Cycle de rencontres indisciplinaires (Montréal janvier-juin 2015)

Le cycle des rencontres indisciplinaires a été organisé par Myriam Suchet en tant que titulaire de la Chaire d’études de la France contemporaine de l’Université de Montréal.

Rendues graphiques par le travail visuel de Pierre Tandille, rencontré pour l’occasion et devenu partenaire de réflexion à long cours, les 5 rencontres se sont chacune orchestrée avec la complicité d’un.e invité.e et ont mis en jeu, dans un lieu différent, un format spécifique pour envisager un objet ou une problématique invitant à penser hors-cadre.

La première, imaginée avec Pascal Nicolas-Le Strat et intitulée « Intervalles ∩ interstices ∩ battements » a eu lieu le vendredi 13 mars 2015 au Studio XX (Montréal). Avec la complicité de l’artiste visuelle Emmanuelle Jacques et des amie.e.s du Champ des possibles, nous avons mis les hypothèses théoriques en travail à l’aide d’étampes et autres cartes physiques et mentales !

Archives en ligne à l’adresse http://rencontres-indisciplinaires.pen.io/

Graphisme © Pierre Tandille

 

Suivez l’AGILAB par son Tumblr !

L’Agilab, c’est avant tout une équipe-pépinière de 20 étudiant.e.s, enseignant.e.s, chercheur.e.s, artistes et professionnel.le.s (universitaires et extra-universitaires). Nous interrogeons la pédagogie à l’aide d’objets concrets développés selon une approche agile adaptée aux Humanités.

© Pierre Tandille
© Pierre Tandille

Notre hypothèse de travail est que l’innovation consiste à faire advenir ce que nous ne sommes pas, précisément, encore en mesure de concevoir. Nous pensons en outre que la difficulté génère et stimule de l’imagination, ce qui permet d’associer la pédagogie à la recherche en combinant leurs potentiels respectifs de créativité au sein d’une UniverCité envisagée comme un collectif poly-intelligent et embrayé. Dans les termes de Bérengère, membre le l’Agilab :

« C’est un OPNI, un objet pédagogique non identifié, sans parti pris ni dogme ni postulat ; c’est une aventure où l’on fait feu de tout bois, pour imaginer dans le plaisir et le partage des nouvelles formes d’apprentissage ; bref, c’est un AGItateur un peu déjanté mais LABsolutely fabulous »

Pour en savoir plus, rendez-vous ici > http://agilab.tumblr.com/

Dis-moi les mots que tu ne dis pas… Ou comment passer de la francophonie aux françai(s) au pluriel

La question de l’hospitalité commence là : devons-nous demander à l’étranger de nous comprendre, de parler notre langue, à tous les sens de ce terme, dans toutes ses extensions possibles, avant et afin de pouvoir l’accueillir chez nous ? S’il parlait déjà notre langue, avec tout ce que cela implique, si nous partagions déjà tout ce qui se partage avec une langue, l’étranger serait-il encore un étranger et pourrait-on parler à son sujet d’asile ou d’hospitalité ?
Jacques Derrida, De l’hospitalité, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p.21

HS3_cdp_myriam_suchet

Article paru dans Cousins de personne, Nos mots dits, en ligne ici http://www.cousinsdepersonne.com/2015/03/dis-moi-les-mots-que-tu-ne-dis-pasou-comment-passer-de-la-francophonie-aux-francais-au-pluriel/

 

Présentation des posters scientifiques des étudiant.e.s du séminaire Pour un Québec indisciplinaire

Travaux en cours, recherches en vue

Mardi 8 décembre 2015
19h30 à 21h

Venez admirer les Posters scientifiques des étudiant.e.s du séminaire de Master Pour un Québec indisciplinaire, promotion 2015-2016 (FYSL11P)

Quel meilleur outil qu’une représentation graphique pour donner accès à la boite noire d’une recherche en cours ? Graphes, cartes heuristiques, arborescences, etc. : la visualisation de données permet à la fois d’exposer les résultats d’un travail plus ou moins abouti et de donner à voir sa démarche. De ce fait, il devient possible non seulement de diffuser et de valoriser plus largement un travail scientifique, mais aussi de paramétrer ou de configurer différemment son mode de fonctionnement. Les compétences à mettre en œuvre sont multiples : capacité de synthèse, mise en évidence des catégories et liens implicites, maniement des codes visuels, délinéarisation de la pensée discursive, recherche-création et souci esthétique…

Bibliothèque Gaston Miron
 – études québécoises, Bibliothèque Universitaire de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 
Campus Censier, bâtiment C, 1er étage, Salle de la Clef, 
13 rue Santeuil, 75005 Paris – 
Métro Censier-Daubenton

© Marie Régipa
© Marie Régipa

Du comparatisme différentiel à l’indiscipline. Ceci est un essai de littérature comparée

Cet article s’efforce de prolonger le dispositif participatif mis en œuvre lors du colloque Montréal comparatiste, tradition vivante afin de matérialiser notre intelligence collective à l’issue de ces deux journées intenses de réflexions. Cette approche relationnelle bouscule des normes disciplinaires pour envisager la recherche comme une forme de création résolument embrayée. Comment relier cette perspective indisciplinaire au comparatisme différentiel tel que je l’avais élaboré dans mon doctorat en cotutelle entre la France et Montréal ? Saurons-nous inventer, ensemble, des manières de comparer susceptibles d’orienter différemment nos situations contemporaines ? Post-scriptum comparatiste

http://post-scriptum.org/du-comparatisme-differentiel-a-l-236

Dans l’onde de choc

Vendredi 13 novembre 2015, des attentats ont secoué Paris – et Beyrouth. Samedi 14 au matin, les Fabriques de sociologie devaient se tenir à Saint-Denis, et se sont tenues. Résolument. Parce que notre détermination n’est pas ébranlée, au contraire, à penser ensemble et de manière embrayée. Indiscipline, recherche-action et recherche-création, sérendipité et méthodes agiles « raisonnent » plus fortement encore.

La lecture de textes hétérolingues aura permis de faire entendre chacune de nos voix – parfois brisée, toujours reprise en écho. Dans l’accueil des vulnérabilités et les frottements des différences.

Merci d’avoir partagé ce moment.

Fabriques de sociologie en images
L’hétérolinguisme entre deux carottes – Fabriques de sociologie du 14 novembre 2015 : l’UniverCité fermée, la Dionyversité/Amap nous accueille

 

A propos hétérolinguisme, je m’interroge sur les acceptions différenciées des termes suivants : ensemble, ubuntu, asabiyya  عصبية

 

 

Traduire l’hétérolinguisme en indiscipline

Capture d'écran 2015-11-09 13.46.14

Le séminaire national des Fabriques de sociologie se tiendra le 14 novembre 2015 à l’université Paris 8 Saint-Denis en salle C022.

  • 9h-9h30, accueil par Léa Laval et Sylvain Picard et présentation des outils pour alimenter l’histoire-se-faisant.

Continuer la lecture de Traduire l’hétérolinguisme en indiscipline

Lancement de la programmation scientifique 2015-2016 du Centre d’Etudes Québécoises

C’est avec un plaisir tout particulier que je vous convie au lancement de la programmation scientifique 2015-2016 du Centre d’études québécoises.

Cette soirée de recherche-création, intitulée RAISONNANCES, aura lieu jeudi 12 novembre 2015 de 19h30 à 21h, à la Bibliothèque Gaston Miron
 (Bibliothèque Universitaire du 
Campus Censier, bâtiment C, 1er étage, Salle de la Clef
13 rue Santeuil, 75005 Paris – 
Métro Censier-Daubenton).

Cette année, c’est avec la complicité de Sophie Lajoie, membre des Gummettes que nous inventerons une forme susceptible de faire résonner et raisonner les pistes scientifiques du CEQ !

Le principe du lancement scientifique est l’une des caractéristiques du Centre d’études québécoises depuis sa création en 2012. L’idée est née du désir de rendre manifeste les liens entre recherche, action et création. Ce n’est pas en solitaire ni dans une tour d’ivoire qu’on peut chercher, mais dans la friction avec le monde – et pour lui restituer, de proche en proche, les chocs que produit la pensée.

Cette soirée de recherche-création nous offrira l’occasion de se mettre en raisonnance avec Sophie Lajoie, porteuse de la formidable énergie des Gummettes.

Raisonnances, lancement CEQ

Continuer la lecture de Lancement de la programmation scientifique 2015-2016 du Centre d’Etudes Québécoises

Traduciendo el heterolingüismo en indisciplina

Conférence le 7 novembre 2015 dans le cadre de Itzultzen ari gara

http://www.tabakalera.eu/es/conferencia-por-myriam-suchet-itzultzen-ari-gara

Qui sont les Nègres blancs d’Amérique ? Savez-vous où se trouve l’Ile aux Basques ? Peut-on considérer le trajet pour s’y rendre comme une forme de traduction ? Qu’est-ce que ce micmac ? En quoi ces questions sont-elles susceptibles de modifier nos manières de penser et d’agir ?

La poétique de textes écrits dans la différence des langues invite à déployer un imaginaire hétérolingue qui envisage la traduction non plus comme un rapport, un transport ni même un pont, mais plutôt comme une manière de parler en tant qu’autre – en employant pourtant sa voix la plus singulière.

J’esquisserai à partir de ce nouvel imaginaire (paradigme ou logiciel de pensée) quelques perspectives pour une approche indisciplinaire qui refuse de séparer la recherche, l’action et la création. Le séminaire qui viendra de s’achever à Tabakalera dans le cadre du projet Itzultzen ari gara nourrira et transformera ma réflexion en relation avec vous – venez nombreuses et nombreux !

Myriam-Taba-image

Continuer la lecture de Traduciendo el heterolingüismo en indisciplina

Plateforme indisciplinaire en recherche-action-création