Outils pour une traduction postcoloniale. Littératures hétérolingues, Paris, Éditions des Archives Contemporaines

Myriam Suchet, Outils pour une traduction postcoloniale. Littératures hétérolingues, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, « Malfini », 2009, 270 p.

Comment peut-on écrire en plusieurs langues à la fois ? S’agit-il d’une forme de traduction ? Ou bien est-ce la traduction elle-même qu’il faut redéfinir sur ce modèle de mise en rapport des langues ? Comme un palimpseste, un texte écrit simultanément en différentes langues présente une superposition de strates. Son archéologie exige l’élaboration d’une boîte à outils appropriée, distincte aussi bien de celle du stylisticien obnubilé par l’écart que de celle du linguiste focalisé sur le système. Cet ouvrage s’efforce d’outiller la réflexion sur les stratégies discursives des littératures hétérolingues et de leurs traductions. Le « tournant postcolonial » qui marque les sciences humaines invite à questionner des notions aussi bien établies que celles de langue maternelle, d’appropriation linguistique, d’équivalence et de fidélité. L’analyse de détail porte sur quatre oeuvres : Die Niemandsrose de Paul Celan, Juan sin Tierra de Juan Goytisolo, Traduit de la Nuit de Jean-Joseph Rabearivelo et Sozaboy de Ken Saro-Wiwa ainsi que sur leurs versions françaises, anglaises, espagnoles et allemandes.

La série « Malfini », dirigée par Cécile Van den Avenne, propose des ouvrages qui interrogent la complexité des textes dits francophones, écrits « En présence de toutes les langues du monde ».

Lancement 2014-2015 du CEQ, avec Marcelle Hudon

 

Quelle plus belle rencontre – et moins fortuite que celle d’une machine à coudre et d’un parapluie – que celle du Centre d’études québécoises avec Marcelle Hudon ?

La recherche indisciplinaire du CEQ ne pouvait que mener à découvrir l’univers de cette artiste inclassable, qui allie l’art de la marionnette au théâtre d’ombres, le mime au masque, et… nous n’en dirons pas davantage : venez voir !!!

Collaboratrice à la scénographie : Gabrielle Desjean.

Vous découvrirez à l’occasion de cette soirée exceptionnelle l’ensemble de la programmation du CEQ pour l’année 2014-2015.

A retrouver en images ici, © Adèle Godefroy

et en captation vidéo par là.

marcelleadele