Lancement du CEQ 2016-2017 : indisciplines !

L’idée du lancement scientifique est née de l’envie de montrer les coulisses d’une recherche en acte, c’est-à-dire en création, pour la faire circuler au-delà du cercle des spécialistes. Pour cette année universitaire sous le signe de l’indiscipline, les circassiens Claudel Doucet et Emile Pineault relèvent le défi d’inventer une forme périlleuse de recherche-action-création.
– Venez en famille, venez avec des amies et des amis : la recherche peut être une fête joyeuse aussi bien que risquée – à partager sans modération !

Diplômée de l’École Nationale de Cirque de Montréal en 2004, Claudel Doucet fut entre autre princesse aérienne pour le Cirque du Soleil en terres nippones, pris part à de nombreux projets de cabarets en Allemagne (GOP Variétes, Chämaleon) et tourna avec le Cirque Monti en Suisse. Elle collabore aussi avec Les 7 doigts de la main (Projet Fibonacci, Amuse), le chorégraphe Pierre-Paul Savoie et le Cirque Éloize. Intéressée par toutes les formes que peut prendre le cirque, elle enseigne au Patravadi Theater de Bangkok, joue ses numéros tantôt sous les chapiteaux brûlants du Cirque National Égyptien, tantôt sur les scènes légendaires de l’Opéra de Sydney ou de la Place-des-Arts de Montréal. Forte de ses multiples et diverses expériences de scène, elle désire maintenant pousser de l’avant un projet de création qui lui ressemble en créant la compagnie du Poivre Rose.

Emile Pineault est entré à l’École de cirque de Québec depuis l’âge de 4 ans. Au fil des années et des complicités, il a bâti un style personnel des portés acrobatiques, mêlant le main à main, les jeux icariens, lu théâtre et la danse mais aussi d’autres disciplines comme la banquine, la barre russe, l’acrobatie au sol, etc. Sa démarche se nourrit de réel, d’amitié, de confiance. Il fait le choix de miser sur la prise de risque et la notion de danger plutôt que de chercher à tout contrôler. A la perfection, il préfère laisser place à l’erreur, à la surprise, à la sueur, à l’humain. Au jeu.

A retrouver en images grâce à Adèle Godefroy, par ici.

capture-decran-2016-10-14-09-49-42

capture-decran-2016-10-14-09-50-02capture-decran-2016-10-14-09-49-54© Adèle Godefroy

 

La malette Agilabil : premiers aperçus !

Envisagé comme une pépinière, un laboratoire agile, l’AGILABIL est avant tout une équipe formée de membres aux statuts et aux (in)compétences diverses et complémentaires, d’âges différents et de situations variées : enseignantes et enseignants-chercheurs, étudiantes-chercheurs, artistes et artistes-étudiants, professionnels de l’Université et d’ailleurs. Nous sommes : Cécile Bally, Bérangère Baucher, Alix Chouiha, Auguste Djagouri, Adèle Fouchier, Juliette Fournis, Adèle Godefroy, Stéphanie Grenier, Éva Guerda, Danièle Leclair, Hyacinthe Lesecq, Dorothée Lintner, Maud Perez-Simon, Maiwenn Raoul, Margaux Ribeaucourt, Sonia Samini, Myriam Suchet, Pierre Tandille, Emma Tricard et Samuel Tronçon.

Au lieu de présupposer les problèmes et les solutions, il s’agit de se doter d’outils (souvent très matériels d’où la constitution d’une mallette) pour favoriser une réflexion participative en matière de pédagogie. Ce fonctionnement s’inspire du protocole « Agile » (http://www.agilemanifesto.org/iso/fr/) développé par les informaticiens et qui consiste à travailler pas à pas en interaction et adaptation constante au lieu de poser en amont un cahier des charges fixe, protocole ici adapté dans le cadre des Humanités et pour l’Université. Régulièrement réunis tout au long de l’année universitaire 2015-2016, nous avons « incubé » plus intensément lors de deux séjours de recherche-développement dans un cadre propice aux expérimentations intellectuelles : l’oecocentre de Villarceaux (Vexin, 21-22 novembre 2015 et 30-31 janvier 2016). La mise en place de différents ateliers (consignes et attentes, recherche en bibliothèque, défis et fonctionnement en équipe, gestion du stress, rapports texte/image, imaginaire de l’Université idéale, etc.), animés alternativement par les différents membres d’une équipe, l’alternance de temps de théorisation et de pratique ont permis de constituer un collectif dynamique et de questionner nos pédagogies en recourant à des outils et à des dispositifs multiples : photographiques, vidéos, numériques, corporels, matériels…

Notre hypothèse de travail consistait à penser que l’innovation consiste à faire advenir ce que nous ne sommes pas, précisément, encore en mesure de concevoir. Nous pensons en outre que la difficulté génère et stimule de l’imagination, ce qui permet d’associer la pédagogie à la recherche en combinant leurs potentiels respectifs de créativité au sein d’une UniverCité envisagée comme un collectif poly-intelligent et embrayé.

Dans le sillage de cette année de travail, la constitution d’une malette permet de prolonger l’expérience. Cette malette s’inspire moins des kits didactiques disponibles dans le commerce que des « ouvroirs d’esprit » inventés par Robert Filliou dans le mouvement Fluxus avec pour devise : « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ». En termes de pédagogie, cela revient à susciter du désir et des situations : l’enjeu n’est pas tant de s’interroger sur la manière de transmettre des contenus de savoirs que de se demander, ensemble ici et maintenant, ce que l’Université a pour nous vocation à (nous) apprendre. Chaque objet de la malette, imaginé avec audace et fabriqué avec soin, constitue une énigme. Le collectif réuni autour de la malette a pour objectif d’activer cette énigme non pour la résoudre mais pour explorer les possibles qu’elle suscite : quelles questions, quels désaccords, quelles propositions de protocoles sont générés dans le groupe par la prise en main de cet objet ? Les boites contenant des fiches (activation et atelier) peuvent servir de relai au besoin, mais l’idée est surtout d’explorer ! agilabil-signature-mail-3

https://www.flickr.com/gp/139730296@N06/PJ2X46