Archives de catégorie : Non classé

« L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique »

En attendant d’être en mesure de penser mieux, je copie-colle ici le communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) suite à l’accusation « d’islamo-gauchisme » par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.

La Conférence des présidents d’université (CPU) souhaite faire part de l’émotion suscitée par les propos tenus par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, sur Europe 1 et au Sénat, le jeudi 22 octobre, qualifiant « les universités » de lieux où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y « fait des ravages ».

Continuer la lecture de « L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique »

Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, « En quoi aujourd’hui diffère d’hier », entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

Continuer la lecture de Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le « projet » LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un « soi » par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de « chez soi » où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

Continuer la lecture de non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Discussion croisée avec les acteur·trice·s du livre Co-création – date reportée

Co-Création est une publication plurielle inscrite dans une recherche sur les pratiques artistiques en co-création engagées dans le champ social, menée depuis 2013 par Céline Poulin (directrice du CAC Brétigny) et Marie Preston (artiste et enseignante-chercheuse à l’université Paris 8) avec la participation de Stéphanie Airaud (responsable des publics et de l’action culturelle au MAC VAL).
 

Lors de cette rencontre, les auteur·rice·s engageront une discussion autour des cinq thématiques essentielles et transversales de l’ouvrage : conversation, collectif, éducation, vulnérabilité et évaluation, avec une attention plus particulière à la coéducation.

En présence de Stéphanie Airaud, Caroline Darroux, François Deck, Véronique Goudinoux, Florence Jou, Maude Mandart, Christian Maurel, Céline Poulin, Marie Preston et Myriam Suchet. 

https://www.lafermedubuisson.com/programme/art-et-co-education

L’université buissonnière

L’université buissonnière est hors les murs. Non pour fuir tous les murs, mais pour se dégager des murs destinés au savoir, ceux que lui réserve l’institution. Hors les murs, l’université buissonnière est donc hors le cadre de l’institution, non pour la narguer, mais pour donner à voir autre chose. Elle tient à mettre en évidence un autre visage du savoir. Et notamment celui de l’affranchissement des lieux disciplinaires exclusifs où le savoir aurait vocation à se manifester.

Pour nous rejoindre, c’est possible de commencer par ici !

dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Lundi 17 juin 2019, 19h30-21h30, Maison Heinrich Heine, Paris

Organisation et modération : Lia Kurts-Wöste

Selon Laurent Loty, à la différence de pluri-, inter- ou transdisciplinarité, le mot « indisciplinarité » aborde frontalement le paradoxe des disciplines, indispensables au savoir, mais susceptibles de le bloquer. La pratique indisciplinaire se doit d’échapper à ses propres effets pervers et de favoriser une enquête heuristique. Son enjeu ? L’émergence d’un nouvel humanisme. Myriam Suchet fera écho à ces propos en prenant parti pour l’« indiscipline » comme recherche-action-création. Il y va de la responsabilité de l’UniverCité en tant que laboratoire en acte de transformations multiples. Elle introduira un contre-point hétérolingue, invitation au dialogue pour ce final du séminaire bisannuel « L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? », organisé par Lia Kurts-Wöste.

Laurent Loty a enseigné les Lettres et présidé la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Historien des idées au CNRS, il enquête sur les conditions de l’invention, nos représentations de l’individu et de la société, et l’humanisme de l’imprimerie au numérique.

Myriam Suchet est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre d’études québécoises. Elle bouscule « la langue » pour penser-pratiquer la traduction comme une forme de relation et la recherche comme une action-création.

Continuer la lecture de dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

La collection Post-Posters est une initiative d’Antonio Gallego & Mathieu Tremblin

À l’occasion de la double exposition à AEDAEN et au Syndicat Potentiel en mars 2019 à Strasbourg consacrée au groupe Banlieue-Banlieue* (°1982, Poissy), Antonio Gallego et Mathieu Tremblin initient une proposition coopérative autour de l’affichage public intitulée Post-Posters qui rassemble des artistes du monde entier.

Post-Posters est une collection d’affiches en noir et blanc au format 59,4 x 84,1 cm horizontal ou vertical imprimées au traceur sur papier blanc ou fluo 80 g/m2 à coller dans l’espace urbain, en affichage sauvage, sur les panneaux d’expression libre ou dans les espaces publicitaires.

L’enjeu de cette collection est de proposer un corpus d’œuvres-outils à même d’embrasser des problématiques sociétales actuelles ou récurrentes et de les aborder de manière prospective : post-anthropocène, post-colonisation, post-démocratie, post- libéralisme, post-genre, post-modernité, post-internet, post-urbain, post-théorie, post-post…

Ainsi, les affiches de la collection Post- Posters s’inscrivent dans la continuité
de pratiques d’affichage artistiques et engagées ou militantes qui traversent le
20e siècle. Elles sont autant de tentatives
de contribution à une intersectionnalité
des luttes en cours et avenir. Elles font affleurer des prises de position singulières dans les espaces publics, en accord ou en contradiction avec les autres formes de communication visuelle en présence, dans les temps faibles du quotidien et au-delà des temps forts des manifestations.

Continuer la lecture de Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

Lucioles #2 a paru

Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce numéro 2 de Lucioles, comme dans le premier numéro, ce sont des enseignants-chercheurs et des étudiants, ou des personnels administratifs et techniques qui s’expriment, sur leur quotidien, leurs espoirs, leurs colères et leurs attachements dans un registre poético-politique. Chaque texte est anonyme, afin d’éviter tout discours d’autorité. Mais aussi pour faire écho à la presse alternative de critique de sciences des années 1970–1980, dans laquelle l’anonymat était une condition d’expression pour que le témoignage d’une personne prenne une valeur plus générale.

Lucioles est réalisé bénévolement par des amies graphistes, et Luciole n’est pas à vendre, car nous ne nous reconnaissons pas dans la marchandisation de tout, de tous et de toutes : Lucioles est cédé à à prix libre, et disponible gratuitement en version numérique sur les différents sites des auteurs. Luciole est aussi un bel objet éditorial. Cette année, les 142 pages du numéro, dans sa version papier, constituent un flip book. Le thème général du numéro est “Interdépendances”.

Lucioles tient dans une poche, pour l’emmener partout, le distribuer facilement. Réussirez-vous à vous en procurer un exemplaire ?

Voici un lien pour y accéder – bonne lecture !

Cartographies exploratoires et indisciplinées : anti-atlas et autres lignes d’erre en no man’s langue

Invitation dans le cadre du Séminaire de recherche / LANGUES, ESPACES ET MONDIALISATION, vendredi 1er février 2019

https://crpm.parisnanterre.fr/myriam-suchet-universite-paris-3-sorbonne-nouvelle-863386.kjsp?RH=crpm_manif

Réchauffement climatique, fermeture des frontières, hausse des frais de scolarité, exaspération des inégalités sociales – les fronts de lutte sont aussi nombreux que les alternatives et les brèches s’ouvrant un peu partout. Le rapport de force, pourtant, semble inchangé. D’où deux questions corrélées : (1) peut-on sortir des logiciels de pensée (encore) dominants ? et (2) comment pouvons-nous activer nos espacetemps de formation et de recherche comme des cellules actives dans la refonte des représentations héritées ?

L’enjeu est d’imaginer en acte (c’est parti !) le tracé d’autres cartographies : des cartes d’erres et de lucioles, de cabanes et de champs des possibles qui ne reproduisent pas l’existant, mais impulsent des devenirs.

Cette séance, résolument exploratoire et indisciplinée, s’aventurera hors du paradigme qui veut encore croire à l’équation {une langue une et indivisible} = {un sujet parlant plein et cohérent} = {un Etat-Nation stable et homogène}. Nous arpenterons quelques textes littéraires écrits en québé-quoi et autres no man’s langues, jusqu’à mailler ce point de départ (l’ancrage dans le Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle) à d’autres expériences de circulations et occasions d’amitier.

Photo © Mabeye Deme / Détail du Guide cartographique de Grenoble pour les nouveaux arrivants, ateliers de cartographie participative conçus et animés par Sarah Mekdjian, avec Marie Moreau. 

« Habiter les lieux » : une cabane pour abriter une micro-édition collective, 5-6 juillet 2018

Dans l’écrin des recherches en résidence du collectif ZoneZadir au Château du Tertre, une cabane s’est collectivement construite pour abriter la fabrication non moins collective de petits livres désormais essaimés en archipel dans nos bibliothèques, où ils continuent à bruire dans nos réflexions partagées, comme des forêts de pages vivantes – et qui pensent !

Pour davantage d’images, c’est par ici…

Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

Tract de l’invitation :

Dans trois jours tout aura disparu de nos têtes…

 Mais, du fond des mers, le Capitaine Némo nous indique que rien n’est perdu. Bourg en Bresse met en place une cellule de crise : « La rencontre du troisième jour« 

Continuer la lecture de Entendez-vous la Vizirette parler en langues ? Un jeu d’écoute hétérolingue et indiscipliné, 26 août 2018

*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples. Continuer la lecture de *Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre