Coagulation

Coagulons (ou pas, finalement)

« Vouloir faire masse, c’est en quelque sorte présenter tout cela comme relevant d’une cohérence, ce que je conteste. Je conteste l’orientation de votre question qui viserait à voir une logique ou à vouloir créer une coagulation dans ces mécontentements. Il n’y en a pas tant que cela. Le mécontentement des cheminots a peu à voir avec le mal-être profondément légitime qui est à l’hôpital et qui dure depuis des années… » Emmanuel Macron

 

Une demi-heure environ après le début de l’entretien mené par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, Emmanuel Macron s’insurge contre un « amalgame » qui consisterait à « vouloir faire masse », établir une « logique », une « cohérence » ou encore « créer une coagulation » entre des « colères » ou des « mécontentements ». L’abondante mise en série de termes choisis pointe vers ceux qui sont passés sous silence : « coalition », « convergence », « luttes ». Ce lapsus volontaire ne se contente pas d’escamoter des mots et d’intervertir des lettres : elle dépolitise, elle cherche à nous déposséder des forces de nos élans. Pourtant, de Notre-Dame des Landes à la SNCF en passant par les Universités, nous savons et nous éprouvons, par-delà l’écart indéniable des situations, une basse sourde et continue qui nous traverse.

Au fil de la journée, j’oscille entre trois attitudes :

  1. être en colère– parce que c’est désobligeant de réduire un soulèvement dont les foyers sont multiples à une piqure de moustique qui démange et que l’on gratte mais qui sera bientôt un mauvais souvenir, une croûte de sang séché. Par la poésie d’une pancarte aperçue en manif, « coagulons-nous » est devenu « cagoulons-nous ». La violence, alors, démasque, elle tend un miroir à la violence d’Etat celle qui fait couler le sang jusque dans les figures de style – et sur combien de visages.
  2. être en colère, encore, contre la mauvaise foi d’un pouvoir qui feint de ne pas comprendre que l’on n’est pas dupe et qu’il n’a pas le monopole de la logique ni de la cohésion, même s’il a la puissance de récupérer certaines de nos valeurs (partage, émancipation, solidarité, esprit critique, créativité) pour les mettre au service de son fonctionnement à lui : une logistique de la productivité et de la rentabilité à court-terme reposant sur une gestion technocratique de flux aussi tendus que délocalisés, un contrôle liberticide exercé au nom de notre sécurité, la transformation du travail en variable d’ajustement dans une économie en ébullition spéculative,
  3. essayer d’en tirer matière à penser, et là…

Et là je ne sais pas bien, parce qu’il est tard le soir ou tôt le matin. Parce que je vois bien les ratés, les écarts, les fatigues, les désaccords qui font qu’elle est loin d’être gagnée, la lutte, et fragile, la solidarité. Mais j’essaye. Et je me dis qu’il y a peut-être un intérêt à faire l’exercice mental de ne pas voir de lien entre les revendications à la SNCF, à l’hôpital, à Notre-Dame-des-Landes, et à l’Université.

Admettons. Envisageons la possibilité que se dessine là autre chose qu’un front, une grève générale ou un blocage. Que notre forme n’est pas répertoriée, qu’elle n’émarge à aucun des répertoires de lutte disponibles – dont l’obsolescence nous saute au visage. Sous le radar, nous inventons (sans même le savoir vraiment, sans doute) des modes de subjectivation qui passent sous la barre de la reconnaissance individuelle, des chemins de pensée qui échappent aux référentiels en vigueur, des connaissances qui se moquent des paradigmes disciplinés des savoirs académiques. La psychologisation facile que vous nous servez n’a pas prise car ce n’est pas d’un mal-être que nous souffrons, au contraire : nous ne cessons de reconfigurer ce qu’être peut vouloir dire, sentir, éprouver, composer. Chaque réparation de vélo échangée contre un panier de légume, chaque colocation qui s’aime comme une famille composée autrement, chaque passage de frontière aimanté par le rêve d’une vie à vivre véritablement, chaque classe qui s’active hors les murs trace des formes de vie qui ne se conjuguent plus au masculin singulier : chacun, prodigieusement, prolifère. Chacunes, ensemble, c’est-à-dire aussi avec nos foulitudes intérieures, nous inventons de nouvelles modalités relationnelles. La relation n’est plus ce qui m’unit à l’autre, c’est la texture même de ce nœud que j’appelle moi, et que j’apprends à composer et recomposer sans cesse, généreuse d’inédits.

Alors non, finalement, nous ne coagulerons pas. Car pour coaguler il faut passer d’un état liquide à un état solide ce qui veut dire tout à la fois ralentir, cesser de se mouvoir et de s’agiter et aussi passer à une autre échelle d’agencement, du moléculaire au molaire, de l’imperceptible à la « masse ». A l’inverse, nous proliférons en flux dans les bocages et même jusqu’aux blocages.

Et admettons que vous ne pouvez pas voir ce qui est véritablement en jeu, car vous n’avez aucun accès à la réorganisation perpétuelle de chaque troupe, de chaque organe, de chaque cellule, de chaque flux d’énergie. Alors méfiez-vous : nous sommes encore plus nombreuxes que prévues. Et nous finirons pas déborder la pauvre logique du combien par l’anticoagulant du comment.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *