Archives de catégorie : Actualités / News

Pépites (merci A Pedro Prazeres et A Leyyoki)

Bigé Romain, « Nap-ins. Politiques de la sieste », www.pourunatlasdesfigures.net, dir. Mathieu Bouvier, La Manufacture, Lausanne (He.so) 2018, consulté en ligne le 21/04/2020


Quentin Hardy, « Coronavirus, un saut de l’ange existentiel et politique », Terrestres, 31 mars 2020, https://www.terrestres.org/2020/03/31/coronavirus-un-saut-de-lange-existentiel-et-politique/


https://www.youtube.com/watch?v=2M_Wz2BoH3Y

Croquis cinégraphique de notes éparses sur le confinement et le coronavirus. Les images sont générées à partir de morphing d’une forme à une autre (voir index à la fin de la vidéo). Le processus est décrit sur instagram: https://www.instagram.com/p/B94DwRCnTFs/

more : http://leyokki.org/

image © Leyokki

Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, « En quoi aujourd’hui diffère d’hier », entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

[…] J’ai commencé – et je pense que nous devrions tous nous atteler à cet exercice – une auto-chronologie de l’épidémie, en comparant la chronique des informations disponibles avec l’histoire de ma prise de conscience réelle, en reprenant mes mails, mon agenda, ce que je projetais et imaginais faire, alors que si j’y avais vraiment réfléchi, j’aurais pu savoir que ça ne se ferait pas. Il ne s’agit pas de couper court à toute critique du pouvoir, de son impréparation ou des rythmes de ses prises de décision – elle est évidemment démocratiquement nécessaire – mais de faire aussi un travail d’auto-description sur les formes personnelles qu’a pu prendre notre déni. Évidemment, si on préfère conserver sa place dans « la guilde de ceux qui vous l’avaient bien dit », ce n’est pas une chose à faire. Mais un tel exercice critique, pour déstabilisant qu’il est, provoque des surprises émancipatrices.


Dans le Grand Entretien du vendredi 3 avril 2020 mené par Nicolas Demorand, Bruno Latour affirme (c’est le titre) : « Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour changer, c’est gâcher une crise ». A plusieurs reprises, il souligne le caractère « indécent » de cette proposition (par exemple à la minute 11.22 « il y a quelque chose d’indécent à dire ça – mais le rôle de la pensée c’est de penser le coup d’après »). https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-03-avril-2020?fbclid=IwAR09OTa_dk950rj879IzCAhZySVSss8dKi1iI51Ermxzyvi5LYZiOvkFKGo et le lien vers le questionnaire des attachements http://www.bruno-latour.fr/fr/node/851.html


Articles fondés sur l’opposition « vie nue (zôé) / vraie vie (bios) » :


Naomi Klein explique en vidéo la stratégie du choc


François Gemenne : « Attention aux formules quasi religieuses du type : “la nature reprend ses droits” ». Ne nous réjouissons pas trop vite », dans le Nouvel Obs du 27 mars 2020 à 10h45, https://www.nouvelobs.com/notre-epoque/20200327.OBS26667/francois-gemenne-attention-aux-formules-quasi-religieuses-du-type-la-nature-reprend-ses-droits.html


Monique Pinçon Charlot était l’invitée du podcast de « Là-bas si j’y suis ». « C’est un virus de classe », dit la sociologue. C’est la première secousse d’un séisme plus profond, mais c’est aussi un rendez-vous historique. Il faut sortir de l’entre-soi et du petit marché de la contestation. La guerre qu’il faut livrer, c’est la guerre contre les riches et contre ce qu’il ne faut plus avoir peur de nommer, le capitalisme; à réécouter ici : https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/monique-pincon-charlot-ces-criminels-devront-rendre-des-comptes


L’auteur d’anticipation Alain Damasio (auteur notamment de La Horde du Contrevent et plus récemment des Furtifs) , affirme : «La police n’a pas à être le bras armé d’une incompétence sanitaire massive». Un entretien mené par Nicolas Celnik le 31 mars 2020, paru dans Libération. https://www.liberation.fr/debats/2020/03/31/alain-damasio-la-police-n-a-pas-a-etre-le-bras-arme-d-une-incompetence-sanitaire-massive_1783726


Marie Cosnay et Mathieu Potte-Bonneville, « Réfugiés, exilés : quand l’Europe s’en lave les mains », https://aoc.media/opinion/2020/03/11/migrants-coronavirus-quand-leurope-sen-lave-les-mains/


Christian Doumet (dir.), Penser avec Fukushima, Paris, Cécile Defaut, 2016.

Le mot avec est écrit en italiques parce qu’il prend ici la place d’un autre qu’on attendrait, mais qu’on doit s’interdire d’écrire, du moins tant qu’on n’a pas réfléchi à ce qu’il signifie désormais : après. L’ensemble d’événements rassemblés sous le nom de Fukushima n’a en effet pas achevé son déroulement, quoi que certaines voix intéressées essaient d’en dire, et c’est pourquoi après serait une erreur objective. Il n’y a pas, pour l’instant, d’après Fukushima, et au fond, l’alarme dont ce livre est aussi la traduction tient à ce détail sémantique d’importance majeure. Si la préposition après ne convient pas pour penser Fukushima, c’est qu’il n’y a pas d’après-Fukushima », au sens où on pourrait passer à autre chose, « dépasser » Fukushima. Pourtant, il y a bel et un bien un monde – à décrire, à critiquer, mais aussi à construire et à accompagner – à partir de cette catastrophe et sous sa lumière. C’est ce que ces textes s’efforcent de mettre en place : venus d’horizons variés (littérature, philosophie, histoire de l’art, poésie, géographie), ils s’efforcent tous de penser après Fukushima si l’on veut, dans son ombre portée, contre Fukushima évidemment (dans ses effets mortifères), mais surtout avec Fukushima, c’est-à-dire en tenant compte de Fukushima, dans la proximité sans cesse renouvelée de ses problèmes et de ses ressources, de ses paysages et de ses habitants.

non, Nous ne sommes pas en guerre… mais la lutte continue (de plus belle)

Dans quoi sommes nous, exactement ? Je n’ai assurément pas la réponse. Mais je sais pertinemment que la dernière des choses dont nous avons besoin est bien la rhétorique martiale présidentielle, qui couvre mal la récupération éhontée d’une autre rhétorique, celle de l’État providence et du lien entre les générations – au moment même où cette politique détricote le régime des retraites, la recherche comme service public, l’hôpital…

Avant le confinement, plusieurs mouvements de mobilisation se rejoignaient et se passaient le relais sur plusieurs front corrélés : la réforme des retraites, du chômage, du baccalauréat, le sous-financement des hôpitaux (justement), le projet de loi pluriannuelle de la recherche. Autant d’accélérations dans le sens d’une précarisation croissante et d’indices, qu’effectivement, un ennemi attaque les droits et les services publics – qui n’a rien d’invisible. Et qui continue d’attaquer, d’autant plus libre de ses mouvements que la déclaration d’un soi-disant état de guerre permet de faire passer des décrets (d’ailleurs ça commence, y compris sous la forme de pseudo-bonnes nouvelles qui veulent entériner de fait le « projet » LPPR…). Et qui n’aura pas disparu de de lui-même pendant que nous nous confinons. Car oui, il y aura un après. Et si ce n’est pas la guerre, il s’agit quand même de s’organiser pour qu’il ne puisse pas ressembler à l’avant, en pire. Pour qu’une véritable rupture soit marquée et bifurque vers d’autres possibles. Qui seront, oui, je l’espère, vigoureusement indisciplinés.

Dans un ouvrage intitulé (dans la traduction française de Bernard Chamayou), Communauté, immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique (Paris, Les Prairies Ordinaires, 2010), Roberto Esposito affirme : « on a l’impression de continuer à évoluer dans une sémantique qui n’est plus capable de rendre compte des éléments significatifs de la réalité contemporaine, qui reste en tous cas à la surface ou dans les marges d’un mouvement bien plus profond ». C’est précisément la représentation immunitaire qu’il fustige, elle qui prétend protéger un « soi » par des défenses contre une extériorité dont il faudrait, au contraire, reconnaître que nous sommes traméEs.

En ces temps malades, c’est de solidarité et de convivialité que nous avons besoin. Espérons que nous saurons en inventer les formes, jusque dans le confinement le plus isolé, en commençant par celles et ceux qui n’ont pas de « chez soi » où s’enfermer ou qui se retrouvent au piège de lieux surpeuplés et non-choisis : prisons, campements.

Pour s’inspirer, voici quelques textes que j’ai lus avec un intérêt particulier (j’actualise à mesure, n’hésitez pas à continuer les vagues d’envoi !) :

« […] La ligne de fiction
Il vaudrait mieux s’intéresser à cette fissure. Cette rupture dans la ligne du récit. Car il s’agit là du vrai sujet. La manière dont nos corps accusent les chocs. Les moments de désorientation. Quelque chose surgit qui aurait dû rester tapi dans l’ombre. Nous sommes maintenant prisonniers de lourdes craintes. L’incompréhension nous transforme et nous essayons de négocier avec le doute. A un moment donné, la nostalgie de nos anciennes manières nous assaille. Nous nous regrettons. Nous n’allons pas redevenir l’enfant que nous étions. Il faudra vivre avec les conséquences. Sauf que nous n’avons pas ce qu’il faut, la force des personnages de fiction, leur capacité à s’adapter aux situations les plus graves ; ils arrivent à marcher pieds nus dans la tragédie quand nous restons figés sur le seuil. Nous avons besoin d’écrire pour affronter le premier récit, pour déplacer l’événement. Mais nous sommes incapables d’écrire calmement. Nos mains tremblent tout le temps. Incapables d’écrire parce que nous avons brisé la ligne. Que serait-il arrivé si nous l’avions laissée intacte ? Allons-nous, invariablement, briser toutes les lignes ? Sommes-nous à ce point effrayés par l’équilibre qu’il nous faille inventer, à tout moment, des mouvements de bascule ?
 
Esquisse informe
Alors, nous ne savons pas ce qui nous attend. Mais nous avons une vague idée, elle s’étire comme une ligne, et nous l’appelons le quotidien. Nous traçons une ligne de temps. Un trait rassurant. Il se dessine, plutôt droit et souvent sans ruptures ; parfois des courbes, il s’efforce de contourner les surprises, assure une direction, une fixité, laisse supposer qu’au bout de la ligne, jamais de bout de ligne, quelque chose d’infini dans la ligne, qui pourrait ne jamais s’arrêter. Et l’image que le quotidien nous permet d’esquisser, le projet de demain sans extravagance, marcher sans étonnement, vers un bout de ligne qu’on repousse, vers un choc, ce jour-là de l’épouvante, qui défiera le récit, mais on ne sait pas, on ne peut pas prévoir, on trace une ligne en espérant l’infini. Et pourtant, sur la ligne se tiennent nos préoccupations, nos craintes devant l’événement qui se prépare, tous les évènements qui se préparent et que nous pouvons programmer, mais sans savoir vraiment qu’ils bousculent, que la ligne, bientôt n’est plus tellement une ligne ; alors dans l’expectative, radicalement le narratif, et radicalement le brouillon. Nous nous racontons des histoires qui nous ressemblent et se ressemblent, de jour en jour, pour amortir les chocs. Puis, ce qui nous attend finit par nous rejoindre. L’évènement bouscule. Et la ligne entortillée en une espèce de gribouillis nous ramène à l’enfance, comme si, en fait de compte, nous n’avions jamais vraiment su dessiner. […] »

Et pour les oreilles :

  • Une série d’entetiens nous aidant à penser collectivement le confinement et l’isolement du COVID2019, pour déconstruire l’état d’exception, la séparation, et/ou le système immunitaire du capitalisme.  Avec: Thierry Bardini, Yves Citton, Alain Deneault, Brian Holmes, Frédéric Neyrat.
    http://www.rybn.org/radioinformal/antivirus/

Discussion croisée avec les acteur·trice·s du livre Co-création – date reportée

Co-Création est une publication plurielle inscrite dans une recherche sur les pratiques artistiques en co-création engagées dans le champ social, menée depuis 2013 par Céline Poulin (directrice du CAC Brétigny) et Marie Preston (artiste et enseignante-chercheuse à l’université Paris 8) avec la participation de Stéphanie Airaud (responsable des publics et de l’action culturelle au MAC VAL).
 

Lors de cette rencontre, les auteur·rice·s engageront une discussion autour des cinq thématiques essentielles et transversales de l’ouvrage : conversation, collectif, éducation, vulnérabilité et évaluation, avec une attention plus particulière à la coéducation.

En présence de Stéphanie Airaud, Caroline Darroux, François Deck, Véronique Goudinoux, Florence Jou, Maude Mandart, Christian Maurel, Céline Poulin, Marie Preston et Myriam Suchet. 

https://www.lafermedubuisson.com/programme/art-et-co-education

L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relation (parution d’ouvrage de Myriam Suchet)

Dans un monde où les liens se crispent, se liquéfient, déployer des formes de vie solidaires et émancipées implique de s’arracher aux modes de rapports établis et d’en expérimenter de nouveaux. Mais lesquels ?

Ce livre invite à porter attention aux qualités singulières de toute relation : chaque page reprend la structure du Talmud pour agencer un ensemble de matériaux empruntés à différents univers d’action, de création et de réflexion. Les textes et leurs interprétations littéraires opèrent comme des agents de liaison permettant de caractériser les modes de relation en dehors des termes habituellement employés pour les désigner et, ce faisant, ouvrir une brèche où être en lien autrement.

Lancement mercredi 22 janvier 2020 à la Librairie du Parc (métro Porte de Pantin) dès 19h15 !

Recension de Jean-Claude Leroy sur Mediapart > https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-leroy/blog/010120/l-horizon-est-ici-pour-une-proliferation-des-modes-de-relations-par-myriam-suchet

Si le livre est construit, pensé par un auteur, Myriam Suchet en l’occurrence, il se redessine dans les mains et sous les yeux du lecteur, au gré de son cheminement dans la page, dans le livre.

Bonnes lectures, navigations, perditions – n’hésitez pas à m’envoyer un petit mot pour me raconter comment vous aurez choisi d’activer cet étrange objet-livre dont voici deux pages en guise d’apéritif :

ISBN : 979-10-95630-26-5 Code-barre : 9791095630265 Format : 26 x 23 cm,
broché, 180 pages

Prix : 22 €
Mise en vente : 22 novembre 2019

www.editionsducommun.org

Benjamin Roux contact@editionsducommun.org +33 (0)6 14 05 59 58

Diffusion : Hobo
Distribution : Makassar contact@makassar-diffusion.com

L’université buissonnière

L’université buissonnière est hors les murs. Non pour fuir tous les murs, mais pour se dégager des murs destinés au savoir, ceux que lui réserve l’institution. Hors les murs, l’université buissonnière est donc hors le cadre de l’institution, non pour la narguer, mais pour donner à voir autre chose. Elle tient à mettre en évidence un autre visage du savoir. Et notamment celui de l’affranchissement des lieux disciplinaires exclusifs où le savoir aurait vocation à se manifester.

Pour nous rejoindre, c’est possible de commencer par ici !

dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Lundi 17 juin 2019, 19h30-21h30, Maison Heinrich Heine, Paris

Organisation et modération : Lia Kurts-Wöste

Selon Laurent Loty, à la différence de pluri-, inter- ou transdisciplinarité, le mot « indisciplinarité » aborde frontalement le paradoxe des disciplines, indispensables au savoir, mais susceptibles de le bloquer. La pratique indisciplinaire se doit d’échapper à ses propres effets pervers et de favoriser une enquête heuristique. Son enjeu ? L’émergence d’un nouvel humanisme. Myriam Suchet fera écho à ces propos en prenant parti pour l’« indiscipline » comme recherche-action-création. Il y va de la responsabilité de l’UniverCité en tant que laboratoire en acte de transformations multiples. Elle introduira un contre-point hétérolingue, invitation au dialogue pour ce final du séminaire bisannuel « L’indiscipline : une ambition pour les disciplines ? », organisé par Lia Kurts-Wöste.

Laurent Loty a enseigné les Lettres et présidé la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Historien des idées au CNRS, il enquête sur les conditions de l’invention, nos représentations de l’individu et de la société, et l’humanisme de l’imprimerie au numérique.

Myriam Suchet est Maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle où elle dirige le Centre d’études québécoises. Elle bouscule « la langue » pour penser-pratiquer la traduction comme une forme de relation et la recherche comme une action-création.

Continuer la lecture de dialogue entre un indisciplinaire (Laurent Loty) et une indisciplinée en quête d’une recherche créatrice et instituante (Myriam Suchet)

Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

La collection Post-Posters est une initiative d’Antonio Gallego & Mathieu Tremblin

À l’occasion de la double exposition à AEDAEN et au Syndicat Potentiel en mars 2019 à Strasbourg consacrée au groupe Banlieue-Banlieue* (°1982, Poissy), Antonio Gallego et Mathieu Tremblin initient une proposition coopérative autour de l’affichage public intitulée Post-Posters qui rassemble des artistes du monde entier.

Post-Posters est une collection d’affiches en noir et blanc au format 59,4 x 84,1 cm horizontal ou vertical imprimées au traceur sur papier blanc ou fluo 80 g/m2 à coller dans l’espace urbain, en affichage sauvage, sur les panneaux d’expression libre ou dans les espaces publicitaires.

L’enjeu de cette collection est de proposer un corpus d’œuvres-outils à même d’embrasser des problématiques sociétales actuelles ou récurrentes et de les aborder de manière prospective : post-anthropocène, post-colonisation, post-démocratie, post- libéralisme, post-genre, post-modernité, post-internet, post-urbain, post-théorie, post-post…

Ainsi, les affiches de la collection Post- Posters s’inscrivent dans la continuité
de pratiques d’affichage artistiques et engagées ou militantes qui traversent le
20e siècle. Elles sont autant de tentatives
de contribution à une intersectionnalité
des luttes en cours et avenir. Elles font affleurer des prises de position singulières dans les espaces publics, en accord ou en contradiction avec les autres formes de communication visuelle en présence, dans les temps faibles du quotidien et au-delà des temps forts des manifestations.

Continuer la lecture de Post-Posters réalisés avec Cynthia Montier, sur une invitation d’Antonio Gallego et Mathieu Tremblin

Lucioles #2 a paru

Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

Dans ce numéro 2 de Lucioles, comme dans le premier numéro, ce sont des enseignants-chercheurs et des étudiants, ou des personnels administratifs et techniques qui s’expriment, sur leur quotidien, leurs espoirs, leurs colères et leurs attachements dans un registre poético-politique. Chaque texte est anonyme, afin d’éviter tout discours d’autorité. Mais aussi pour faire écho à la presse alternative de critique de sciences des années 1970–1980, dans laquelle l’anonymat était une condition d’expression pour que le témoignage d’une personne prenne une valeur plus générale.

Lucioles est réalisé bénévolement par des amies graphistes, et Luciole n’est pas à vendre, car nous ne nous reconnaissons pas dans la marchandisation de tout, de tous et de toutes : Lucioles est cédé à à prix libre, et disponible gratuitement en version numérique sur les différents sites des auteurs. Luciole est aussi un bel objet éditorial. Cette année, les 142 pages du numéro, dans sa version papier, constituent un flip book. Le thème général du numéro est “Interdépendances”.

Lucioles tient dans une poche, pour l’emmener partout, le distribuer facilement. Réussirez-vous à vous en procurer un exemplaire ?

Voici un lien pour y accéder – bonne lecture !

Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Vendredi 12 octobre 2018, nous intervenions Marie Preston et moi-même au cours de la semaine d’installation des nouvelles recrues du Master de danse Exerce au Centre Chorégraphique National de Montpellier.

Initié en 2011 en partenariat avec l’université Paul-Valéry de Montpellier, le master exerce est depuis 2013 l’unique formation de niveau master en France accompagnant des artistes, auteurs de leur projet et recherche en danse.

L’enjeu est d’accueillir celles et ceux qui, pendant 2 ans, seront tout à la fois étudiants-artistes-chercheurs. Magnifique occasion de mettre en pratique et en commun une indiscipline hétérolingue !

Continuer la lecture de Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston