Archives de catégorie : Alliances

Pour retrouver et rencontrer d’autres lucioles

« Qui résiste ? » n° 14 : parution et lancement avec Pierre di Sciullo

Orchestrée par Pierre di Sciullo, ce nouveau numéro en fransè fasil vient de paraître !

Le lancement aura lieu en deux temps. D’abord sur le salon MAD (Multiple Arts Days) à Romainville (métro ligne 5).
Nous serons présents à la table A 18 les 10, 11 et 12 septembre.
http://multipleartdays.fr/

Puis le samedi 11 vers 17 h, dans le cadre des Mad’s talks, Guillaume Pô et Pierre di Sciullo feront une dictée en Fasil, à partir de Répétitions générales. Garance Dor lira un extrait de Zoorama, etc.

Fondation Fiminco 43 rue de la Commune de Paris 93230 Romainville
M5 Bobigny – Pantin – Raymond Queneau
Bus 147 – arrêt Église de Pantin-Metro
Bus 145 et 318 – arrêt Louise Dory


Le salon ouvre ses portes au public le vendredi 10 septembre de 12 h à 20 h (entrée gratuite). 
Samedi 11 septembre de 12 h à 18 hDimanche 12 septembre de 11 h à 18 h (entrée payante 5€)

Co•élaborer des savoirs de plein air : un atelier indiscipliné La Future Ferme du Phalenstère La Chapelle-Enchérie – 5 juin 2021

Co•élaborer des savoirs de plein air : un atelier indiscipliné
du samedi 5 juin au dimanche 6 juin à La Future Ferme du Phalenstère
Vous êtes invités à prolonger l’expérience en élaborant une cartographie sensible et partagée où les savoirs reprennent la forme d’île au trésor… Atelier animé par Myriam Suchet, maitre de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle et chercheure indisciplinée de plein air et par grand vent.
Tarifs : 5 euros l’entrée et 5 euros de don suggéré pour la résidence d’artistes – Gratuit pour les moins de 18 ans
Faisons du jardin un lieu où faire pousser les savoirs que nous ignorons encore ! L’atelier s’inscrit dans la continuité de la visite guidée du parc paysager.

La Future Ferme du Phalenstère 41290 La Chapelle-Enchérie La Chapelle-Enchérie Loir-et-Cher.

« Situer et relier les savoirs en vie dans l’espace d’une seule page  » pour la journée « Spatialité des vivants » (matin), une invitation de Joanne Clavel le 23 juin 2021

© Stefania Becheanu

9h30 – 12h30

 Situer et relier
les savoirs en vie
   dans l'espace
 d'une seule page
Myriam Suchet

Comment faire de nos recherches des terrains fertiles pour penser-créer-agir en ces temps incertains ? A quelles conditions la pensée se fait-elle porteuse de mondes désirables ? Peut-on espérer devenir universiTerres ? A ces questions je ne proposerai aucune réponse, mais une proposition très concrète, étayée sur les formes éditoriales au travers desquelles ma recherche, initialement littéraire, s’est indisciplinée. Ouvrages, fanzines, cartes à jouer ou postales : les manières de scénographier une expérience de pensée y inscrivent des modes de rapports, favorisent des régimes d’adresse et en empêchent d’autres. A chaque fois, j’aimerais prêter attention au comment, à la singularité des relations qui s’y trament. Dans la foulée, je vous inviterai à ce que nous composions ensemble des agencements à partir des éléments dont vous pourrez avoir eu envie de vous saisir lors de la présentation, et surtout en fonction de vos propres recherches ou créations en cours. N’hésitez pas à venir avec toutes sortes de matériaux qui vous importent : textes en tous genres, images, bribes, notes de terrain, crayons de couleurs, textures, questions suspendues…

14h -17h

Expérimentations somatiques
 en contexte de soin et de
     précarité sociale
Violeta Salvatierra

Chargée de cours et chercheuse associée au département danse de l’Université Paris8.
Praticienne Somatique (Rolfing), danseuse improvisatrice. Chargée de mission pour le CPT, projet création

Violeta Salvatierra a soutenu une thèse en danse en décembre 2020 intitulée « L’atelier de danse et  d’éducation somatique comme espace d’expérimentations micropolitiques » développée à partir de trois terrains de recherche-action. Cette recherche interroge les usages et l’impact de pratiques corporelles chorégraphiques et somatiques dans l’accompagnement de publics accueillis en institutions psychiatriques et/ou médico-sociales. A travers trois études de cas, elle s’intéresse à la manière dont de telles pratiques peuvent soutenir des processus de subjectivation aux potentiels émancipateurs. Lors de cette intervention, il s’agit de revenir sur le questionnement éminemment écosophique qui soutenait cette recherche et de mettre en partage une réflexion sur la posture épistémologique et les outils méthodologiques qui l’ont construite, ainsi que de certains éléments de son élaboration théorique. Il s’agira également de prendre le temps d’expérimenter ensemble un dispositif d’atelier somatique afin d’engager un dialogue qui s’appuie sur le vécu d’une expérience somatique collective.

Pensez à venir avec des vêtements légers !!!


L’inscription se fait par joanne.clavel@cnrs.fr

 

BAse de lancement pour une école hirsute, résidence du 14 au 16 mai 2021

Une initiative lancée par Fabrice Gallis, du Laboratoire des Hypothèses

https://hirsute.minuscule.info/doku.php?id=hirsute

Au sein des écoles d’art émergent certaines propositions pédagogiques qui engagent les étudiants et les artistes sur des chemins qui s’écartent des formats attendus. Sur un pied d’égalité, les acteurs contribuent à l’extension de formes souvent surprenantes et diffuses.
Ces moments doivent parfois être recadrés pour rester compatibles avec le rythme des écoles.

Afin de prolonger ces mouvements, et de tester leur capacité à s’échapper, il est utile de construire une “école” hors-les-murs qui se constitue autour de propositions singulières, parfois clairement pédagogiques, parfois sensibles, absurdes voire même dérangeantes.

E.H.E.S.S! (l’École Hirsute Est Sans Site!)

Sur le modèle du Black Mountain College, l’École Hirsute poursuit ce but en initiant une plateforme qui met en relation des propositions de travail en commun , des étudiant⋅e⋅s et des lieux d’art.
Devient étudiant⋅e de l’école Hirsute celui ou celle qui s’inscrit, de fait.
L’économie se veut minimale pour rendre la circulation plus fluide et les projets plus libres, mais n’est pas pour autant évacuée.
Chaque proposition définit ses propres paramètres de coût, le mode de contribution des participants, la rémunération de l’initiateur⋅rice, par exemple.

Initialement pensée comme un centre de ressource, l’École Hirsute prend la forme d’un site internet où sont postés des cours hors les murs, des propositions de performance collective, des formations techniques, des projets d’artistes dont le point commun est justement la mise en commun, l’échange de compétences ou d’expériences. C’est aussi là une opportunité pour les artistes de trouver des situations de travail rémunérées hors des institutions identifiées.

Structure en cours d’écriture : https://app.wisemapping.com/c/maps/1080649/public

Il ne s’agit pas de vider les école d’art mais plutôt d’élargir à un public non-étudiant une offre rare et inventive, aujourd’hui encore disponible au sein de ces institutions, mais qui souvent peine à en déborder les murs. Le public extérieur n’a pas accès à ces moments riches et inattendus, la place qu’on lui donne est souvent passive et consommatrice (expositions, éditions, conférences…). L’école hirsute diffuse donc ces alternatives en empruntant un rapport intégrateur à la recherche artistique.

A la manière d’un site de covoiturage, l’école hirsute met en relation des usager⋅ères qui tour à tour transportent ou se font transporter.

 

Quelques liens qui nourrissent le projet :

SÉMINAIRE OGRE – OUTILS ET GESTES DE RECHERCHE ET D’ÉCRITURE ◊ CRAE – CENTRE DE RECHERCHE EN ARTS ET ESTHÉTIQUE ◊

VENDREDI 2 AVRIL ◊ 14H00 – 17H00

photo © Stefania Becheanu

Lien vers le Discord : https://discord.gg/FYb8hywx

(1/ ∞ ) Boite à malices / Malette d’enquête : présentation indisciplinée

Pour commencer à faire connaissance, je propose de déployer pour vous les différents formats d’une recherche au long cours, dont le propos pourrait se résumer en une seule lettre : « s ». Il s’agit, en effet, de lire le « s » d’en français comme une marque de pluriel, ou encore : de traduire du français aux français. Une démarche indisciplinée s’est forgée chemin faisant, avec une cohorte de supports, chacun né en fonction d’une situation : publication de fanzines, d’ouvrages et de livrets, fabrication de cartes en tous genres, création de site ouebbe, et autres surprises à découvrir ensemble. Les domaines parcourus par cet « imaginaire hétérolingue » sont nombreux, depuis les littératures post- ou dé-coloniales aux ateliers de « FLE » (français langue étrangée)en passant par différentes pratiques artistiques et autres sciences (humaines et pas que). Il reste encore à investiguer la manière dont cette approche peut résonner de façon inédite grâce à vous et s’en trouver renouvelée, alors…  

(2/ ∞) Mise en place d’un dispositif relationnel

… alors nous expérimenterons ensemble les fonctionnalités de l’interface Discord pour composer en temps réel des agencements, combiner des mosaïques partagées à partir des éléments dont vous pourrez avoir eu envie de vous saisir lors de la présentation, mais surtout en fonction de vos propres recherches ou créations en cours. Chaque participantE sera ainsi conviéE à orchestrer une page virtuelle autour d’une question ou d’un objet de son choix, autour duquel viendront s’organiser des images en rebond, des citations en écho, des commentaires en annexe, des gloses en guirlandes de paperolles, etc.

(x / ∞)

et parce que je soupçonne déjà que cette expérimentation n’aura pas dit son dernier mot à la fin de cette séance : à suivre….

Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Usages de langues et dynamiques francophones en situations de pandémie (Perspectives in(ter)disciplinaires)

Journée d’études organisée par Valentin Feussi et Maëva Touzeau

Ces derniers mois, la pandémie du coronavirus a transformé notre quotidien en ébranlant les structures sociales de façon inattendue voire brutale. Elle a modifié notre vision du monde, de l’Autre et de nous-mêmes. Notre vie socio-professionnelle et familiale a été chamboulée et adaptée au cadre restrictif du confinement. En tant qu’événement (vécu comme catastrophe) qui traverse des manières particulières de vivre dans le monde, cette pandémie rappelle d’autres formes de violences et traumatismes qui ont marqué et marquent encore la mémoire collective. Les inégalités, la discrimination ont été réactivées, en même temps que la peur d’autrui, fondement de toutes les formes d’ethnocentrisme. Parallèlement ont émergé d’autres expériences sociétales, politiques ou médiatiques, des pistes visant à y répondre pour sortir le monde de cette situation inattendue. Dans les champs éducatifs et de la recherche, le recours au numérique est apparu comme un moyen pour dépasser les violences de l’enfermement et de la discrimination. Les applications de mise en relation (Tik Tok, Tinder, etc.), le distanciel formatif, les webinaires, les canaux, forums sont devenus centraux dans les rencontres sociales et professionnelles. La question de genre (et pas uniquement de celui de la/le Covid) s’est reposée à travers les violences familiales, plus particulièrement subies par les femmes, ce qui a souligné la condition inégalitaire des femmes dans le monde (francophone). La pandémie pose également la question de la mobilité sous l’angle de migrations « exogènes » ou « endogènes » (Calvet, 2000) et du besoin de lien social. Ce besoin a ainsi remis en scène le néologisme « solidaritude » apparue dans une chanson de Robert Charlebois en 1973, qui révèle, autrement, une nouvelle image de l’altérité. Quelle que soit la situation, le rôle notoire du masque est à souligner. Il est associé au souci d’autrui tout en faisant de l’autre le porteur de peur et de mort, obligeant à une nouvelle proxémie et une prise en compte de l’inconnu. Les Africains (francophones) plus particulièrement s’approprient cette situation inattendue par des solutions originales locales, ce qui légitime la pertinence de points de vue expérientiels et non-institutionnels dans la compréhension du monde.

Continuer la lecture de Les « masques » porteurs de « langues » – journée d’étude organisée par maéva touzeau et valentin feussi vendredi 19 mars 2021

Lenguas vivas / langues vivantes / living tongues : un Événement radiophonique

En direct Samedi 6 mars 2021, 15h—17h

Et à (r)écouter sur *Duuu par ici : https://duuuradio.fr/archive/lenguas-vivas-langues-vivantes-living-tongues

Les Small Gualichos sont aussi disponibles ici : https://duuuradio.fr/archive

Avec: Mercedes Azpilicueta, Virginie Bobin, Hélène Harder, Emmanuelle Lafon, Lucile Sauzet, Pauline Simon et Myriam Suchet.


Mercedes Azpilicueta et Virginie Bobin invitent cinq collaboratrices de l’exposition «Bestiario de Lengüitas» à se réunir pour une conversation autour de leurs pratiques. Rassemblées pour l’occasion dans les studios de *Duuu dans le parc de La Villette, elles nous proposent d’imaginer des formes d’engagement et de partage passant par l’écoute, le bruit et la voix, des dimensions essentielles au projet.

Modéré par Virginie Bobin, cet échange sera ponctué d’extraits des pièces de Mercedes Azpilicueta, d’interventions plus performatives et de «small gualichos» (de petits sorts auditifs).
 

Mercedes Azpilicueta (née à La Plata, Argentine, en 1981) est une artiste visuelle et performeuse qui vit et travaille à Amsterdam et à Buenos Aires. Elle développe des processus de recherche et de production qui explorent les qualités affectives et la dimension politique du langage et de la voix, en lien avec les notions de performativité, de féminisme décolonial et de résistance. En 2018, elle a présenté sa première grande exposition personnelle au Musée d’art moderne de Buenos Aires, après avoir reçu le Pernod Ricard Fellowship (Paris) en 2017 et été artiste en résidence à la Rijksakademie (Amsterdam) en 2015-2016. Elle est titulaire d’une maîtrise en beauxarts (MFA) obtenue en 2013 au Dutch Art Institute/ArtEZ, Arnhem, et d’une licence en beaux-arts (BFA) obtenue en 2007 à l’Université Nationale des Arts (UNA) de Buenos Aires, où elle a également suivi le Programme d’artistes 2009-2010 de l’Université Torcuato Di Tella. Son travail a été exposé à Museion – Musée d’Art Moderne et Contemporain Bozen/Bolzano (2020), au Van Abbemuseum (Eindhoven) et à CentroCentro, Madrid (2019), à la REDCAT Gallery (Los Angeles, 2018), au MACBA (Barcelone, 2018), au Centre d’Art Dos de Mayo (CA2M, Móstoles, 2017), à l’Onomatopee (Eindhoven, 2016), au TENT (Rotterdam, 2015), à Móvil (Buenos Aires, 2015), à l’Irish Museum of Modern Art (Dublin, 2014) et au Het Veem Theatre (Amsterdam, 2014). Elle est représentée par Nogueras Blanchard, Madrid.

Virginie Bobin travaille au croisement de la recherche, des pratiques curatoriales et éditoriales, de la pédagogie et de la traduction. Elle poursuit actuellement un doctorat dans le cadre du PhD-in-practice de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. En 2018, elle co-fonde avec Victorine Grataloup la plateforme éditoriale et curatoriale Qalqalah. De 2016 à 2018, elle a été Responsable des programmes de la Villa Vassilieff, lieu qu’elle a co-créé. Elle a travaillé pour Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Witte de With, Manifesta Journal, Les Laboratoires d’Aubervilliers et Performa.

Hélène Harder est réalisatrice de films documentaires et s’intéresse notamment aux représentations de genre. Elle travaille actuellement à deux projets au long cours : Casamantes, une pièce transmédia avec Karima El Kharraze; et Fatna, a woman named Rachid, un long-métrage documentaire.

Emmanuelle Lafon est comédienne, metteuse en scène et autrice. Elle nourrit des passions, notamment les collaborations avec d’autres artistes, et les rapports entre écriture et oralité, ou musique, bruit et parole.

Lucile Sauzet est designer, basée à Paris. Son travail se concentre sur les notions de représentation et perception du corps, notamment dans le domaine du soin. Sa pratique comprend aussi bien la création d’objets et costumes expérimentaux que la recherche sur les usages dans une approche sensible, au service des vulnérabilités. En 2017, elle a fondé Flux Initiative, son propre studio de design.

Pauline Simon est chorégraphe et interprète. Sa pratique chorégraphique est marquée par une recherche transdisciplinaire, où la danse se pose comme vecteur autour d’un sujet ou d’un contexte et crée des liens entre l’intime et le politique. En 2020, elle obtient un master à l’EHESS de Paris, et travaille sur une nouvelle création issue de cette recherche, The great Hold up.

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant, quelque part entre la France et le Québec. Maître de conférence à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est membre de l’Institut Universitaire de France et travaille dans les interstices où les institutions rencontrent d’autres espaces de recherche-action-création. Elle a publié trois ouvrages : L’Imaginaire hétérolingue (Paris, Classiques Garnier, 2014), Indiscipline! Tentatives dUniverCitéà lusage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations (Rennes, Éditions du Commun, 2019).

*Duuu est une webradio dédiée a la création contemporaine. Fondée en 2012 par des artistes, cette radio est née du désir de faire entendre des situations de réflexion et de travail. Inventant ce que pourrait être une radio d’art aujourd’hui, elle expérimente d’autres modes de parole, et travaille depuis huit ans à croiser des voix parallèles et susciter des rencontres. *Duuu est à la fois un outil de production de situations radiophoniques, une plateforme de création d’objets sonores, et une archive en mouvement. *Duuu est en résidence au CAC Brétigny dans le cadre de ≪Transmissions≫.

Ressources

Rendre visibles les digressions du monde, atelier le Lundi 11 janvier 2021

Lundi 11 janvier se déroulera l’atelier indiscipliné organisé par Clio Simon en partenariat avec la MESHS de Lille et le CRP/.

Cette journée d’étude a été initiée par le CRP/ en partenariat avec la MESHS de Lille et s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement artistique « artiste associé.e » que le centre d’art développe depuis deux en lien avec ses axes de recherche liés :
– à la nature des images, à leurs régimes, et à leur place et leur utilisation dans les pratiques artistiques contemporaines, ainsi qu’à leur contribution aux sciences humaines et sociales,
– aux formes d’engagements de l’artiste dans l’espace public, notamment aux formes « d’activisme artistique » dans le champ de l’Histoire.

Le lien de connexion est celui-ci.

HORAIRES 10h – 12h et 14h – 17h

Déroulé 11012021

« Digresser : pour ma part j’opte pour le verbe, car mon envie première serait de faire, plutôt que de parler à propos de la digression. J’aimerais la faire advenir, la tramer comme un faisceau de relations entre les propositions-interventions qui nous réunissent. L’envisager en acte comme une série de maillons rapides, une prolifération de possibles, un facilitateur à vases communicants. Au fond, c’est une manière de reprendre le principe de mon dernier livre pour le mettre au service de notre journée. »

Ma présentation sera appuyée sur cette collection de perles, que vous pouvez compléter, ré-agencer, augmenter...


Atelier-discussion dans le cadre de la journée « subversion: : une pensée de la répétition critique » (ad hoc)

Tout au long de la journée, une collection a été glanée que vous pouvez (re)trouver et compléter ici : https://www.pearltrees.com/msuchet/subversion/id37277471

 

Texte du programme :

Selon la logique butlérienne voulant que la subversion soit une façon de questionner de l’intérieur la pertinence des structures ainsi que leur naturalisation, cette rencontre reprend le format de la journée d’étude tout en s’en distanciant. Plutôt que de proposer des panels, elle s’organise sur le principe du dialogue. La configuration habituelle (trois communications, suivies d’une période de questions) est ici remplacée par une série d’interventions en binômes. Ce temps libéré au sein de chaque panel est destiné à la discussion – entre les intervenants impliqués, avec la salle – portant sur les rencontres possibles ou impossibles entre les sujets abordés, sur les logiques relationnelles qui peuvent unir ou opposer entre elles les interventions.

L’événement, qui devait initialement se dérouler à l’extérieur des murs de l’université, prendra place au sein d’un espace virtuel en raison de la situation politique et sanitaire actuelle.

Tout au long de la journée, vous êtes invité.e à contrecarrer/amoindrir/subvertir le distanciel en remplissant une « page relationnelle » (inspirée de la maquette du livre L’horizon est ici) pour prolonger encore le dialogue entre les présentations, amplifier leurs résonances et entrecroiser les pistes qu’elles soulèvent. Lors de l’atelier par lequel s’ouvrira la discussion entre Laurence Perron et Myriam Suchet, nous vous proposerons un temps de mise en commun de ces pages relationnelles.

non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le « projet » LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un « soi » par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de « chez soi » où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

Continuer la lecture de non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Discussion croisée avec les acteur·trice·s du livre Co-création – date reportée

Co-Création est une publication plurielle inscrite dans une recherche sur les pratiques artistiques en co-création engagées dans le champ social, menée depuis 2013 par Céline Poulin (directrice du CAC Brétigny) et Marie Preston (artiste et enseignante-chercheuse à l’université Paris 8) avec la participation de Stéphanie Airaud (responsable des publics et de l’action culturelle au MAC VAL).
 

Lors de cette rencontre, les auteur·rice·s engageront une discussion autour des cinq thématiques essentielles et transversales de l’ouvrage : conversation, collectif, éducation, vulnérabilité et évaluation, avec une attention plus particulière à la coéducation.

En présence de Stéphanie Airaud, Caroline Darroux, François Deck, Véronique Goudinoux, Florence Jou, Maude Mandart, Christian Maurel, Céline Poulin, Marie Preston et Myriam Suchet. 

https://www.lafermedubuisson.com/programme/art-et-co-education

L’université buissonnière

L’université buissonnière est hors les murs. Non pour fuir tous les murs, mais pour se dégager des murs destinés au savoir, ceux que lui réserve l’institution. Hors les murs, l’université buissonnière est donc hors le cadre de l’institution, non pour la narguer, mais pour donner à voir autre chose. Elle tient à mettre en évidence un autre visage du savoir. Et notamment celui de l’affranchissement des lieux disciplinaires exclusifs où le savoir aurait vocation à se manifester.

Pour nous rejoindre, c’est possible de commencer par ici !

dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Lundi 17 juin 2019, 19h30-21h30, Maison Heinrich Heine, Paris

Organisation et modération : Lia Kurts-Wöste

Selon Laurent Loty, à la différence de pluri-, inter- ou transdisciplinarité, le mot « indisciplinarité » aborde frontalement le paradoxe des disciplines, indispensables au savoir, mais susceptibles de le bloquer. La pratique indisciplinaire se doit d’échapper à ses propres effets pervers et de favoriser une enquête heuristique. Son enjeu ? L’émergence d’un nouvel humanisme. Myriam Suchet fera écho à ces propos en prenant parti pour l’« indiscipline » comme recherche-action-création. Il y va de la responsabilité de l’UniverCité en tant que laboratoire en acte de transformations multiples. Elle introduira un contre-point hétérolingue, invitation au dialogue pour ce final du séminaire bisannuel « L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? », organisé par Lia Kurts-Wöste.

Laurent Loty a enseigné les Lettres et présidé la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Historien des idées au CNRS, il enquête sur les conditions de l’invention, nos représentations de l’individu et de la société, et l’humanisme de l’imprimerie au numérique.

Myriam Suchet est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre d’études québécoises. Elle bouscule « la langue » pour penser-pratiquer la traduction comme une forme de relation et la recherche comme une action-création.

Continuer la lecture de dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

La collection Post-Posters est une initiative d’Antonio Gallego & Mathieu Tremblin

À l’occasion de la double exposition à AEDAEN et au Syndicat Potentiel en mars 2019 à Strasbourg consacrée au groupe Banlieue-Banlieue* (°1982, Poissy), Antonio Gallego et Mathieu Tremblin initient une proposition coopérative autour de l’affichage public intitulée Post-Posters qui rassemble des artistes du monde entier.

Post-Posters est une collection d’affiches en noir et blanc au format 59,4 x 84,1 cm horizontal ou vertical imprimées au traceur sur papier blanc ou fluo 80 g/m2 à coller dans l’espace urbain, en affichage sauvage, sur les panneaux d’expression libre ou dans les espaces publicitaires.

L’enjeu de cette collection est de proposer un corpus d’œuvres-outils à même d’embrasser des problématiques sociétales actuelles ou récurrentes et de les aborder de manière prospective : post-anthropocène, post-colonisation, post-démocratie, post- libéralisme, post-genre, post-modernité, post-internet, post-urbain, post-théorie, post-post…

Ainsi, les affiches de la collection Post- Posters s’inscrivent dans la continuité
de pratiques d’affichage artistiques et engagées ou militantes qui traversent le
20e siècle. Elles sont autant de tentatives
de contribution à une intersectionnalité
des luttes en cours et avenir. Elles font affleurer des prises de position singulières dans les espaces publics, en accord ou en contradiction avec les autres formes de communication visuelle en présence, dans les temps faibles du quotidien et au-delà des temps forts des manifestations.

Continuer la lecture de Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin