“L’université, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique”

En attendant d’être en mesure de penser mieux, je copie-colle ici le communiqué de la Conférence des présidents d’université (CPU) suite à l’accusation “d’islamo-gauchisme” par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer.

La Conférence des présidents d’université (CPU) souhaite faire part de l’émotion suscitée par les propos tenus par le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, sur Europe 1 et au Sénat, le jeudi 22 octobre, qualifiant « les universités » de lieux où sévirait un « islamo-gauchisme » qui y « fait des ravages ».

Premier opérateur public de recherche en France, les universités sont des espaces d’élaboration et de transmission du savoir. Elles forment actuellement 1,6 million d’étudiantes ou d’étudiants, dont les futurs enseignants et enseignantes des écoles, collèges et lycées via les Inspé.

Cette communauté enseignante et scientifique, du primaire au supérieur, a été frappée en son cœur par l’attentat islamiste perpétré contre Samuel Paty, lui-même ancien étudiant de l’université. La peine et la colère sont immenses chez nos collègues et usagers.

Non, les universités ne sont pas des lieux où se construirait une « idéologie » qui mène au pire. Non, les universités ne sont pas des lieux d’expression ou d’encouragement du fanatisme. Non, les universités ne sauraient être tenues pour complices du terrorisme.

La mission de diffusion de la culture scientifique et technique fait, au contraire, de nos établissements des institutions de démocratisation de la connaissance scientifique, indispensable dans la cité, à l’heure des désordres de l’information et du succès du complotisme, terreaux des extrémismes.

La recherche n’est pas responsable des maux de la société, elle les analyse. L’université est, par essence, un lieu de débats et de construction de l’esprit critique. En ces temps dramatiques, il est essentiel que l’unité soit de mise et que la cohésion nationale, appelée de ses vœux par le Président de la République, soit pour tous une invitation à éviter amalgames et raccourcis inutiles.

 

Voici une transcription des propos tenus :

« Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages », a déclaré le ministre sur Europe 1, jeudi 22 octobre. Et, plus tard dans la même journée, lors d’une audition organisée « pour raisons sanitaires » (sic) dans l’hémicycle :

« Le sujet de la langue française et sa faible maîtrise est à l’origine de tous les mots [sic]. Je ne peux que vous donner raison. […] Tout commence par le langage, premier vecteur de non-violence, de subtilité, d’écoute » […] : « Il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commentent des dégâts sur les esprits. Et cela conduit à certains problèmes, que vous êtes en train de constater »

Source :

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/blanquer-il-y-a-des-courants-islamo-gauchistes-tres-puissants-dans-les

Pour l’entendre :

https://video-streaming.orange.fr/tv/blanquer-il-y-a-des-courants-islamo-gauchistes-tres-puissants-dans-l-enseignement-superieur-CNT000001ujwR7.html

Pour essayer de se faire une tête :

Et pour ne rien simplifier…

Le 23 septembre dernier, Veruschka Lieutenant-Duval, professeure à l’université d’Ottawa (Canada) donne un cours sur la théorie queer. La communauté gay s’est réappropriée ce terme – à l’origine insultant –  explique-t-elle à ses étudiants sur Zoom. Ce procédé porte un nom : la « resignification subversive ». Aux États-Unis la communauté noire a fait de même avec l’insulte « Nigger » ajoute l’enseignante. Elle ne le sait pas encore, mais le fait d’avoir prononcé ce terme, bien que dans un contexte pédagogique, va susciter de vives réactions. Et réveiller la querelle entre francophones et anglophones dont les références culturelles sur le racisme ou la liberté d’expression divergent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.