baisse. Chez nous il n’y a pas de problème, notre filière n’est pas en tension. Moi ça ira, j’irai dans le privé. Même sans venir de classes aisées, on peut s’en sortir avec ParcourSup, d’ailleurs le site https://www.tonavenir.net/ offre de vous aider grâce à des forfaits allant de 320 à 560 euros pour la formule « sérénité » – bientôt, les frais d’inscription universitaires augmenteront pour implémenter ces aides et améliorer la plateforme.

Mais le véritable enjeu est peut-être tapi derrière cette sélection qui, pour scandaleuse qu’elle soit, ne fait pas moins écran à ce qui la suscite – et c’est là que l’argumentation contre les dysfonctionnements de ParcourSup est dangereuse : elle empêche de saisir ce qui est en jeu, en espérant simplement corriger les erreurs du système, en adoucir les angles, le perfectionner et le naturaliser encore.

Quelle est, alors, la ligne d’attaque et de conduite ?

Il faut refuser ParcourSup et sa vision du monde. Car la sélection est elle-même au service d’un autre rouage, celui d’une gouvernementalité algorithmique. La réduction, en effet, est double : il y a celle des moyens, et celle du réel à une équation sans aucune inconnue. Il s’agit d’exclure tout « x », de se prémunir d’un événement non encore advenu, d’une surprise, d’un devenir qui excède le calcul des probabilités. La petite marge où APB tirait au sort était problématique, mais le principe même de ParcourSup est de supprimer la chance et, par-delà, l’idée même du possible. S’il devait être juste, sa justice serait celle du calcul de probabilités, agrémenté d’un déterminisme quantitatif : chaque candidat est ramené à la suite de ses notes (et appréciations transformées en notes) depuis le collège. Au lieu de vouloir améliorer et corriger les bugs de la plateforme, c’est-à-dire s’efforcer d’améliorer encore l’adéquation des êtres et des places en réduisant les marges d’erreur, les effets d’improbable, travaillons à contrer cette vision statisticienne qui s’impose comme un mode de gouvernement.

Pour cela, je propose une stratégie discrète, voir imperceptible, et complémentaire aux AG, grèves, blocages, exigences de moyens supplémentaires, et autres revendications indispensables pour abroger la loi ORE : il s’agirait d’activer l’Université comme un potentialisateur, une génératrice à alternatives pour échapper à ce qui semble ne pas pouvoir être autrement. Repensons et pratiquons concrètement l’Université sur le modèle de l’Hacienda esquissée par Ivan Chtcheglov/Gilles Ivain ou de l’université spontanée (Sigma) proposée par Alexander Trocchi : elle est toujours à bâtir et en voie de construction car elle n’existera jamais, ce qui signifie aussi qu’elle est déjà là, bien cachée sous l’évidence de l’existant, glissée dans un pli improbable de l’espace-temps, furtive, à actualiser par nos manières de faire, d’être, de désirer, de nous organiser.

Envisageons et pratiquons chaque salle de classe comme une cellule active d’imaginaire, chaque couloir comme une courroie de transmission, chaque porte comme un seuil, multiplions les interstices dans nos modes de faire, nos audaces dans nos manières de penser. Inventons une langue universiterrienne dont les verbes se conjuguent au potentiel pour actualiser ce que nous désirons ici et maintenant, comme l’enfant qui joue se transforme illico en pirate, ou en fée, en prof, en élève ou en nénuphar, par le prodigieux pouvoir d’un « on dirait que je suis… ».

Il existe de multiples lieux, des communes, des ZAD, des hackerspaces, des Scops, des coopératives, des centres autogérés et des groupes militants dans des domaines aussi différents que l’agriculture, l’art, les nouvelles technologies ou la construction, où l’on expérimente des manières de vivre, de travailler, de se déplacer, de se nourrir, de s’habiller, d’habiter, d’être en relation. Je propose de charger l’Université de la tâche de se faire la caisse de résonnance, l’agora où se mettre à l’écoute et agencer des savoirs, des compétences et des manières de faire, jusqu’à ce que l’illusion du « il faut bien » cède sous la puissance proliférante des possibles. Il s’agit de prêter attention aux potentiels concomitants et constitutifs de chaque maintenant, au lieu de leur imposer sans cesse une seule courbe d’effondrement des possibles ou de les reléguer à un horizon d’autant plus désiré qu’inatteignable. C’est vertigineux, c’est inquiétant, c’est alors que l’esprit critique n’est pas simplement un mot d’ordre, la culture un divertissement, le savoir une chose inerte que la pensée vive a déserté.

Je me souviens d’un livre (mauvais) où figurait l’image suivante :

A en croire les auteurs, il y a ceux qui y voient un canard. Et ceux qui y voient un lapin. Quelques années plus tard, au cours d’un séminaire donné par un artiste (Philippe Poncet), émerge une autre possibilité : on peut considérer qu’il ne s’agit ni d’un canard, ni d’un lapin, mais d’une image. D’une représentation dessinée d’un lapincanard. Aujourd’hui encore, j’utilise ce déplacement comme un truc pédagogique pour initier à la lecture en littéraire, qui se préoccupe moins du « quoi » que du « comment ». Pour demain, j’aimerais que chaque enseignement m’amène à reconsidérer la possibilité de voir et un lapin, et un canard, et un dessin, et pourquoi pas d’autres choses encore. Non que toutes ces options soient équivalentes (tout dépend de ce que l’on veut en faire) mais surtout pour ne pas stabiliser une vision unique contre tous les possibles disponibles ou à faire advenir. Je voudrais développer la générosité et l’humilité de ne pas présager de ce qui peut émerger.

Prenons donc acte de la situation inédite qu’offre la démocratisation de l’enseignement supérieur, réjouissons-nous, accueillons cette formidable occasion de décentrement, d’apprentissage d’un nouveau métier, où la transmission et l’évaluation doivent chambouler l’existant et les données pour en faire jaillir de l’inédit. Au lieu de laisser la recherche se détacher de l’enseignement au niveau de la licence, cela permettra de faire chaque enseignement une recherche. Adressons-nous aux lycéennes et lycéens sur le mode du désir, comme les collègues en cinéma de l’Université Paris 8. Convions tout le monde à venir y prendre part en commençant par accueillir tous les mondes qui nous peuplent, car les étudiants sont aussi des travailleuses, les Professeures aussi des apprenants, les administrateurs parfois artistes, les précaires des alliées souvent durables. Espérons que les vigiles qui montent la garde aux grilles universitaires puissent aussi avoir la chance d’étudier, et que nous saurons ensemble avoir la vigilance de veiller à l’ouverture des possibles.

Atelier d’indiscipline radiophonique, TNP Villeurbanne, le 26 mai

À l’écoute d’une langue universiTerre dans le cadre des Langagières

L’universitairien est une langue étrange qui ne semble exister qu’entre les murs de l’université. Passé à la moulinette de l’imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet et au micro de David Christoffel, cet obscur jargon devient un plaisir radiophonique.
Atelier participatif ouvert de 15h00 à 19h00
En partenariat avec l’UNIPOP Lyon

Rejoignez l’aventure de cet atelier radiophonique dès le matin ! De 11h00 à 13h00, venez jouer avec nous ! Nous écouterons, débattrons, enregistrerons jusqu’à façonner, piste après piste, une langue joyeusement indisciplinée.
Tarif spécial : Pass Jour à 5€. Uniquement sur inscription : • j.kahn@tnp-villeurbanne.com (8 personnes maximum)

Découvrez l’univers :
• Méthode audio de langue universitaire
• Promenade sonore à l’écoute d’une Babel universiTerre

 

Pour un imaginaire hétérolingue dans LE Casier (erg, Bruxelles)

Merci à Guillaume Clermont pour son invitation à participer au Casier !

POUR UN IMAGINAIRE HÉTÉROLINGUE

Myriam Suchet

7 mai 2018 – 20 mai 2018

Vernissage le 7 mai à 17h

Le Buvard — librairie ambulante

7 mai 2018 à 15h

 

Le Buvard, est un projet de librairie ambulante porté par l’écrivain Michel Vézina. Pour la deuxième année consécutive, Le Buvard sillonne la Belgique et la France avec à son bord une riche sélection de littérature québécoise et de microédition diverses: poésie, romans, essais, BD, littérature jeunesse. Depuis la mi-janvier et jusqu’au début juin, le saltimbanque de la littérature roule à la rencontre des lecteurs.

Le 7 mai dès 15h, Le Buvard sera à l’erg, à l’occasion du projet de Myriam Suchet au casier.

A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

Pour un aperçu du jeu de tarot hétérolingue, rendez-vous sur le blog de la Bibliothèque en vadrouille (billet n°118)

*

Salon, discussions, débats, présentations, exposition, happening autour des pratiques artistiques non alignées.

25-26 novembre 2017

Une proposition mise en scène par Jean-Charles Agboton-Jumeau, critique d’art & Laurent Marissal, peintre.

L’AN 0 du festival non-aligné(e)s [FNA] sous-titré Cellule(s) dormante(s), lève un coin du voile sur une partie immergée ou sous-exposée des pratiques symboliques contemporaines, pour autant qu’en effet, « seul peut se dire contemporain celui qui ne se laisse pas aveugler par les lumières du siècle et parvient à saisir en elles la part de l’ombre, leur sombre intimité et reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps. »
Ergo, poursuit Giorgio Agamben, la « voie d’accès au présent a nécessairement la forme d’une archéologie » qui, détourne intempestivement « la lumière, hors de sa fonction d’illumination du présent, vers l’assignation de l’infini, de l’invisible, de l’inatteignable », comme Jean-Luc Marion en convient lui aussi.
Le [FNA] prend acte de ce que les institutions (et le marché dont elles dépendent sous peine de mort désormais), sont respectivement l’arbre et son ombre qui cachent la forêt. Le festival inventorie donc, dans un lieu coopératif par excellence, des pratiques artistiques, symboliques ou savantes, minoritaires ou dissidentes qui, inscrites à la limite de la lisibilité institutionnelle et/ou de la solvabilité marchande, s’avèrent indifféremment :
alternatives (an)alphabètes anaparachroniques – autonomes – émancipatrices– expérimentales – (im)personnellesmarginales – singulières, &c.
Le [FNA] veut ainsi rendre possibles des :
agencements– complicités– dé(con)structions – perruques– sabotages – rhizomes – solidarités – subversions – &c.
qui, inactuels, inédits & cosmopolites, s’étendent à perte de vue quelque part dans l’inachevé ou dans l’ineffectué…

Continuer la lecture de Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

(In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Colloque de l’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française

1er au 3 novembre 2017, Université Laval (Québec, Canada)

L’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française (ACSALF) organise son colloque général sur le thème des (in)disciplines. L’invitation s’adresse aux anthropologues et sociologues et à ceux et celles qui partagent leurs perspectives d’enquête et d’analyse.

Argumentaire

Pourquoi les (in)disciplines ? Continuer la lecture de (In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Langage et pouvoir, autour du spectacle d’Ubu-Roi (ou presque )

Dans le cadre des  Résonances TNP UNIPOP (Université populaire de Lyon)

Voir sur le site du TNP

Intervenants :

– Myriam Suchet, Chercheure indisciplinaire, directrice du Centre d’études québécoises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et intervenante à l’Université populaire de Lyon

– Pauline Noblecourt, conseillère littéraire

 

– Guillaume Protière, Doyen de la faculté de Droit et Science politique à l’Université Lumière Lyon 2, modérateur

Comment penser entre les deux tours des élections présidentielles en France (et en état d’urgence) ?

Ce carnet de recherche n’a pas vocation de tribune politique –  mais il me semble impensable de ne pas prendre acte de la situation à partir de laquelle nous nous efforçons de penser.
Voici quelques initiatives peut-être à rejoindre, relayer, compléter :
Lancé le 1er mai 2016, l’Appel des 100 « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est un appel signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme, Front de gauche, …)
(L’Humanité, Lundi, 18 Janvier, 2016)

Chloé Lavalette et Pablo Pillaud-Vivien sont initiateurs d’un appel collectif Pour une veille artistique et citoyenne

à suivre, compléter, penser-agir mieux…

La Pensée coulisse autour des « Paratonnerres » de Marc-Antoine Cyr.

Jeudi 16 mars 2017, de 17h à 19h au Tarmac, scène internationale francophone.

Résolument indisciplinaire, « La Pensée coulisse » associe grands et petits publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie – en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ?

C’est par les oreilles que nous entrerons dans Les Paratonnerres : qu’entendons-nous dans cette pièce, et que nous dit le langage de ses bruits ? Peut-on mettre en scène une ville – Beyrouth, en l’occurrence – sans la matérialiser autrement qu’en nous plongeant dans ses sonorités ? Quelle représentation nous en faisons-nous alors ? Et vous, si vous deviez n’emporter qu’un seul son dans vos bagages avant de partir très loin, lequel choisiriez-vous ?

Monica Fantini, créatrice sonore à RFI, cofondatrice de l’Atelier du Bruit et co-auteur d’ecouterparis.net, nous invitera à explorer les sons du monde. Depuis octobre 2016, Monica Fantini est aussi à l’origine du projet européen Ecouter le monde qui donnera naissance à une plateforme internet composée d’une sonothèque mondiale et de pièces sonores inédites pour découvrir la richesse des cultures à travers les sons. Écouter le monde invite le grand public à leur prêter une attention toute en sensibilité.

Michel Tabet, chercheur en anthropologie sociale et audiovisuelle, associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), spécialiste du Liban et du monde arabe, discutera avec nous de la représentation de Beyrouth par le son et par l’image.

Valérie Cachard, auteure, dramaturge et aussi guide de Marc-Antoine Cyr pendant son séjour à Beyrouth où elle est retournée vivre après avoir séjourné en Angola, nous accompagnera dans cette nouvelle aventure.

Rencontre organisée par Myriam Suchet, directrice du Centre d’études québécoises, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_e-la-pensee-coulisse/evenement-134/

« Vocales » : hétérolinguisme et co-création

A l’occasion de l’exposition de Céline Poulin, Marie Preston et Stéphanie Airaud (avec Esther Ferrer, Núria Güell, Adelita Husni-Bey, Leigh Ledare, Devora Neumark, Christian Nyampeta, Marie Preston, Sébastien Rémy, Till Roeskens et Cyril Verde)

deux journées d’études ont eu lieu au MacVal et au Cac Bretigny – à retrouver ici : www.cacbretigny.com/media/Vocales/CACBretigny_Vocales_DP.pdf

 

Image © Charles Mazé et Coline Sunier

Photographie © Marie Preston

 

Continuer la lecture de « Vocales » : hétérolinguisme et co-création

QUESTIONS THÉORIQUES

Agence informelle d’amis venant de disciplines diverses : philosophie politique, esthétique, sociologie, poétique, critique littéraire. Son objet consiste à travailler autour de questions qui aujourd’hui émergent spontanément, lorsque la vie nous place en situation telle que nous cherchons à penser et agir de manière à transformer nos mécanismes cognitifs habituels (interprétation, compréhension), nos processus de subjectivations critiques, la manière dont nous concevons nos formes d’émancipation. La réflexion porte donc en particulier sur l’allure de ces questions et des notions qu’elles mobilisent, ou précipitent. Sur leurs différentes méthodes de circulation (nouveaux supports, nouvelles pratiques éditoriales, diffusion…), le type de critères sous-jacents qu’elles induisent, leur mode de réception et de fixation dans une communauté : les comportements, les échanges qu’elles introduisent.

 

http://questions-theoriques.blogspot.fr/p/qui-sommes-nous.html

Aperçus d’alliances indisciplinaires

En design

En arts

En sciences humaines et sociales

En politique

Plus (beaucoup plus !) de références à découvrir et compléter dans le Pearltree participatif ici