A l’écoute d’une Babel universiTerre

D’une part, à l’Université de Montréal, qui amorce son déménagement à Outremont (sur le site de l’ancienne gare de triage, cf. http://campusmil.umontreal.ca/le-projet/) et veut déployer un « campus urbain intégré ». D’autre part, sur le Campus Condorcet (situé sur le secteur de la Plaine à Aubervilliers et sur la porte de la Chapelle à Paris, cf https://www.campus-condorcet.fr/) qui doit ouvrir ses portes en 2019 et se présente comme un « pôle d’excellence en sciences de l’Homme ».
Les contextes sont différents mais me semblent converger vers un même défi : penser-créer-pratiquer une architecture (indissociablement matérielle, conceptuelle et institutionnelle) pour la recherche et l’enseignement supérieur des Universités à venir. Face à l’énormité d’un tel enjeu, mes recherches (sur l’imaginaire hétérolingue et l’indiscipline entendue comme une forme active de recherche-action-création) me conduisent à poser une problématique plus ciblée : comment pouvons-nous contribuer à établir les conditions d’un mode de recherche relationnel, qui se donne pour objectif de travailler les différences établies comme les frictions constituantes pour espérer opérer des transformations actives ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.