La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian

 

La Pensée en marche, première édition exploratoire : éprouver les notions postcoloniales au regard de l’exposition Indian Highway.

Capture d'écran 2016-05-02 16.17.52

Brève histoire d’une idée (Myriam Suchet)

Le contexte initial

L’exposition Indian Higway qui s’est tenue au macLyon du 24 février au 31 juillet 2011 invitait à interroger des notions complexes et souvent mal différenciées telles que métissage, mélange, mixité, hybridité, diversité, créolisation… Le débat terminologique, souvent confiné à la querelle de spécialistes, intéresse le grand public. Dans un contexte sociopolitique où les « replis communautaires » répondent aux « débats sur l’identité nationale », il nous a semblé essentiel de questionner ces termes en regard de la réalité des pratiques et de la matérialité des formes artistiques. L’exposition Indian Highway constituait une occasion privilégiée de mettre en cause nos représentations identitaires en mettant des mots sur des œuvres et des artefacts – et en dévoilant, en retour, les images qui habitent nos mots. C’est dans ce contexte que le MacLyon a fait appel au Centre d’Etudes et de Recherches Comparées sur la Création (Cercc).

Un format de pensée-pratique

J’ai inventé La Pensée en marche pour faire sortir la recherche de l’institution universitaire et dynamiser la réflexion théorique par l’analyse des œuvres et le débat avec le grand public. Pour le musée, il s’agit d’offrir un mode de visite inédit, qui prend appui sur le travail des artistes et l’articule aux avancées de la recherche pour susciter une réflexion critique. Le format consiste à faire intervenir des chercheuses et des chercheurs venus de différentes disciplines dans les espaces d’exposition du musée, en présence d’un/e médiatrice/médiateur qui facilite les échanges avec le public. Invitée au musée, la pensée universitaire ne disserte plus sur un objet d’étude mais avec lui. Chaque intervention frotte les concepts aux œuvres, déstabilisant aussi bien la spéculation des chercheurs que l’horizon d’attente des visiteurs. Cette déstabilisation réciproque nourrit des échanges à la suite de chaque intervention, limitée à une durée maximale de dix minutes. Une réflexion d’ensemble se construit chemin faisant, en passant d’œuvre en œuvre et d’intervention en débat. Le verbe « marcher » s’entend donc dans un double sens : il s’agit, d’une part, d’arpenter les salles de l’exposition et, d’autre part, de faire fonctionner la pensée.

Continuer la lecture de La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian