Cycle de rencontres indisciplinaires (Montréal janvier-juin 2015)

Le cycle des rencontres indisciplinaires a été organisé par Myriam Suchet en tant que titulaire de la Chaire d’études de la France contemporaine de l’Université de Montréal.

Rendues graphiques par le travail visuel de Pierre Tandille, rencontré pour l’occasion et devenu partenaire de réflexion à long cours, les 5 rencontres se sont chacune orchestrée avec la complicité d’un.e invité.e et ont mis en jeu, dans un lieu différent, un format spécifique pour envisager un objet ou une problématique invitant à penser hors-cadre.

La première, imaginée avec Pascal Nicolas-Le Strat et intitulée « Intervalles ∩ interstices ∩ battements » a eu lieu le vendredi 13 mars 2015 au Studio XX (Montréal). Avec la complicité de l’artiste visuelle Emmanuelle Jacques et des amie.e.s du Champ des possibles, nous avons mis les hypothèses théoriques en travail à l’aide d’étampes et autres cartes physiques et mentales !

Archives en ligne à l’adresse http://rencontres-indisciplinaires.pen.io/

Graphisme © Pierre Tandille

 

Suivez l’AGILAB par son Tumblr !

L’Agilab, c’est avant tout une équipe-pépinière de 20 étudiant.e.s, enseignant.e.s, chercheur.e.s, artistes et professionnel.le.s (universitaires et extra-universitaires). Nous interrogeons la pédagogie à l’aide d’objets concrets développés selon une approche agile adaptée aux Humanités.

© Pierre Tandille
© Pierre Tandille

Notre hypothèse de travail est que l’innovation consiste à faire advenir ce que nous ne sommes pas, précisément, encore en mesure de concevoir. Nous pensons en outre que la difficulté génère et stimule de l’imagination, ce qui permet d’associer la pédagogie à la recherche en combinant leurs potentiels respectifs de créativité au sein d’une UniverCité envisagée comme un collectif poly-intelligent et embrayé. Dans les termes de Bérengère, membre le l’Agilab :

« C’est un OPNI, un objet pédagogique non identifié, sans parti pris ni dogme ni postulat ; c’est une aventure où l’on fait feu de tout bois, pour imaginer dans le plaisir et le partage des nouvelles formes d’apprentissage ; bref, c’est un AGItateur un peu déjanté mais LABsolutely fabulous »

Pour en savoir plus, rendez-vous ici > http://agilab.tumblr.com/

Dis-moi les mots que tu ne dis pas… Ou comment passer de la francophonie aux françai(s) au pluriel

La question de l’hospitalité commence là : devons-nous demander à l’étranger de nous comprendre, de parler notre langue, à tous les sens de ce terme, dans toutes ses extensions possibles, avant et afin de pouvoir l’accueillir chez nous ? S’il parlait déjà notre langue, avec tout ce que cela implique, si nous partagions déjà tout ce qui se partage avec une langue, l’étranger serait-il encore un étranger et pourrait-on parler à son sujet d’asile ou d’hospitalité ?
Jacques Derrida, De l’hospitalité, Paris, Calmann-Lévy, 1997, p.21

HS3_cdp_myriam_suchet

Article paru dans Cousins de personne, Nos mots dits, en ligne ici http://www.cousinsdepersonne.com/2015/03/dis-moi-les-mots-que-tu-ne-dis-pasou-comment-passer-de-la-francophonie-aux-francais-au-pluriel/

 

Présentation des posters scientifiques des étudiant.e.s du séminaire Pour un Québec indisciplinaire

Travaux en cours, recherches en vue

Mardi 8 décembre 2015
19h30 à 21h

Venez admirer les Posters scientifiques des étudiant.e.s du séminaire de Master Pour un Québec indisciplinaire, promotion 2015-2016 (FYSL11P)

Quel meilleur outil qu’une représentation graphique pour donner accès à la boite noire d’une recherche en cours ? Graphes, cartes heuristiques, arborescences, etc. : la visualisation de données permet à la fois d’exposer les résultats d’un travail plus ou moins abouti et de donner à voir sa démarche. De ce fait, il devient possible non seulement de diffuser et de valoriser plus largement un travail scientifique, mais aussi de paramétrer ou de configurer différemment son mode de fonctionnement. Les compétences à mettre en œuvre sont multiples : capacité de synthèse, mise en évidence des catégories et liens implicites, maniement des codes visuels, délinéarisation de la pensée discursive, recherche-création et souci esthétique…

Bibliothèque Gaston Miron
 – études québécoises, Bibliothèque Universitaire de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 
Campus Censier, bâtiment C, 1er étage, Salle de la Clef, 
13 rue Santeuil, 75005 Paris – 
Métro Censier-Daubenton

© Marie Régipa
© Marie Régipa