Une nouvelle série de liens (18 avril 2020)

Patrick Boucheron, « En quoi aujourd’hui diffère d’hier », entretien avec Joseph Confraveux du 12 avril 2020 sur Mediapart. Pour le professeur au Collège de France, méfiant vis-à-vis d’analogies historiques attendues, la situation actuelle est davantage futuriste qu’évocatrice de périodes anciennes. Mais il peut être utile de regarder le pouvoir dans l’œil de l’épidémie. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/patrick-boucheron-en-quoi-aujourd-hui-differe-d-hier?onglet=full

[…] il ne suffit pas toujours de se taire pour faire silence. L’écriture peut être son lieu, mais alors il faut y aller avec beaucoup de prévenance et de délicatesse. Oui, je travaille depuis plusieurs années sur la peste noire, et j’avais prévu d’y consacrer mon séminaire de cette année et mon cours de l’année prochaine. Il me faut encore du temps pour comprendre ce que l’actualité fait à ce projet personnel, comment elle affecte, comment il peut résister – ou pas. Une chose est certaine : il serait proprement obscène d’y voir une opportunité. Je n’imagine pas qu’un intellectuel puisse prétendre le rester en accueillant comme une bonne nouvelle une catastrophe humaine au motif qu’elle favorise ses affaires – je veux dire ses savoirs, ses convictions, ou même ses engagements.

[…] J’ai commencé – et je pense que nous devrions tous nous atteler à cet exercice – une auto-chronologie de l’épidémie, en comparant la chronique des informations disponibles avec l’histoire de ma prise de conscience réelle, en reprenant mes mails, mon agenda, ce que je projetais et imaginais faire, alors que si j’y avais vraiment réfléchi, j’aurais pu savoir que ça ne se ferait pas. Il ne s’agit pas de couper court à toute critique du pouvoir, de son impréparation ou des rythmes de ses prises de décision – elle est évidemment démocratiquement nécessaire – mais de faire aussi un travail d’auto-description sur les formes personnelles qu’a pu prendre notre déni. Évidemment, si on préfère conserver sa place dans « la guilde de ceux qui vous l’avaient bien dit », ce n’est pas une chose à faire. Mais un tel exercice critique, pour déstabilisant qu’il est, provoque des surprises émancipatrices.


Dans le Grand Entretien du vendredi 3 avril 2020 mené par Nicolas Demorand, Bruno Latour affirme (c’est le titre) : « Si on ne profite pas de cette situation incroyable pour changer, c’est gâcher une crise ». A plusieurs reprises, il souligne le caractère « indécent » de cette proposition (par exemple à la minute 11.22 « il y a quelque chose d’indécent à dire ça – mais le rôle de la pensée c’est de penser le coup d’après »). https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-03-avril-2020?fbclid=IwAR09OTa_dk950rj879IzCAhZySVSss8dKi1iI51Ermxzyvi5LYZiOvkFKGo et le lien vers le questionnaire des attachements http://www.bruno-latour.fr/fr/node/851.html


Articles fondés sur l’opposition « vie nue (zôé) / vraie vie (bios) » :


Naomi Klein explique en vidéo la stratégie du choc


François Gemenne : « Attention aux formules quasi religieuses du type : “la nature reprend ses droits” ». Ne nous réjouissons pas trop vite », dans le Nouvel Obs du 27 mars 2020 à 10h45, https://www.nouvelobs.com/notre-epoque/20200327.OBS26667/francois-gemenne-attention-aux-formules-quasi-religieuses-du-type-la-nature-reprend-ses-droits.html


Monique Pinçon Charlot était l’invitée du podcast de « Là-bas si j’y suis ». « C’est un virus de classe », dit la sociologue. C’est la première secousse d’un séisme plus profond, mais c’est aussi un rendez-vous historique. Il faut sortir de l’entre-soi et du petit marché de la contestation. La guerre qu’il faut livrer, c’est la guerre contre les riches et contre ce qu’il ne faut plus avoir peur de nommer, le capitalisme; à réécouter ici : https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/monique-pincon-charlot-ces-criminels-devront-rendre-des-comptes


L’auteur d’anticipation Alain Damasio (auteur notamment de La Horde du Contrevent et plus récemment des Furtifs) , affirme : «La police n’a pas à être le bras armé d’une incompétence sanitaire massive». Un entretien mené par Nicolas Celnik le 31 mars 2020, paru dans Libération. https://www.liberation.fr/debats/2020/03/31/alain-damasio-la-police-n-a-pas-a-etre-le-bras-arme-d-une-incompetence-sanitaire-massive_1783726


Marie Cosnay et Mathieu Potte-Bonneville, « Réfugiés, exilés : quand l’Europe s’en lave les mains », https://aoc.media/opinion/2020/03/11/migrants-coronavirus-quand-leurope-sen-lave-les-mains/


Christian Doumet (dir.), Penser avec Fukushima, Paris, Cécile Defaut, 2016.

Le mot avec est écrit en italiques parce qu’il prend ici la place d’un autre qu’on attendrait, mais qu’on doit s’interdire d’écrire, du moins tant qu’on n’a pas réfléchi à ce qu’il signifie désormais : après. L’ensemble d’événements rassemblés sous le nom de Fukushima n’a en effet pas achevé son déroulement, quoi que certaines voix intéressées essaient d’en dire, et c’est pourquoi après serait une erreur objective. Il n’y a pas, pour l’instant, d’après Fukushima, et au fond, l’alarme dont ce livre est aussi la traduction tient à ce détail sémantique d’importance majeure. Si la préposition après ne convient pas pour penser Fukushima, c’est qu’il n’y a pas d’après-Fukushima », au sens où on pourrait passer à autre chose, « dépasser » Fukushima. Pourtant, il y a bel et un bien un monde – à décrire, à critiquer, mais aussi à construire et à accompagner – à partir de cette catastrophe et sous sa lumière. C’est ce que ces textes s’efforcent de mettre en place : venus d’horizons variés (littérature, philosophie, histoire de l’art, poésie, géographie), ils s’efforcent tous de penser après Fukushima si l’on veut, dans son ombre portée, contre Fukushima évidemment (dans ses effets mortifères), mais surtout avec Fukushima, c’est-à-dire en tenant compte de Fukushima, dans la proximité sans cesse renouvelée de ses problèmes et de ses ressources, de ses paysages et de ses habitants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.