Archives de catégorie : Activités du Centre d’études québécoises

Lancement de la programmation 2018-2019 du Centre d’études québécoises

Samedi le 20 octobre 2018 de 16h à 18h

à la Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris
à l’occasion du Festival des Non-Aligné(e)s organisé par Jean-Charles Agboton-
Jumeau & Laurent Marissal

C’est la rentrée ! Pour cette année universitaire 2018-2019, nous vous proposons d’activer le Centre d’Etudes Québécoises comme un « chappa’ai » revisité c’est-à-dire, en langue goa’uld, une porte d’entrée vers un trou de ver permettant de voyager dans l’espace-temps.

En nous situant à la fois des deux bords de l’Atlantique et dans un futur déjà advenu, nous ouvrirons les possibles les plus improbables pour pratiquer l’UniverCité telle que la rêvons et la savons devoir être. Vous verrez, c’est très simple : il suffit d’entrer au CEQ pour se retrouver tout à la fois en France et au Québec, en recherche et en action, en création permanente et au diapason des universités buissonnières, braconnières, volantes, interstitielles, foraines, expérimentales, émancipatrices, ouvertes, autogérées, et libres qui poussent comme des constellations en expansion. Rendez-vous à la Générale samedi 20 octobre 2018 à 16h pour prendre part au démarrage de l’aventure !

La compagnie d’activation du CEQ comme chappa’ai est déjà nombreuse et toujours ouverte, avec (par ordre d’apparition en personne plus ou moins virtuelle) : Louise Lachapelle, Patrice Loubier, Cousins de Personne, Jean-Simon DesRochers & Andrée-Anne Dupuis Bourret, l’Université Buissonnière…

*Extrait de la présentation par Laurent Marissal et Charles Agboton-Jumeau :

« L’an 1 du Festival non aligné-e-s aura lieu à la Générale du 20 au 22 octobre 2018. C’est la deuxième édition consécutive au FNA An 0 inauguré en septembre 2017. Cette édition est placée sous l’égide de « La Reprise », d’après le film inachevé La reprise du travail aux usines Wonder, connu aussi sous le titre Wonder 1968.« 

Image Black Mountain College, Buckminster Fuller


« Habiter les lieux » : une cabane pour abriter une micro-édition collective, 5-6 juillet 2018

Dans l’écrin des recherches en résidence du collectif ZoneZadir au Château du Tertre, une cabane s’est collectivement construite pour abriter la fabrication non moins collective de petits livres désormais essaimés en archipel dans nos bibliothèques, où ils continuent à bruire dans nos réflexions partagées, comme des forêts de pages vivantes – et qui pensent !

Pour davantage d’images, c’est par ici…

A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Expirer – exaspérer – exister : être gonflé

La Pensée coulisse autour de « Néant » de Dave Saint-Pierre , Jeudi 12 octobre 2017, de 17h30 à 19h30

Comment se renouveler quand on s’appelle Dave-Saint-Pierre ? Jusqu’où faut-il être gonflé pour trouver l’inspiration ? Comment inventer des formes pour vivre quand, tout autour de nous et jusqu’au dedans, le souffle semble manquer ?

Réunies autour de Néant, le dernier spectacle De Dave Saint-Pierre, en forme de « performance muséale », quatre chercheures (qui sont aussi bien d’autres affaires) prennent la question au bond pour l’envoyer ailleurs. Car derrière l’angoisse du créateur se profile un problème d’une actualité aiguë : comment inventer des formes pour vivre quand, tout autour de nous et jusqu’au dedans, le souffle semble manquer ? Penser le spectacle devient une manière d’explorer différentes pistes : les pratiques somatiques et leur puissance biopolitique autant qu’écopoétique, la plasticité métamorphique des corps vivants, la prise de risque performative et aussi, selon vos lignes de désir ou vos préoccupations : le travail, le temps devenu fou, la solitude, le devenir queer, les clichés et autres faux-semblants… Indisciplinée, notre  réflexion déambulera de l’espace d’exposition au sol de la petite salle, articulant gammes physiques et mentales – venez en habits confortables et en esprit curieux !

Avec

  • Joanne Clavel, chercheuse en humanités environnementales, docteure en écologie, membre fondatrice du collectif d’artistes Natural Movement.
  • Isabelle Danto, historienne de la danse et critique d’art pour la revue Esprit, chargée de production audiovisuelle au Centre Pompidou.
  • Myriam Suchet, chercheure indisciplinée, responsable du Centre d’études québécoises de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
  • Mathilde Papin, danseuse, chorégraphe et chercheuse en philosophie, fondatrice du collectif de performeurs Bourbaki. 
  • En compagnie de Dave Saint-Pierre et Alex Huot.

Un partenariat du Centre d’études québécoises et du Tarmac, scène internationale francophone.

  • La Pensée coulisse est un rendez-vous annuel fomenté par Myriam Suchet (Centre d’études Québécoises, Sorbonne Nouvelle – Paris 3) en complicité avec Julien Bourguignon (responsable des publics au Tarmac, scène internationale francophone). Résolument indisciplinaire et même indisciplinée, La Pensée coulisse associe publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie : en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ? Le format, inventé ad hoc autour d’un spectacle de la programmation, varie à chaque édition (atelier, débat, exposition, etc.) avec un point commun : toutes les éditions seront gratuites et ouvertes à tou.te.s.
Photo : Ingrid Florin
Lieu(x) : au Tarmac – scène internationale francophone * 159 avenue Gambetta – 75020 Paris * Métro Saint-Fargeau

Cirque des mots et autres cabanes où lire – jeudi 2 mars 2017

Coconception > Michel Vézina et Maxime Nadeau (Le Buvard) ainsi que leurs invité.e.s

Avec > Nicolas Le Tron (artiste invité) et les étudiant.e.s de L3 « Pour une Babel heureuse »

Format > Grand Oratorio Ubuesque Littéraire Dérimé

Dates > jeudi 2 mars 2017, de 19h30 à 21h

Lieux > Bibliothèque Gaston Miron, Salle de la Clef, BU Censier, Rue Santeuil, 75005 Paris

Propos > Vous aussi, vous avez toujours rêvé d’une bibliothèque qui serait aussi une caravane en marche, un camion de pompier et un saloon au fond des bois ? Pour cette soirée exceptionnelle, Michel Vézina et Maxime Nadeau conduiront leur fabuleuse librairie ambulante depuis les Cantons de l’Est jusqu’à Censier ! Au programme : lectures de poèmes et autres contes et romans, boniments, tours de piste et autres conférences gesticulées avec des invités encore à dévoiler.
Avec la complicité de l’artiste Nicolas Le Tron, les étudiant.e.s réaliseront des espaces inédits pour accueillir cette aventure littéraire hors normes : cabanes, piste de cirque, chapiteau et buvette !

Spectre Média, Jessica Garneau

 

Lancement du CEQ 2016-2017 : indisciplines !

L’idée du lancement scientifique est née de l’envie de montrer les coulisses d’une recherche en acte, c’est-à-dire en création, pour la faire circuler au-delà du cercle des spécialistes. Pour cette année universitaire sous le signe de l’indiscipline, les circassiens Claudel Doucet et Emile Pineault relèvent le défi d’inventer une forme périlleuse de recherche-action-création.
– Venez en famille, venez avec des amies et des amis : la recherche peut être une fête joyeuse aussi bien que risquée – à partager sans modération !

Diplômée de l’École Nationale de Cirque de Montréal en 2004, Claudel Doucet fut entre autre princesse aérienne pour le Cirque du Soleil en terres nippones, pris part à de nombreux projets de cabarets en Allemagne (GOP Variétes, Chämaleon) et tourna avec le Cirque Monti en Suisse. Elle collabore aussi avec Les 7 doigts de la main (Projet Fibonacci, Amuse), le chorégraphe Pierre-Paul Savoie et le Cirque Éloize. Intéressée par toutes les formes que peut prendre le cirque, elle enseigne au Patravadi Theater de Bangkok, joue ses numéros tantôt sous les chapiteaux brûlants du Cirque National Égyptien, tantôt sur les scènes légendaires de l’Opéra de Sydney ou de la Place-des-Arts de Montréal. Forte de ses multiples et diverses expériences de scène, elle désire maintenant pousser de l’avant un projet de création qui lui ressemble en créant la compagnie du Poivre Rose.

Emile Pineault est entré à l’École de cirque de Québec depuis l’âge de 4 ans. Au fil des années et des complicités, il a bâti un style personnel des portés acrobatiques, mêlant le main à main, les jeux icariens, lu théâtre et la danse mais aussi d’autres disciplines comme la banquine, la barre russe, l’acrobatie au sol, etc. Sa démarche se nourrit de réel, d’amitié, de confiance. Il fait le choix de miser sur la prise de risque et la notion de danger plutôt que de chercher à tout contrôler. A la perfection, il préfère laisser place à l’erreur, à la surprise, à la sueur, à l’humain. Au jeu.

A retrouver en images grâce à Adèle Godefroy, par ici.

capture-decran-2016-10-14-09-49-42

capture-decran-2016-10-14-09-50-02capture-decran-2016-10-14-09-49-54© Adèle Godefroy

 

La Pensée coulisse

La Pensée Coulisse

Le Tarmac initie cette année un nouveau partenariat avec l’Université Sorbonne nouvelle et plus précisément le Centre d’Etudes Québécoises.

Nous proposerons un rendez-vous annuel sous la forme d’un atelier de recherche-action animé par Myriam Suchet.

L’un des enjeux de cet atelier est de positionner le lieu du spectacle comme une structure apprenante où peut se déployer un univers de pensées au carrefour de la recherche universitaire et de la création artistique.

Destiné aux étudiants et ouvert à tous les curieuses et curieux, notre première édition se construira le mardi 15 décembre à 16h autour du spectacle Suites Curieuses d’Hélène Blackburn.