Archives de catégorie : Alliances

Pour retrouver et rencontrer d’autres lucioles

Dans l’onde de choc

Vendredi 13 novembre 2015, des attentats ont secoué Paris – et Beyrouth. Samedi 14 au matin, les Fabriques de sociologie devaient se tenir à Saint-Denis, et se sont tenues. Résolument. Parce que notre détermination n’est pas ébranlée, au contraire, à penser ensemble et de manière embrayée. Indiscipline, recherche-action et recherche-création, sérendipité et méthodes agiles « raisonnent » plus fortement encore.

La lecture de textes hétérolingues aura permis de faire entendre chacune de nos voix – parfois brisée, toujours reprise en écho. Dans l’accueil des vulnérabilités et les frottements des différences.

Merci d’avoir partagé ce moment.

Fabriques de sociologie en images
L’hétérolinguisme entre deux carottes – Fabriques de sociologie du 14 novembre 2015 : l’UniverCité fermée, la Dionyversité/Amap nous accueille

 

A propos hétérolinguisme, je m’interroge sur les acceptions différenciées des termes suivants : ensemble, ubuntu, asabiyya  عصبية

 

 

Traduire l’hétérolinguisme en indiscipline

Capture d'écran 2015-11-09 13.46.14

Le séminaire national des Fabriques de sociologie se tiendra le 14 novembre 2015 à l’université Paris 8 Saint-Denis en salle C022.

  • 9h-9h30, accueil par Léa Laval et Sylvain Picard et présentation des outils pour alimenter l’histoire-se-faisant.

Continuer la lecture de Traduire l’hétérolinguisme en indiscipline

Traduciendo el heterolingüismo en indisciplina

Conférence le 7 novembre 2015 dans le cadre de Itzultzen ari gara

http://www.tabakalera.eu/es/conferencia-por-myriam-suchet-itzultzen-ari-gara

Qui sont les Nègres blancs d’Amérique ? Savez-vous où se trouve l’Ile aux Basques ? Peut-on considérer le trajet pour s’y rendre comme une forme de traduction ? Qu’est-ce que ce micmac ? En quoi ces questions sont-elles susceptibles de modifier nos manières de penser et d’agir ?

La poétique de textes écrits dans la différence des langues invite à déployer un imaginaire hétérolingue qui envisage la traduction non plus comme un rapport, un transport ni même un pont, mais plutôt comme une manière de parler en tant qu’autre – en employant pourtant sa voix la plus singulière.

J’esquisserai à partir de ce nouvel imaginaire (paradigme ou logiciel de pensée) quelques perspectives pour une approche indisciplinaire qui refuse de séparer la recherche, l’action et la création. Le séminaire qui viendra de s’achever à Tabakalera dans le cadre du projet Itzultzen ari gara nourrira et transformera ma réflexion en relation avec vous – venez nombreuses et nombreux !

Myriam-Taba-image

Continuer la lecture de Traduciendo el heterolingüismo en indisciplina

Itzultzen ari gara

Itzultzen ari gara es un proyecto de investigación a largo plazo iniciado por los artistas y coreógrafos Ion Munduate y Blanca Calvo (Mugatxoan) junto a la curadora y escritora Virginie Bobin afincada en París, para investigar los aspectos políticos y estéticos de la traducción a través del prisma de la práctica artística y cultural.

"Reduced facsimile of drawings showing some evidence of so-called thought-transference", in Science — an Illustrated Journal, 1885. Fuente: The Public Domain Review.
« Reduced facsimile of drawings showing some evidence of so-called thought-transference », in Science — an Illustrated Journal, 1885. Fuente: The Public Domain Review.

 

El verbo Itzuli en Euskara tiene diferentes acepciones, este proyecto centra su práctica en el espacio intermedio localizado entre dos de ellas. La primera acepción corresponde al movimiento de vuelta de un viaje o acción, donde podemos imaginar el principio y el fin, pero no las circunstancias intermedias que acontecen, ni el desplazamiento que se produce. Y la segunda expresa en una lengua lo que está escrito o se ha expresado antes en otra. Estamos volviendo /Estamos traduciendo.

En su ensayo de 2013 “Translating Beyond Europe”, el filósofo Boris Buden nos invita a deshacernos del “sentido ingenuo que nos lleva a entender la traducción como una herramienta neutral, como puramente lingüística” “(…) cognitivamente objetiva, políticamente no sesgada y socialmente neutra, económicamente productiva, estimulante culturalmente y moralmente inocente”. Él también defiende la concepción de un lenguaje que refuta la noción fija, impermeable, la noción de la lengua nacional o la lengua madre como única lengua para abrazar el “heterolenguaje” como una invención que se produce entre los intersticios de las lenguas oficiales, como espacios de imaginación política.

http://www.tabakalera.eu/es/itzultzen-ari-gara-mugatxoan-virginie-bobin

La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian

 

La Pensée en marche, première édition exploratoire : éprouver les notions postcoloniales au regard de l’exposition Indian Highway.

Capture d'écran 2016-05-02 16.17.52

Brève histoire d’une idée (Myriam Suchet)

Le contexte initial

L’exposition Indian Higway qui s’est tenue au macLyon du 24 février au 31 juillet 2011 invitait à interroger des notions complexes et souvent mal différenciées telles que métissage, mélange, mixité, hybridité, diversité, créolisation… Le débat terminologique, souvent confiné à la querelle de spécialistes, intéresse le grand public. Dans un contexte sociopolitique où les « replis communautaires » répondent aux « débats sur l’identité nationale », il nous a semblé essentiel de questionner ces termes en regard de la réalité des pratiques et de la matérialité des formes artistiques. L’exposition Indian Highway constituait une occasion privilégiée de mettre en cause nos représentations identitaires en mettant des mots sur des œuvres et des artefacts – et en dévoilant, en retour, les images qui habitent nos mots. C’est dans ce contexte que le MacLyon a fait appel au Centre d’Etudes et de Recherches Comparées sur la Création (Cercc).

Un format de pensée-pratique

J’ai inventé La Pensée en marche pour faire sortir la recherche de l’institution universitaire et dynamiser la réflexion théorique par l’analyse des œuvres et le débat avec le grand public. Pour le musée, il s’agit d’offrir un mode de visite inédit, qui prend appui sur le travail des artistes et l’articule aux avancées de la recherche pour susciter une réflexion critique. Le format consiste à faire intervenir des chercheuses et des chercheurs venus de différentes disciplines dans les espaces d’exposition du musée, en présence d’un/e médiatrice/médiateur qui facilite les échanges avec le public. Invitée au musée, la pensée universitaire ne disserte plus sur un objet d’étude mais avec lui. Chaque intervention frotte les concepts aux œuvres, déstabilisant aussi bien la spéculation des chercheurs que l’horizon d’attente des visiteurs. Cette déstabilisation réciproque nourrit des échanges à la suite de chaque intervention, limitée à une durée maximale de dix minutes. Une réflexion d’ensemble se construit chemin faisant, en passant d’œuvre en œuvre et d’intervention en débat. Le verbe « marcher » s’entend donc dans un double sens : il s’agit, d’une part, d’arpenter les salles de l’exposition et, d’autre part, de faire fonctionner la pensée.

Continuer la lecture de La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian