Archives de catégorie : Non classé

Comment penser entre les deux tours des élections présidentielles en France (et en état d’urgence) ?

Ce carnet de recherche n’a pas vocation de tribune politique –  mais il me semble impensable de ne pas prendre acte de la situation à partir de laquelle nous nous efforçons de penser.
Voici quelques initiatives peut-être à rejoindre, relayer, compléter :
Lancé le 1er mai 2016, l’Appel des 100 « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est un appel signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme, Front de gauche, …)
(L’Humanité, Lundi, 18 Janvier, 2016)

Chloé Lavalette et Pablo Pillaud-Vivien sont initiateurs d’un appel collectif Pour une veille artistique et citoyenne

à suivre, compléter, penser-agir mieux…

La Pensée coulisse autour des « Paratonnerres » de Marc-Antoine Cyr.

Jeudi 16 mars 2017, de 17h à 19h au Tarmac, scène internationale francophone.

Résolument indisciplinaire, « La Pensée coulisse » associe grands et petits publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie – en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ?

C’est par les oreilles que nous entrerons dans Les Paratonnerres : qu’entendons-nous dans cette pièce, et que nous dit le langage de ses bruits ? Peut-on mettre en scène une ville – Beyrouth, en l’occurrence – sans la matérialiser autrement qu’en nous plongeant dans ses sonorités ? Quelle représentation nous en faisons-nous alors ? Et vous, si vous deviez n’emporter qu’un seul son dans vos bagages avant de partir très loin, lequel choisiriez-vous ?

Monica Fantini, créatrice sonore à RFI, cofondatrice de l’Atelier du Bruit et co-auteur d’ecouterparis.net, nous invitera à explorer les sons du monde. Depuis octobre 2016, Monica Fantini est aussi à l’origine du projet européen Ecouter le monde qui donnera naissance à une plateforme internet composée d’une sonothèque mondiale et de pièces sonores inédites pour découvrir la richesse des cultures à travers les sons. Écouter le monde invite le grand public à leur prêter une attention toute en sensibilité.

Michel Tabet, chercheur en anthropologie sociale et audiovisuelle, associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), spécialiste du Liban et du monde arabe, discutera avec nous de la représentation de Beyrouth par le son et par l’image.

Valérie Cachard, auteure, dramaturge et aussi guide de Marc-Antoine Cyr pendant son séjour à Beyrouth où elle est retournée vivre après avoir séjourné en Angola, nous accompagnera dans cette nouvelle aventure.

Rencontre organisée par Myriam Suchet, directrice du Centre d’études québécoises, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_e-la-pensee-coulisse/evenement-134/

« Indiscipliner la traduction » a paru !

Dans cet ouvrage, la notion de « traduction » est mise au travail et à l’épreuve des pratiques de recherche. C’est une géographie ancrée dans les rencontres, une physique fondamentalement impliquée aussi en dehors du laboratoire, une pratique artistique qui se constitue en enquête ou en banque de questions, une histoire de l’art qui explore l’abduction, une philosophie qui interpelle l’anthropologie et réciproquement… L’acte de traduire est envisagé non plus seulement comme un transport linguistique mais comme la propagation d’une idée/notion/impulsion à travers différents domaines ou milieux.

Lucia Quaquarelli et Myriam Suchet (dir.)

Écritures n°9 Presses universitaires de Nanterre

2017 – 248 pages – Format : 17×24,5 cm
isbn : 978-2-84016-265-0 – Prix : 17€
Illustrations N&B – Langue : français

http://presses.u-paris10.fr/?p=3296

Image tirée du numéro : muschi&licheni

« Vocales » : hétérolinguisme et co-création

A l’occasion de l’exposition de Céline Poulin, Marie Preston et Stéphanie Airaud (avec Esther Ferrer, Núria Güell, Adelita Husni-Bey, Leigh Ledare, Devora Neumark, Christian Nyampeta, Marie Preston, Sébastien Rémy, Till Roeskens et Cyril Verde)

deux journées d’études ont eu lieu au MacVal et au Cac Bretigny – à retrouver ici : www.cacbretigny.com/media/Vocales/CACBretigny_Vocales_DP.pdf

 

Image © Charles Mazé et Coline Sunier

Photographie © Marie Preston

 

Continuer la lecture de « Vocales » : hétérolinguisme et co-création

QUESTIONS THÉORIQUES

Agence informelle d’amis venant de disciplines diverses : philosophie politique, esthétique, sociologie, poétique, critique littéraire. Son objet consiste à travailler autour de questions qui aujourd’hui émergent spontanément, lorsque la vie nous place en situation telle que nous cherchons à penser et agir de manière à transformer nos mécanismes cognitifs habituels (interprétation, compréhension), nos processus de subjectivations critiques, la manière dont nous concevons nos formes d’émancipation. La réflexion porte donc en particulier sur l’allure de ces questions et des notions qu’elles mobilisent, ou précipitent. Sur leurs différentes méthodes de circulation (nouveaux supports, nouvelles pratiques éditoriales, diffusion…), le type de critères sous-jacents qu’elles induisent, leur mode de réception et de fixation dans une communauté : les comportements, les échanges qu’elles introduisent.

 

http://questions-theoriques.blogspot.fr/p/qui-sommes-nous.html

Aperçus d’alliances indisciplinaires

En design

En arts

En sciences humaines et sociales

En politique

Plus (beaucoup plus !) de références à découvrir et compléter dans le Pearltree participatif ici

Dans l’onde de choc

Vendredi 13 novembre 2015, des attentats ont secoué Paris – et Beyrouth. Samedi 14 au matin, les Fabriques de sociologie devaient se tenir à Saint-Denis, et se sont tenues. Résolument. Parce que notre détermination n’est pas ébranlée, au contraire, à penser ensemble et de manière embrayée. Indiscipline, recherche-action et recherche-création, sérendipité et méthodes agiles « raisonnent » plus fortement encore.

La lecture de textes hétérolingues aura permis de faire entendre chacune de nos voix – parfois brisée, toujours reprise en écho. Dans l’accueil des vulnérabilités et les frottements des différences.

Merci d’avoir partagé ce moment.

Fabriques de sociologie en images
L’hétérolinguisme entre deux carottes – Fabriques de sociologie du 14 novembre 2015 : l’UniverCité fermée, la Dionyversité/Amap nous accueille

 

A propos hétérolinguisme, je m’interroge sur les acceptions différenciées des termes suivants : ensemble, ubuntu, asabiyya  عصبية

 

 

La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian

 

La Pensée en marche, première édition exploratoire : éprouver les notions postcoloniales au regard de l’exposition Indian Highway.

Capture d'écran 2016-05-02 16.17.52

Brève histoire d’une idée (Myriam Suchet)

Le contexte initial

L’exposition Indian Higway qui s’est tenue au macLyon du 24 février au 31 juillet 2011 invitait à interroger des notions complexes et souvent mal différenciées telles que métissage, mélange, mixité, hybridité, diversité, créolisation… Le débat terminologique, souvent confiné à la querelle de spécialistes, intéresse le grand public. Dans un contexte sociopolitique où les « replis communautaires » répondent aux « débats sur l’identité nationale », il nous a semblé essentiel de questionner ces termes en regard de la réalité des pratiques et de la matérialité des formes artistiques. L’exposition Indian Highway constituait une occasion privilégiée de mettre en cause nos représentations identitaires en mettant des mots sur des œuvres et des artefacts – et en dévoilant, en retour, les images qui habitent nos mots. C’est dans ce contexte que le MacLyon a fait appel au Centre d’Etudes et de Recherches Comparées sur la Création (Cercc).

Un format de pensée-pratique

J’ai inventé La Pensée en marche pour faire sortir la recherche de l’institution universitaire et dynamiser la réflexion théorique par l’analyse des œuvres et le débat avec le grand public. Pour le musée, il s’agit d’offrir un mode de visite inédit, qui prend appui sur le travail des artistes et l’articule aux avancées de la recherche pour susciter une réflexion critique. Le format consiste à faire intervenir des chercheuses et des chercheurs venus de différentes disciplines dans les espaces d’exposition du musée, en présence d’un/e médiatrice/médiateur qui facilite les échanges avec le public. Invitée au musée, la pensée universitaire ne disserte plus sur un objet d’étude mais avec lui. Chaque intervention frotte les concepts aux œuvres, déstabilisant aussi bien la spéculation des chercheurs que l’horizon d’attente des visiteurs. Cette déstabilisation réciproque nourrit des échanges à la suite de chaque intervention, limitée à une durée maximale de dix minutes. Une réflexion d’ensemble se construit chemin faisant, en passant d’œuvre en œuvre et d’intervention en débat. Le verbe « marcher » s’entend donc dans un double sens : il s’agit, d’une part, d’arpenter les salles de l’exposition et, d’autre part, de faire fonctionner la pensée.

Continuer la lecture de La Pensée en marche, juillet 2011. Archive partagée avec Sarah Mekdjian