Archives de catégorie : Non classé

« Habiter les lieux » : une cabane pour abriter une micro-édition collective, 5-6 juillet 2018

Dans l’écrin des recherches en résidence du collectif ZoneZadir au Château du Tertre, une cabane s’est collectivement construite pour abriter la fabrication non moins collective de petits livres désormais essaimés en archipel dans nos bibliothèques, où ils continuent à bruire dans nos réflexions partagées, comme des forêts de pages vivantes – et qui pensent !

Pour davantage d’images, c’est par ici…

Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

Tract de l’invitation :

Dans trois jours tout aura disparu de nos têtes…

 Mais, du fond des mers, le Capitaine Némo nous indique que rien n’est perdu. Bourg en Bresse met en place une cellule de crise : « La rencontre du troisième jour« 

Continuer la lecture de Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples. Continuer la lecture de *Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Atelier d’indiscipline radiophonique, TNP Villeurbanne, le 26 mai

À l’écoute d’une langue universiTerre dans le cadre des Langagières

L’universitairien est une langue étrange qui ne semble exister qu’entre les murs de l’université. Passé à la moulinette de l’imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet et au micro de David Christoffel, cet obscur jargon devient un plaisir radiophonique.
Atelier participatif ouvert de 15h00 à 19h00
En partenariat avec l’UNIPOP Lyon

Rejoignez l’aventure de cet atelier radiophonique dès le matin ! De 11h00 à 13h00, venez jouer avec nous ! Nous écouterons, débattrons, enregistrerons jusqu’à façonner, piste après piste, une langue joyeusement indisciplinée.
Tarif spécial : Pass Jour à 5€. Uniquement sur inscription : • j.kahn@tnp-villeurbanne.com (8 personnes maximum)

Découvrez l’univers :
• Méthode audio de langue universitaire
• Promenade sonore à l’écoute d’une Babel universiTerre

 

Pour un imaginaire hétérolingue dans LE Casier (erg, Bruxelles)

Merci à Guillaume Clermont pour son invitation à participer au Casier !

POUR UN IMAGINAIRE HÉTÉROLINGUE

Myriam Suchet

7 mai 2018 – 20 mai 2018

Vernissage le 7 mai à 17h

Le Buvard — librairie ambulante

7 mai 2018 à 15h

 

Le Buvard, est un projet de librairie ambulante porté par l’écrivain Michel Vézina. Pour la deuxième année consécutive, Le Buvard sillonne la Belgique et la France avec à son bord une riche sélection de littérature québécoise et de microédition diverses: poésie, romans, essais, BD, littérature jeunesse. Depuis la mi-janvier et jusqu’au début juin, le saltimbanque de la littérature roule à la rencontre des lecteurs.

Le 7 mai dès 15h, Le Buvard sera à l’erg, à l’occasion du projet de Myriam Suchet au casier.

A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

Pour un aperçu du jeu de tarot hétérolingue, rendez-vous sur le blog de la Bibliothèque en vadrouille (billet n°118)

*

Salon, discussions, débats, présentations, exposition, happening autour des pratiques artistiques non alignées.

25-26 novembre 2017

Une proposition mise en scène par Jean-Charles Agboton-Jumeau, critique d’art & Laurent Marissal, peintre.

L’AN 0 du festival non-aligné(e)s [FNA] sous-titré Cellule(s) dormante(s), lève un coin du voile sur une partie immergée ou sous-exposée des pratiques symboliques contemporaines, pour autant qu’en effet, « seul peut se dire contemporain celui qui ne se laisse pas aveugler par les lumières du siècle et parvient à saisir en elles la part de l’ombre, leur sombre intimité et reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps. »
Ergo, poursuit Giorgio Agamben, la « voie d’accès au présent a nécessairement la forme d’une archéologie » qui, détourne intempestivement « la lumière, hors de sa fonction d’illumination du présent, vers l’assignation de l’infini, de l’invisible, de l’inatteignable », comme Jean-Luc Marion en convient lui aussi.
Le [FNA] prend acte de ce que les institutions (et le marché dont elles dépendent sous peine de mort désormais), sont respectivement l’arbre et son ombre qui cachent la forêt. Le festival inventorie donc, dans un lieu coopératif par excellence, des pratiques artistiques, symboliques ou savantes, minoritaires ou dissidentes qui, inscrites à la limite de la lisibilité institutionnelle et/ou de la solvabilité marchande, s’avèrent indifféremment :
alternatives (an)alphabètes anaparachroniques – autonomes – émancipatrices– expérimentales – (im)personnellesmarginales – singulières, &c.
Le [FNA] veut ainsi rendre possibles des :
agencements– complicités– dé(con)structions – perruques– sabotages – rhizomes – solidarités – subversions – &c.
qui, inactuels, inédits & cosmopolites, s’étendent à perte de vue quelque part dans l’inachevé ou dans l’ineffectué…

Continuer la lecture de Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

(In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Colloque de l’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française

1er au 3 novembre 2017, Université Laval (Québec, Canada)

L’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française (ACSALF) organise son colloque général sur le thème des (in)disciplines. L’invitation s’adresse aux anthropologues et sociologues et à ceux et celles qui partagent leurs perspectives d’enquête et d’analyse.

Argumentaire

Pourquoi les (in)disciplines ? Continuer la lecture de (In)disciplines : savoirs • récurrences • émergences

Langage et pouvoir, autour du spectacle d’Ubu-Roi (ou presque )

Dans le cadre des  Résonances TNP UNIPOP (Université populaire de Lyon)

Voir sur le site du TNP

Intervenants :

– Myriam Suchet, Chercheure indisciplinaire, directrice du Centre d’études québécoises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et intervenante à l’Université populaire de Lyon

– Pauline Noblecourt, conseillère littéraire

 

– Guillaume Protière, Doyen de la faculté de Droit et Science politique à l’Université Lumière Lyon 2, modérateur

Comment penser entre les deux tours des élections présidentielles en France (et en état d’urgence) ?

Ce carnet de recherche n’a pas vocation de tribune politique –  mais il me semble impensable de ne pas prendre acte de la situation à partir de laquelle nous nous efforçons de penser.
Voici quelques initiatives peut-être à rejoindre, relayer, compléter :
Lancé le 1er mai 2016, l’Appel des 100 « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est un appel signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme, Front de gauche, …)
(L’Humanité, Lundi, 18 Janvier, 2016)

Chloé Lavalette et Pablo Pillaud-Vivien sont initiateurs d’un appel collectif Pour une veille artistique et citoyenne

à suivre, compléter, penser-agir mieux…

La Pensée coulisse autour des « Paratonnerres » de Marc-Antoine Cyr.

Jeudi 16 mars 2017, de 17h à 19h au Tarmac, scène internationale francophone.

Résolument indisciplinaire, « La Pensée coulisse » associe grands et petits publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie – en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ?

C’est par les oreilles que nous entrerons dans Les Paratonnerres : qu’entendons-nous dans cette pièce, et que nous dit le langage de ses bruits ? Peut-on mettre en scène une ville – Beyrouth, en l’occurrence – sans la matérialiser autrement qu’en nous plongeant dans ses sonorités ? Quelle représentation nous en faisons-nous alors ? Et vous, si vous deviez n’emporter qu’un seul son dans vos bagages avant de partir très loin, lequel choisiriez-vous ?

Monica Fantini, créatrice sonore à RFI, cofondatrice de l’Atelier du Bruit et co-auteur d’ecouterparis.net, nous invitera à explorer les sons du monde. Depuis octobre 2016, Monica Fantini est aussi à l’origine du projet européen Ecouter le monde qui donnera naissance à une plateforme internet composée d’une sonothèque mondiale et de pièces sonores inédites pour découvrir la richesse des cultures à travers les sons. Écouter le monde invite le grand public à leur prêter une attention toute en sensibilité.

Michel Tabet, chercheur en anthropologie sociale et audiovisuelle, associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), spécialiste du Liban et du monde arabe, discutera avec nous de la représentation de Beyrouth par le son et par l’image.

Valérie Cachard, auteure, dramaturge et aussi guide de Marc-Antoine Cyr pendant son séjour à Beyrouth où elle est retournée vivre après avoir séjourné en Angola, nous accompagnera dans cette nouvelle aventure.

Rencontre organisée par Myriam Suchet, directrice du Centre d’études québécoises, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_e-la-pensee-coulisse/evenement-134/

« Vocales » : hétérolinguisme et co-création

A l’occasion de l’exposition de Céline Poulin, Marie Preston et Stéphanie Airaud (avec Esther Ferrer, Núria Güell, Adelita Husni-Bey, Leigh Ledare, Devora Neumark, Christian Nyampeta, Marie Preston, Sébastien Rémy, Till Roeskens et Cyril Verde)

deux journées d’études ont eu lieu au MacVal et au Cac Bretigny – à retrouver ici : www.cacbretigny.com/media/Vocales/CACBretigny_Vocales_DP.pdf

 

Image © Charles Mazé et Coline Sunier

Photographie © Marie Preston

 

Continuer la lecture de « Vocales » : hétérolinguisme et co-création