Tour de tapis au Master Exerce avec Marie Preston

Vendredi 12 octobre 2018, nous intervenions Marie Preston et moi-même au cours de la semaine d’installation des nouvelles recrues du Master de danse Exerce au Centre Chorégraphique National de Montpellier.

Initié en 2011 en partenariat avec l’université Paul-Valéry de Montpellier, le master exerce est depuis 2013 l’unique formation de niveau master en France accompagnant des artistes, auteurs de leur projet et recherche en danse.

L’enjeu est d’accueillir celles et ceux qui, pendant 2 ans, seront tout à la fois étudiants-artistes-chercheurs. Magnifique occasion de mettre en pratique et en commun une indiscipline hétérolingue !

Nous avons choisi de revisiter le « tour de table » inventé pour le numéro de la revue Vacarme consacré aux luttes des classes (d’école). Cette fois, c’est autour d’un tapis que nous avons convié la promotion entrante (Clarissa Baumann, Philipp Enders, Lisanne Goodhue, Kido Kim, Daniel Lühmann, Eric Nebie et Lucia Rosenfeld) ainsi qu’Anne Kerzerho (directrice pédagogique) et DD Dorvillier (Artiste chercheuse associée) à prendre place-s – pour les faire entrer dans la danse.

Roland Barthes, “Ecrivains, intellectuels, professeurs”, Le Bruissement de la langue, Paris, Le Seuil, 1984, p. 382 : « Notre place : […] Le problème n’est pas d’abolir la distinction des fonctions (le professeur, l’étudiant : après tout, l’ordre est garant de plaisir, Sade nous l’a appris), mais de protéger l’instabilité, et, si l’on peut dire, le tournis des lieux de parole. Dans l’espace enseignant, chacun ne devrait être à sa place nulle part (je me rassure de ce déplacement constant : s’il m’arrivait de trouver ma place, je ne feindrais même plus d’enseigner, j’y renoncerais). »

La veille, Marie Preston leur avait demandé d’apporter chacun.e un objet, une chose de leur choix, à déposer sur le tapis. Je me présente en évoquant l’indiscipline comme une onde en variation continue permettant de passer au travers des milieux, distincts mais traversants, de la recherche, de la création et de l’action. L’introduction, en mode apéritif, lance le menu, et la première consigne :

Tour de tapis, Master Exerce (photo Marie Preston)

entrée (mode étudiant, en babil hétérolangue par juxtaposition) : choisir un objet qui n’est pas celui que l’on a apporté et le présenter en 30sec chrono, dans une langue autre que celle qui vient d’être employée. Français, anglais, coréen, néerlandais, allemand, espagnol, japonais, mòoré alternent, avec des zones de confort et d’autres de friction, des lignes de désir…

plat principal (mode recherche, ou comment forger un langage commun) : à partir de ces très brèves prises de langue, devaient se constituer des groupes d’affinité, dont la première tâche était d’expliciter ensemble ce qui avait précisé à leur réunion. Un groupe se trouve autour d’un même plaisir de la technique et de la machine, un autre se constitue autour de la forme ronde. Un troisième, issu de la difficulté à comprendre les consignes, travaille le métadiscours en passant du français à l’anglais et au français du Québec. Eric et moi nous retrouvons à la fois parce que nous avons choisi le même objet (le raisin) et parce que nous avons parlé dans deux langues que nous ne comprenions respectivement pas du tout. Eric m’explique que c’est ce qui l’intéresse dans les langues : non pas essayer de comprendre le sens, mais apprécier une manière de dire, voir se dessiner une forme sensible dans une intonation, un accent. Au bout de 15min, nous mettons en commun ce que nous avons compris, puis nous retournons dans le groupe pour essayer de transformer ce que nous venons de dire – la forme est libre, il s’agit d’élaborer un langage qui corresponde à affinité que nous nous somme découverte. Pour quelques aperçus en image, c’est par ici.

dessert (mode artiste, traduction par individuation en langues singulières) : après la présentation de chacun des groupes nous prenons une pause (ouf) le temps de digérer et de revenir avec une traduction plus personnelle, qui pourrait correspondre à ce que nous emportons avec nous dans notre langage singulier. Marie et moi imprimons un menu qui permet de refaire le parcours et de prendre note de ce que l’on veut garder. Le tapis est découpé pour servir de couverture au petit livre ainsi composé.

Le menu comme forme de ressaisie – et de digestion

Outre le plaisir de travailler avec Marie Preston et de découvrir de l’intérieur le Master Exerce, je repars de cette expérience avec une question dont la formulation me semble un peu différente : comment la rencontre entre les langues des chercheurs-artistes-étudiant.e.s peut-elle offrir un modèle pour penser le mode de relation entre les statuts simultanés qui sont les leurs ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.