*Le problème de ParcourSup n’est pas qu’il dysfonctionne : ça ne marche que trop bien * Appel à bâtir une Hacienda universiterre

Parmi les critiques et les indignations grandissantes contre la réforme de l’Université, beaucoup ciblent le caractère « inhumain » de la plateforme ParcourSup. C’est incontestable : il n’est pas humainement possible de lire et de traiter les dossiers reçus avec beaucoup trop peu de moyens en personnel, en réflexion, en concertation, en temps, et en argent. Depuis le 22 mai 2018, un grand nombre de lycéens et lycéennes témoignent de la souffrance engendrée par un classement qui n’octroie que rarement un « oui » d’emblée et indique des chiffres vertigineux sur des listes « en attente ». Admettons-le : surtout à quelques semaines du bac, qui sera passé dans des conditions d’inégalité encore aggravée, c’est rude.

Il me semble cependant problématique de voir ces critiques suivies d’un espoir que ParcourSup puisse fonctionner mieux. Une telle attente me semble être une erreur d’un point de vue stratégique, et dangereux d’un point de vue plus systémique. Les raisons que j’invoquerai sont simples.

Stratégiquement, d’abord. Si l’on choisit comme ligne d’attaque le dysfonctionnement du système, on risque d’obtenir qu’on le rende plus performant. En réalité, il est déjà beaucoup trop opérationnel. Certains établissements ont choisi de paramétrer de manière très fine les lycées d’origine, les appréciations des « fiches avenir », chaque critère se transformant en chiffre pour rentrer dans une moyenne. Puisque personne ne peut être ex-aequo, chaque note, précisée jusqu’au millième de point, est classée. On peut vouloir dénoncer cette réduction quantitative, mais c’est très exactement la logique : assigner à chacune et chacun, dès son âge le plus déraisonnable, une place. Une seule. Hiérarchisée d’emblée par rapport aux autres, sur un compteur qui totalise une large majorité de la population puisque 80% d’une classe d’âge a le Bac et que la plateforme regroupe toutes les demandes de formation, des Universités aux prépas en passant par les BTS, les DUT, etc. La montée en visibilité de la concurrence entre candidats, comme entre établissements, n’est pas une erreur du système : c’est l’une des conséquences de son fonctionnement, celui du tri sélectif (dont les résonances et dissonances, depuis les déchets jusqu’aux migrants, en passant désormais aussi par les étudiants et étudiantes du futur, indiquent le n’importe quoi). Installée comme allant de soi, la logique de la sélection se retrouve parfois embarquée dans de toutes petites phrases d’apparence anodine :

Franchement, n’est-ce pas normal de se confronter à son vrai niveau ? Bon c’est sûr, à un moment, si on fait pas des efforts… faut être réaliste. On voit bien le taux d’échec et d’abandon en 1ere année à la Fac. On sait bien que la sélection existe, c’était juste plus hypocrite avant. J’ai eu 19,5 en philo au bac, ou 17 de moyenne en maths depuis la 3ème, et n’ai été prise nulle part… C’est sûr, si tout le monde pouvait entrer en prépa ce serait mieux. Depuis 3 ans on fait cours à des étudiant.e.s qui n’ont même pas choisi d’être là. C’est effroyable comme le niveau baisse. Chez nous il n’y a pas de problème, notre filière n’est pas en tension. Moi ça ira, j’irai dans le privé. Même sans venir de classes aisées, on peut s’en sortir avec ParcourSup, d’ailleurs le site https://www.tonavenir.net/ offre de vous aider grâce à des forfaits allant de 320 à 560 euros pour la formule « sérénité » – bientôt, les frais d’inscription universitaires augmenteront pour implémenter ces aides et améliorer la plateforme.

Mais le véritable enjeu est peut-être tapi derrière cette sélection qui, pour scandaleuse qu’elle soit, ne fait pas moins écran à ce qui la suscite – et c’est là que l’argumentation contre les dysfonctionnements de ParcourSup est dangereuse : elle empêche de saisir ce qui est en jeu, en espérant simplement corriger les erreurs du système, en adoucir les angles, le perfectionner et le naturaliser encore.

Quelle est, alors, la ligne d’attaque et de conduite ?

Il faut refuser ParcourSup et sa vision du monde. Car la sélection est elle-même au service d’un autre rouage, celui d’une gouvernementalité algorithmique. La réduction, en effet, est double : il y a celle des moyens, et celle du réel à une équation sans aucune inconnue. Il s’agit d’exclure tout « x », de se prémunir d’un événement non encore advenu, d’une surprise, d’un devenir qui excède le calcul des probabilités. La petite marge où APB tirait au sort était problématique, mais le principe même de ParcourSup est de supprimer la chance et, par-delà, l’idée même du possible. S’il devait être juste, sa justice serait celle du calcul de probabilités, agrémenté d’un déterminisme quantitatif : chaque candidat est ramené à la suite de ses notes (et appréciations transformées en notes) depuis le collège. Au lieu de vouloir améliorer et corriger les bugs de la plateforme, c’est-à-dire s’efforcer d’améliorer encore l’adéquation des êtres et des places en réduisant les marges d’erreur, les effets d’improbable, travaillons à contrer cette vision statisticienne qui s’impose comme un mode de gouvernement.

Pour cela, je propose une stratégie discrète, voir imperceptible, et complémentaire aux AG, grèves, blocages, exigences de moyens supplémentaires, et autres revendications indispensables pour abroger la loi ORE : il s’agirait d’activer l’Université comme un potentialisateur, une génératrice à alternatives pour échapper à ce qui semble ne pas pouvoir être autrement. Repensons et pratiquons concrètement l’Université sur le modèle de l’Hacienda esquissée par Ivan Chtcheglov/Gilles Ivain ou de l’université spontanée (Sigma) proposée par Alexander Trocchi : elle est toujours à bâtir et en voie de construction car elle n’existera jamais, ce qui signifie aussi qu’elle est déjà là, bien cachée sous l’évidence de l’existant, glissée dans un pli improbable de l’espace-temps, furtive, à actualiser par nos manières de faire, d’être, de désirer, de nous organiser.

Envisageons et pratiquons chaque salle de classe comme une cellule active d’imaginaire, chaque couloir comme une courroie de transmission, chaque porte comme un seuil, multiplions les interstices dans nos modes de faire, nos audaces dans nos manières de penser. Inventons une langue universiterrienne dont les verbes se conjuguent au potentiel pour actualiser ce que nous désirons ici et maintenant, comme l’enfant qui joue se transforme illico en pirate, ou en fée, en prof, en élève ou en nénuphar, par le prodigieux pouvoir d’un « on dirait que je suis… ».

Il existe de multiples lieux, des communes, des ZAD, des hackerspaces, des Scops, des coopératives, des centres autogérés et des groupes militants dans des domaines aussi différents que l’agriculture, l’art, les nouvelles technologies ou la construction, où l’on expérimente des manières de vivre, de travailler, de se déplacer, de se nourrir, de s’habiller, d’habiter, d’être en relation. Je propose de charger l’Université de la tâche de se faire la caisse de résonnance, l’agora où se mettre à l’écoute et agencer des savoirs, des compétences et des manières de faire, jusqu’à ce que l’illusion du « il faut bien » cède sous la puissance proliférante des possibles. Il s’agit de prêter attention aux potentiels concomitants et constitutifs de chaque maintenant, au lieu de leur imposer sans cesse une seule courbe d’effondrement des possibles ou de les reléguer à un horizon d’autant plus désiré qu’inatteignable. C’est vertigineux, c’est inquiétant, c’est alors que l’esprit critique n’est pas simplement un mot d’ordre, la culture un divertissement, le savoir une chose inerte que la pensée vive a déserté.

Je me souviens d’un livre (mauvais) où figurait l’image suivante :

A en croire les auteurs, il y a ceux qui y voient un canard. Et ceux qui y voient un lapin. Quelques années plus tard, au cours d’un séminaire donné par un artiste (Philippe Poncet), émerge une autre possibilité : on peut considérer qu’il ne s’agit ni d’un canard, ni d’un lapin, mais d’une image. D’une représentation dessinée d’un lapincanard. Aujourd’hui encore, j’utilise ce déplacement comme un truc pédagogique pour initier à la lecture en littéraire, qui se préoccupe moins du « quoi » que du « comment ». Pour demain, j’aimerais que chaque enseignement m’amène à reconsidérer la possibilité de voir et un lapin, et un canard, et un dessin, et pourquoi pas d’autres choses encore. Non que toutes ces options soient équivalentes (tout dépend de ce que l’on veut en faire) mais surtout pour ne pas stabiliser une vision unique contre tous les possibles disponibles ou à faire advenir. Je voudrais développer la générosité et l’humilité de ne pas présager de ce qui peut émerger.

Prenons donc acte de la situation inédite qu’offre la démocratisation de l’enseignement supérieur, réjouissons-nous, accueillons cette formidable occasion de décentrement, d’apprentissage d’un nouveau métier, où la transmission et l’évaluation doivent chambouler l’existant et les données pour en faire jaillir de l’inédit. Au lieu de laisser la recherche se détacher de l’enseignement au niveau de la licence, cela permettra de faire chaque enseignement une recherche. Adressons-nous aux lycéennes et lycéens sur le mode du désir, comme les collègues en cinéma de l’Université Paris 8. Convions tout le monde à venir y prendre part en commençant par accueillir tous les mondes qui nous peuplent, car les étudiants sont aussi des travailleuses, les Professeures aussi des apprenants, les administrateurs parfois artistes, les précaires des alliées souvent durables. Espérons que les vigiles qui montent la garde aux grilles universitaires puissent aussi avoir la chance d’étudier, et que nous saurons ensemble avoir la vigilance de veiller à l’ouverture des possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *