Archives de catégorie : L’horizon est ici, suivi d’une prolifération relationnelle

Trilogue à l’Horizon du 10 mai 2022, librairie Archipel, Lyon

On vous attend dès 18h30 ! L’invitation est en ligne par ici.

Il s’agira d’un trilogue. 
Thomas Arnera et Fabien Pinaroli ont rebondi sur la proposition de Myriam Suchet : tisser des relations et les laisser proliférer. 
À partir de leur lecture du livre et sur la base d’une discussion que certains passages provoquaient, ils ont laissé sur les murs de villes traversées, des affiches (photocopies du livre L’horizon et leurs propres images, leurs propres écrits qui en assuraient le prolongement).
À l’occasion de ces petites actions, ils ont tissé des relations avec des gens. De la richesse des relations proposées, ils ont créé une discussion dans la rue par voie d’affichage.

Continuer la lecture de Trilogue à l’Horizon du 10 mai 2022, librairie Archipel, Lyon

(Re)jouer l’Horizon est ici avec Marine Ruault, Charlie Raingeard et David Pons Le 6 novembre 2021 à TOUlouse

Biennale EXEMPLAIRES Formes et pratiques de l’édition: quatrième biennale, 13 écoles, 78 projets éditoriaux sélectionnés, un colloque international les 4, 5 & 6 novembre 2021
et quelques expositions à Toulouse, isdaT.

 

Peut-on faire de la page un espace relationnel? Activer le papier comme une interface? Accéder par la lecture à la texture singulière de chaque feuille? Et comment rejouer un tel agencement par la parole, restituer sa maquette lors d’une conférence? Le point de départ de ces questionnements est le dernier ouvrage de Myriam Suchet: L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations paru aux Éditions du Commun (Rennes, 2019). Un «nous» (Myriam, Marine, Charlie, David) constitué en collectif ad hoc et indiscipliné se propose d’éprouver le potentiel politique-poétique de ce livre en transposant sa mise en page, inspirée du Talmud, dans une forme en devenir.


Myriam Suchet cherche et se perd beaucoup, notamment à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige, en toute indiscipline, un Centre d’études québécoises. Elle s’ingénie à lire le «s» de français comme une marque de pluriel et à inventer des formats pour que vous aussi! Charlie Raingeard et David Pons sont artiste et designer graphique, étudiant à l’isdaT et diplômé de l’ESAD Valence. Marine Ruault travaille aux Editions du Commun en tant que maquettiste et designer graphique.

Parution du 2ème livret d’une recherche en cours aux éditions du commun

Cette parution trimestrielle, concoctée en complicité graphique et éditoriale avec les Éditions du commun, vise à diffuser une recherche en cours et, plus encore, à vous convier à y prendre part, donc à la transformer.

Cette recherche invite à lire le « s » de français comme une marque de pluriel. L’objectif est de rendre compte de textes francophones qui sortent du modèle de « la langue » une et indivisible. Leur apport est souvent pensé en termes de rayonnement et de diversité (multilingue) alors qu’ils travaillent la différence de la langue même, diffractée (hétérolingue). L’enjeu est plus large : faire face aux situations où il semble que nous ne parlons pas la même langue et pourtant français.

Trois plans sont corrélés :

  1.  poétique : établir une approche non-monolingue des textes
  2.  numérique : créer une plateforme et une édition hypertextuelle inédites
  3.  social : penser le rapport de cette recherche à sa propre langue dans une optique de médiation scientifique ou de traduction du français en français (au pluriel).

Ce livret a été fabriqué à la main et tiré à 200 exemplaires. Il est disponible dans certains lieux physiques et en ligne.

Première PARUTION d’un Livret trimestriel de recherches en cours

Traduire du français aux français

Livret d’une recherche en cours – Les littératures francophones difractent “la langue”, de la page à l’écran

Cette parution trimestrielle, concoctée en complicité graphique et éditoriale avec les Éditions du commun, vise à diffuser une recherche en cours et, plus encore, à vous convier à y prendre part, donc à la transformer.

Cette recherche invite à lire le « s » de français comme une marque de pluriel. L’objectif est de rendre compte de textes francophones qui sortent du modèle de « la langue » une et indivisible. Leur apport est souvent pensé en termes de rayonnement et de diversité (multilingue) alors qu’ils travaillent la différence de la langue même, diffractée (hétérolingue). L’enjeu est plus large : faire face aux situations où il semble que nous ne parlons pas la même langue et pourtant français.

Trois plans sont corrélés :

  1.  poétique : établir une approche non-monolingue des textes
  2.  numérique : créer une plateforme et une édition hypertextuelle inédites
  3.  social : penser le rapport de cette recherche à sa propre langue dans une optique de médiation scientifique ou de traduction du français en français (au pluriel).

Ce livret a été fabriqué à la main et tiré à 180 exemplaires. Il est disponible dans certains lieux physiques et en commande sur internet.

Atelier-discussion dans le cadre de la journée “subversion: : une pensée de la répétition critique” (ad hoc)

Tout au long de la journée, une collection a été glanée que vous pouvez (re)trouver et compléter ici : https://www.pearltrees.com/msuchet/subversion/id37277471

 

Texte du programme :

Selon la logique butlérienne voulant que la subversion soit une façon de questionner de l’intérieur la pertinence des structures ainsi que leur naturalisation, cette rencontre reprend le format de la journée d’étude tout en s’en distanciant. Plutôt que de proposer des panels, elle s’organise sur le principe du dialogue. La configuration habituelle (trois communications, suivies d’une période de questions) est ici remplacée par une série d’interventions en binômes. Ce temps libéré au sein de chaque panel est destiné à la discussion – entre les intervenants impliqués, avec la salle – portant sur les rencontres possibles ou impossibles entre les sujets abordés, sur les logiques relationnelles qui peuvent unir ou opposer entre elles les interventions.

L’événement, qui devait initialement se dérouler à l’extérieur des murs de l’université, prendra place au sein d’un espace virtuel en raison de la situation politique et sanitaire actuelle.

Tout au long de la journée, vous êtes invité.e à contrecarrer/amoindrir/subvertir le distanciel en remplissant une « page relationnelle » (inspirée de la maquette du livre L’horizon est ici) pour prolonger encore le dialogue entre les présentations, amplifier leurs résonances et entrecroiser les pistes qu’elles soulèvent. Lors de l’atelier par lequel s’ouvrira la discussion entre Laurence Perron et Myriam Suchet, nous vous proposerons un temps de mise en commun de ces pages relationnelles.

Festival de la contre-allee “En commun. Langues, Traduction & Société”, lille, du 7 au 11 octobre 2020

Texte du programme

Une page dressée comme une table de convives
 
«Y trouve qui veut ce qu’il veut. Ce sont des amorces, l’important c’est qu’elles promettent». C’est sous l’égide de cette injonction à la découverte lancée par Roland Barthes que Myriam Suchet déploie L’Horizon est Ici, pour une prolifération des modes de relation (Éditions du commun, 2019), ouvrage expérimental dans lequel la littérature se révèle force créatrice de liens entre les textes, les êtres et les idées. Avec sa mise en forme empruntée au Talmud judaïque, cet horizon tenu à portée de mains fait dialoguer des fragments textuels aux quatre coins de chacune des pages. Au fil de ces échanges se tisse la possibilité d’autres modes de relations qui pourraient bien ouvrir la voie à des manières alternatives « d’être à la fois entre nous, en nous-mêmes et au monde ».
Modération : Dulia Lengema

Voir http://www.lacontreallee.com/residences/dun-pays-lautre/en-commun-langues-traduction-soci%C3%A9t%C3%A9

“Formes de recherches”, retour agencé sur un atelier Exerice

Lors de son AG du lundi 3 février, le laboratoire Experice s’est déclaré en « Assemblée Générale permanente » pour ne plus taire les conditions d’activité de ses membres. Pour le séminaire doctoral du vendredi 14 février 2020, sont invité•e•s « titulaires, praticiens-chercheurs, étudiant-es, voisin-es, citoyen-nes, doctorant-es… ». Le programme initial était de m’inviter (Myriam Suchet) à présenter mon dernier ouvrage, paru en novembre 2019 aux Éditions du commun sous le titre L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations. Étant moi-même en grève et carré rouge, je me saisis de cette invitation à reconfigurer la rencontre, qui s’intitulera désormais : « L’horizon de l’univerCité est ici. Pour une prolifération des modes de relation en / de recherche ».

Agencements n°5, paru en septembre 2020, contient un retour sur cette expérience partagée, à (re)trouver par ici https://www.editionsducommun.org/products/agencements-n-5-septembre-2020

Et voici un aperçu :

 

lancement à la Librairie du Parc (Paris) le mercredi 22 janvier 2020

Merci à Paolo Bellomo pour la merveilleuse présentation, à Adèle Godefroy pour les photo et à vous d’avoir été là ou d’être ici !

https://m.facebook.com/events/653678538772254/

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Perles indisciplinaires

Les étudiantes et étudiants de l’enseignement libre et transversal Lire en littéraires, penser hors cadres ont eu pour travail de mi-semestre la tâche de choisir, de décrire et de commenter l’une des perles du Pearltree indisciplinaire – et plusieurs de leurs travaux sont de vraies perles ! Voici un aperçu qu’il.le.s acceptent de partager avec vous – MERCI et BRAVO encore !