Archives de catégorie : Actualités / News

dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Lundi 17 juin 2019, 19h30-21h30, Maison Heinrich Heine, Paris

Organisation et modération : Lia Kurts-Wöste

Selon Laurent Loty, à la différence de pluri-, inter- ou transdisciplinarité, le mot « indisciplinarité » aborde frontalement le paradoxe des disciplines, indispensables au savoir, mais susceptibles de le bloquer. La pratique indisciplinaire se doit d’échapper à ses propres effets pervers et de favoriser une enquête heuristique. Son enjeu ? L’émergence d’un nouvel humanisme. Myriam Suchet fera écho à ces propos en prenant parti pour l’« indiscipline » comme recherche-action-création. Il y va de la responsabilité de l’UniverCité en tant que laboratoire en acte de transformations multiples. Elle introduira un contre-point hétérolingue, invitation au dialogue pour ce final du séminaire bisannuel « L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? », organisé par Lia Kurts-Wöste.

Laurent Loty a enseigné les Lettres et présidé la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Historien des idées au CNRS, il enquête sur les conditions de l’invention, nos représentations de l’individu et de la société, et l’humanisme de l’imprimerie au numérique.

Myriam Suchet est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre d’études québécoises. Elle bouscule « la langue » pour penser-pratiquer la traduction comme une forme de relation et la recherche comme une action-création.

Continuer la lecture de dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

La collection Post-Posters est une initiative d’Antonio Gallego & Mathieu Tremblin

À l’occasion de la double exposition à AEDAEN et au Syndicat Potentiel en mars 2019 à Strasbourg consacrée au groupe Banlieue-Banlieue* (°1982, Poissy), Antonio Gallego et Mathieu Tremblin initient une proposition coopérative autour de l’affichage public intitulée Post-Posters qui rassemble des artistes du monde entier.

Post-Posters est une collection d’affiches en noir et blanc au format 59,4 x 84,1 cm horizontal ou vertical imprimées au traceur sur papier blanc ou fluo 80 g/m2 à coller dans l’espace urbain, en affichage sauvage, sur les panneaux d’expression libre ou dans les espaces publicitaires.

L’enjeu de cette collection est de proposer un corpus d’œuvres-outils à même d’embrasser des problématiques sociétales actuelles ou récurrentes et de les aborder de manière prospective : post-anthropocène, post-colonisation, post-démocratie, post- libéralisme, post-genre, post-modernité, post-internet, post-urbain, post-théorie, post-post…

Ainsi, les affiches de la collection Post- Posters s’inscrivent dans la continuité
de pratiques d’affichage artistiques et engagées ou militantes qui traversent le
20e siècle. Elles sont autant de tentatives
de contribution à une intersectionnalité
des luttes en cours et avenir. Elles font affleurer des prises de position singulières dans les espaces publics, en accord ou en contradiction avec les autres formes de communication visuelle en présence, dans les temps faibles du quotidien et au-delà des temps forts des manifestations.

Continuer la lecture de Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

Lucioles #2 a paru

Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce numéro 2 de Lucioles, comme dans le premier numéro, ce sont des enseignants-chercheurs et des étudiants, ou des personnels administratifs et techniques qui s’expriment, sur leur quotidien, leurs espoirs, leurs colères et leurs attachements dans un registre poético-politique. Chaque texte est anonyme, afin d’éviter tout discours d’autorité. Mais aussi pour faire écho à la presse alternative de critique de sciences des années 1970–1980, dans laquelle l’anonymat était une condition d’expression pour que le témoignage d’une personne prenne une valeur plus générale.

Lucioles est réalisé bénévolement par des amies graphistes, et Luciole n’est pas à vendre, car nous ne nous reconnaissons pas dans la marchandisation de tout, de tous et de toutes : Lucioles est cédé à à prix libre, et disponible gratuitement en version numérique sur les différents sites des auteurs. Luciole est aussi un bel objet éditorial. Cette année, les 142 pages du numéro, dans sa version papier, constituent un flip book. Le thème général du numéro est “Interdépendances”.

Lucioles tient dans une poche, pour l’emmener partout, le distribuer facilement. Réussirez-vous à vous en procurer un exemplaire ?

Voici un lien pour y accéder – bonne lecture !

Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Vendredi 12 octobre 2018, nous intervenions Marie Preston et moi-même au cours de la semaine d’installation des nouvelles recrues du Master de danse Exerce au Centre Chorégraphique National de Montpellier.

Initié en 2011 en partenariat avec l’université Paul-Valéry de Montpellier, le master exerce est depuis 2013 l’unique formation de niveau master en France accompagnant des artistes, auteurs de leur projet et recherche en danse.

L’enjeu est d’accueillir celles et ceux qui, pendant 2 ans, seront tout à la fois étudiants-artistes-chercheurs. Magnifique occasion de mettre en pratique et en commun une indiscipline hétérolingue !

Continuer la lecture de Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Lancement de la programmation 2018-2019 du Centre d’études québécoises

Samedi le 20 octobre 2018 de 16h à 18h

à la Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris
à l’occasion du Festival des Non-Aligné(e)s organisé par Jean-Charles Agboton-
Jumeau & Laurent Marissal

Les photos souvenirs sont par ici !

C’est la rentrée ! Pour cette année universitaire 2018-2019, nous vous proposons d’activer le Centre d’Etudes Québécoises comme un « chappa’ai » revisité c’est-à-dire, en langue goa’uld, une porte d’entrée vers un trou de ver permettant de voyager dans l’espace-temps.

En nous situant à la fois des deux bords de l’Atlantique et dans un futur déjà advenu, nous ouvrirons les possibles les plus improbables pour pratiquer l’UniverCité telle que la rêvons et la savons devoir être. Vous verrez, c’est très simple : il suffit d’entrer au CEQ pour se retrouver tout à la fois en France et au Québec, en recherche et en action, en création permanente et au diapason des universités buissonnières, braconnières, volantes, interstitielles, foraines, expérimentales, émancipatrices, ouvertes, autogérées, et libres qui poussent comme des constellations en expansion. Rendez-vous à la Générale samedi 20 octobre 2018 à 16h pour prendre part au démarrage de l’aventure !

La compagnie d’activation du CEQ comme chappa’ai est déjà nombreuse et toujours ouverte, avec (par ordre d’apparition en personne plus ou moins virtuelle) : Louise Lachapelle, Patrice Loubier, Cousins de Personne, Jean-Simon DesRochers & Andrée-Anne Dupuis Bourret, l’Université Buissonnière…

*Extrait de la présentation par Laurent Marissal et Charles Agboton-Jumeau :

“L’an 1 du Festival non aligné-e-s aura lieu à la Générale du 20 au 22 octobre 2018. C’est la deuxième édition consécutive au FNA An 0 inauguré en septembre 2017. Cette édition est placée sous l’égide de “La Reprise”, d’après le film inachevé La reprise du travail aux usines Wonder, connu aussi sous le titre Wonder 1968.


*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples. Continuer la lecture de *Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Atelier d’indiscipline radiophonique, TNP Villeurbanne, le 26 mai

À l’écoute d’une langue universiTerre dans le cadre des Langagières

L’universitairien est une langue étrange qui ne semble exister qu’entre les murs de l’université. Passé à la moulinette de l’imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet et au micro de David Christoffel, cet obscur jargon devient un plaisir radiophonique.
Atelier participatif ouvert de 15h00 à 19h00
En partenariat avec l’UNIPOP Lyon

Rejoignez l’aventure de cet atelier radiophonique dès le matin ! De 11h00 à 13h00, venez jouer avec nous ! Nous écouterons, débattrons, enregistrerons jusqu’à façonner, piste après piste, une langue joyeusement indisciplinée.
Tarif spécial : Pass Jour à 5€. Uniquement sur inscription : • j.kahn@tnp-villeurbanne.com (8 personnes maximum)

Découvrez l’univers :
• Méthode audio de langue universitaire
• Promenade sonore à l’écoute d’une Babel universiTerre

 

Coagulons (ou pas, finalement)

“Vouloir faire masse, c’est en quelque sorte présenter tout cela comme relevant d’une cohérence, ce que je conteste. Je conteste l’orientation de votre question qui viserait à voir une logique ou à vouloir créer une coagulation dans ces mécontentements. Il n’y en a pas tant que cela. Le mécontentement des cheminots a peu à voir avec le mal-être profondément légitime qui est à l’hôpital et qui dure depuis des années…” Emmanuel Macron

 

Une demi-heure environ après le début de l’entretien mené par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, Emmanuel Macron s’insurge contre un « amalgame » qui consisterait à « vouloir faire masse », établir une « logique », une « cohérence » ou encore « créer une coagulation » entre des « colères » ou des « mécontentements ». L’abondante mise en série de termes choisis pointe vers ceux qui sont passés sous silence : « coalition », « convergence », « luttes ». Ce lapsus volontaire ne se contente pas d’escamoter des mots et d’intervertir des lettres : elle dépolitise, elle cherche à nous déposséder des forces de nos élans. Pourtant, de Notre-Dame des Landes à la SNCF en passant par les Universités, nous savons et nous éprouvons, par-delà l’écart indéniable des situations, une basse sourde et continue qui nous traverse.

Au fil de la journée, j’oscille entre trois attitudes :

  1. être en colère– parce que c’est désobligeant de réduire un soulèvement dont les foyers sont multiples à une piqure de moustique qui démange et que l’on gratte mais qui sera bientôt un mauvais souvenir, une croûte de sang séché. Par la poésie d’une pancarte aperçue en manif, « coagulons-nous » est devenu « cagoulons-nous ». La violence, alors, démasque, elle tend un miroir à la violence d’Etat celle qui fait couler le sang jusque dans les figures de style – et sur combien de visages.
  2. être en colère, encore, contre la mauvaise foi d’un pouvoir qui feint de ne pas comprendre que l’on n’est pas dupe et qu’il n’a pas le monopole de la logique ni de la cohésion, même s’il a la puissance de récupérer certaines de nos valeurs (partage, émancipation, solidarité, esprit critique, créativité) pour les mettre au service de son fonctionnement à lui : une logistique de la productivité et de la rentabilité à court-terme reposant sur une gestion technocratique de flux aussi tendus que délocalisés, un contrôle liberticide exercé au nom de notre sécurité, la transformation du travail en variable d’ajustement dans une économie en ébullition spéculative,
  3. essayer d’en tirer matière à penser, et là…

Et là je ne sais pas bien, parce qu’il est tard le soir ou tôt le matin. Parce que je vois bien les ratés, les écarts, les fatigues, les désaccords qui font qu’elle est loin d’être gagnée, la lutte, et fragile, la solidarité. Mais j’essaye. Et je me dis qu’il y a peut-être un intérêt à faire l’exercice mental de ne pas voir de lien entre les revendications à la SNCF, à l’hôpital, à Notre-Dame-des-Landes, et à l’Université.

Admettons. Envisageons la possibilité que se dessine là autre chose qu’un front, une grève générale ou un blocage. Que notre forme n’est pas répertoriée, qu’elle n’émarge à aucun des répertoires de lutte disponibles – dont l’obsolescence nous saute au visage. Sous le radar, nous inventons (sans même le savoir vraiment, sans doute) des modes de subjectivation qui passent sous la barre de la reconnaissance individuelle, des chemins de pensée qui échappent aux référentiels en vigueur, des connaissances qui se moquent des paradigmes disciplinés des savoirs académiques. La psychologisation facile que vous nous servez n’a pas prise car ce n’est pas d’un mal-être que nous souffrons, au contraire : nous ne cessons de reconfigurer ce qu’être peut vouloir dire, sentir, éprouver, composer. Chaque réparation de vélo échangée contre un panier de légume, chaque colocation qui s’aime comme une famille composée autrement, chaque passage de frontière aimanté par le rêve d’une vie à vivre véritablement, chaque classe qui s’active hors les murs trace des formes de vie qui ne se conjuguent plus au masculin singulier : chacun, prodigieusement, prolifère. Chacunes, ensemble, c’est-à-dire aussi avec nos foulitudes intérieures, nous inventons de nouvelles modalités relationnelles. La relation n’est plus ce qui m’unit à l’autre, c’est la texture même de ce nœud que j’appelle moi, et que j’apprends à composer et recomposer sans cesse, généreuse d’inédits.

Alors non, finalement, nous ne coagulerons pas. Car pour coaguler il faut passer d’un état liquide à un état solide ce qui veut dire tout à la fois ralentir, cesser de se mouvoir et de s’agiter et aussi passer à une autre échelle d’agencement, du moléculaire au molaire, de l’imperceptible à la « masse ». A l’inverse, nous proliférons en flux dans les bocages et même jusqu’aux blocages.

Et admettons que vous ne pouvez pas voir ce qui est véritablement en jeu, car vous n’avez aucun accès à la réorganisation perpétuelle de chaque troupe, de chaque organe, de chaque cellule, de chaque flux d’énergie. Alors méfiez-vous : nous sommes encore plus nombreuxes que prévues. Et nous finirons pas déborder la pauvre logique du combien par l’anticoagulant du comment.

 

 

A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon

Pour un aperçu du jeu de tarot hétérolingue, rendez-vous sur le blog de la Bibliothèque en vadrouille (billet n°118)

*

Salon, discussions, débats, présentations, exposition, happening autour des pratiques artistiques non alignées.

25-26 novembre 2017

Une proposition mise en scène par Jean-Charles Agboton-Jumeau, critique d’art & Laurent Marissal, peintre.

L’AN 0 du festival non-aligné(e)s [FNA] sous-titré Cellule(s) dormante(s), lève un coin du voile sur une partie immergée ou sous-exposée des pratiques symboliques contemporaines, pour autant qu’en effet, « seul peut se dire contemporain celui qui ne se laisse pas aveugler par les lumières du siècle et parvient à saisir en elles la part de l’ombre, leur sombre intimité et reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps. »
Ergo, poursuit Giorgio Agamben, la « voie d’accès au présent a nécessairement la forme d’une archéologie » qui, détourne intempestivement « la lumière, hors de sa fonction d’illumination du présent, vers l’assignation de l’infini, de l’invisible, de l’inatteignable », comme Jean-Luc Marion en convient lui aussi.
Le [FNA] prend acte de ce que les institutions (et le marché dont elles dépendent sous peine de mort désormais), sont respectivement l’arbre et son ombre qui cachent la forêt. Le festival inventorie donc, dans un lieu coopératif par excellence, des pratiques artistiques, symboliques ou savantes, minoritaires ou dissidentes qui, inscrites à la limite de la lisibilité institutionnelle et/ou de la solvabilité marchande, s’avèrent indifféremment :
alternatives (an)alphabètes anaparachroniques – autonomes – émancipatrices– expérimentales – (im)personnellesmarginales – singulières, &c.
Le [FNA] veut ainsi rendre possibles des :
agencements– complicités– dé(con)structions – perruques– sabotages – rhizomes – solidarités – subversions – &c.
qui, inactuels, inédits & cosmopolites, s’étendent à perte de vue quelque part dans l’inachevé ou dans l’ineffectué…

Continuer la lecture de Festival Non-Aligné(e)s : cellule(s) dormante(s) / Exposition, happening, salon