Tous les articles par Myriam Suchet

Revue des Sciences Sociales N° 56 – 2016 Indiscipliné.e.s

Une aventure impulsée par Eva Carpigo, Paola Delfino, Asahi Higashi, Christophe Imbert, Abril Padilla, Rachel Perrel et Patrick Ténoudji.

Ce numéro s’ouvre aux chercheur.e.s in(ter)-, pluri-, poly-, disciplinaires, « indisciplinaires » selon le mot d’Edgar Morin (2005), ou même indiscipliné.e.s, qui réfléchissent sur leur propre pratique. En continuité avec une approche critique du savoir parcellisé de la science contemporaine, il donne voix à des méthodologies et/ou sujets de recherche qui jouent avec les cloisonnements disciplinaires.

Et si l’indiscipline – comme inaptitude à obéir, à se soumettre aux règles que s’est données la communauté à laquelle on appartient -, s’accompagnait irrémédiablement d’une « discipline de soi » (Michel Foucault) ? Ce numéro incite à l’indiscipline disciplinée comme force critique, capacité de transformation, de subjectivation ou encore comme espace de liberté.

Des cartes pour mieux se perdre. Atelier indisciplinaire de marches urbaines déguidées

Du 8 juin au 11 juin à l’Unipop de Lyon

Quand tout le monde semble marcher sur la tête, pourquoi ne pas penser avec les pieds ?  Contre l’habitude du train-train urbain, mais aussi contre la « ville créative » inféodée à la productivité, nous invitons à sortir des sentiers battus en désorientant nos trajets les plus quotidiens, à l’écoute d’autres possibles…

L’atelier se déroulera en 4 temps :

  • jeudi 8 juin (18h à 20h),
  • vendredi 9 juin  (15h à 17h),
  • samedi 10 juin (17h à 21h),
  • dimanche 11 juin (14h à 19h)

Atelier animé par Sarah Mekdjian et Myriam Suchet avec Marie Moreau & Julien Vadet et Fabien Pinaroli, en association avec le CCO Villeurbanne et le Cabaret poétique de Frédérick Houdaer

Inscriptions :  Jusqu’à 10 aventurières et aventuriers, amantes de poésie urbaine et chaussés pour se perdre !  Les inscriptions se feront en personne le 8 juin,  à l’issue de la présentation au TNP.
D’ici là, vous pouvez vous renseigner davantage en écrivant à   myriam.suchet@univ-paris3.fr et/ou en lisant le descriptif complet Unipop-MekdjianSuchet-mep3.

Images © Marie Moreau : Club des explorateurs impromptus – Itinérer

Comment penser entre les deux tours des élections présidentielles en France (et en état d’urgence) ?

Ce carnet de recherche n’a pas vocation de tribune politique –  mais il me semble impensable de ne pas prendre acte de la situation à partir de laquelle nous nous efforçons de penser.
Voici quelques initiatives peut-être à rejoindre, relayer, compléter :
Lancé le 1er mai 2016, l’Appel des 100 « Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative » est un appel signé par des universitaires, des artistes, des syndicalistes, des militant-e-s associatif(ve)s et citoyen-ne-s, des élu-e-s et responsables politiques (socialistes, écologistes, communistes, Ensemble, République et socialisme, Front de gauche, …)
(L’Humanité, Lundi, 18 Janvier, 2016)

Chloé Lavalette et Pablo Pillaud-Vivien sont initiateurs d’un appel collectif Pour une veille artistique et citoyenne

à suivre, compléter, penser-agir mieux…

La Pensée coulisse autour des « Paratonnerres » de Marc-Antoine Cyr.

Jeudi 16 mars 2017, de 17h à 19h au Tarmac, scène internationale francophone.

Résolument indisciplinaire, « La Pensée coulisse » associe grands et petits publics, chercheur.e.s, artistes et autres professionnel.le.s pour explorer la part de création qui habite la recherche et réciproquement. Une pièce de théâtre ne pense pas de la même manière qu’un traité philosophique ou un manuel d’économie – en quoi leur rencontre peut-elle éveiller de nouvelles idées ?

C’est par les oreilles que nous entrerons dans Les Paratonnerres : qu’entendons-nous dans cette pièce, et que nous dit le langage de ses bruits ? Peut-on mettre en scène une ville – Beyrouth, en l’occurrence – sans la matérialiser autrement qu’en nous plongeant dans ses sonorités ? Quelle représentation nous en faisons-nous alors ? Et vous, si vous deviez n’emporter qu’un seul son dans vos bagages avant de partir très loin, lequel choisiriez-vous ?

Monica Fantini, créatrice sonore à RFI, cofondatrice de l’Atelier du Bruit et co-auteur d’ecouterparis.net, nous invitera à explorer les sons du monde. Depuis octobre 2016, Monica Fantini est aussi à l’origine du projet européen Ecouter le monde qui donnera naissance à une plateforme internet composée d’une sonothèque mondiale et de pièces sonores inédites pour découvrir la richesse des cultures à travers les sons. Écouter le monde invite le grand public à leur prêter une attention toute en sensibilité.

Michel Tabet, chercheur en anthropologie sociale et audiovisuelle, associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), spécialiste du Liban et du monde arabe, discutera avec nous de la représentation de Beyrouth par le son et par l’image.

Valérie Cachard, auteure, dramaturge et aussi guide de Marc-Antoine Cyr pendant son séjour à Beyrouth où elle est retournée vivre après avoir séjourné en Angola, nous accompagnera dans cette nouvelle aventure.

Rencontre organisée par Myriam Suchet, directrice du Centre d’études québécoises, Sorbonne Nouvelle Paris 3.

http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_e-la-pensee-coulisse/evenement-134/

« Indiscipliner la traduction » a paru !

Dans cet ouvrage, la notion de « traduction » est mise au travail et à l’épreuve des pratiques de recherche. C’est une géographie ancrée dans les rencontres, une physique fondamentalement impliquée aussi en dehors du laboratoire, une pratique artistique qui se constitue en enquête ou en banque de questions, une histoire de l’art qui explore l’abduction, une philosophie qui interpelle l’anthropologie et réciproquement… L’acte de traduire est envisagé non plus seulement comme un transport linguistique mais comme la propagation d’une idée/notion/impulsion à travers différents domaines ou milieux.

Lucia Quaquarelli et Myriam Suchet (dir.)

Écritures n°9 Presses universitaires de Nanterre

2017 – 248 pages – Format : 17×24,5 cm
isbn : 978-2-84016-265-0 – Prix : 17€
Illustrations N&B – Langue : français

http://presses.u-paris10.fr/?p=3296

Image tirée du numéro : muschi&licheni

Cirque des mots et autres cabanes où lire – jeudi 2 mars 2017

Coconception > Michel Vézina et Maxime Nadeau (Le Buvard) ainsi que leurs invité.e.s

Avec > Nicolas Le Tron (artiste invité) et les étudiant.e.s de L3 « Pour une Babel heureuse »

Format > Grand Oratorio Ubuesque Littéraire Dérimé

Dates > jeudi 2 mars 2017, de 19h30 à 21h

Lieux > Bibliothèque Gaston Miron, Salle de la Clef, BU Censier, Rue Santeuil, 75005 Paris

Propos > Vous aussi, vous avez toujours rêvé d’une bibliothèque qui serait aussi une caravane en marche, un camion de pompier et un saloon au fond des bois ? Pour cette soirée exceptionnelle, Michel Vézina et Maxime Nadeau conduiront leur fabuleuse librairie ambulante depuis les Cantons de l’Est jusqu’à Censier ! Au programme : lectures de poèmes et autres contes et romans, boniments, tours de piste et autres conférences gesticulées avec des invités encore à dévoiler.
Avec la complicité de l’artiste Nicolas Le Tron, les étudiant.e.s réaliseront des espaces inédits pour accueillir cette aventure littéraire hors normes : cabanes, piste de cirque, chapiteau et buvette !

Spectre Média, Jessica Garneau

 

« Vocales » : hétérolinguisme et co-création

A l’occasion de l’exposition de Céline Poulin, Marie Preston et Stéphanie Airaud (avec Esther Ferrer, Núria Güell, Adelita Husni-Bey, Leigh Ledare, Devora Neumark, Christian Nyampeta, Marie Preston, Sébastien Rémy, Till Roeskens et Cyril Verde)

deux journées d’études ont eu lieu au MacVal et au Cac Bretigny – à retrouver ici : www.cacbretigny.com/media/Vocales/CACBretigny_Vocales_DP.pdf

 

Image © Charles Mazé et Coline Sunier

Photographie © Marie Preston

 

Continuer la lecture de « Vocales » : hétérolinguisme et co-création

Lancement du CEQ 2016-2017 : indisciplines !

L’idée du lancement scientifique est née de l’envie de montrer les coulisses d’une recherche en acte, c’est-à-dire en création, pour la faire circuler au-delà du cercle des spécialistes. Pour cette année universitaire sous le signe de l’indiscipline, les circassiens Claudel Doucet et Emile Pineault relèvent le défi d’inventer une forme périlleuse de recherche-action-création.
– Venez en famille, venez avec des amies et des amis : la recherche peut être une fête joyeuse aussi bien que risquée – à partager sans modération !

Diplômée de l’École Nationale de Cirque de Montréal en 2004, Claudel Doucet fut entre autre princesse aérienne pour le Cirque du Soleil en terres nippones, pris part à de nombreux projets de cabarets en Allemagne (GOP Variétes, Chämaleon) et tourna avec le Cirque Monti en Suisse. Elle collabore aussi avec Les 7 doigts de la main (Projet Fibonacci, Amuse), le chorégraphe Pierre-Paul Savoie et le Cirque Éloize. Intéressée par toutes les formes que peut prendre le cirque, elle enseigne au Patravadi Theater de Bangkok, joue ses numéros tantôt sous les chapiteaux brûlants du Cirque National Égyptien, tantôt sur les scènes légendaires de l’Opéra de Sydney ou de la Place-des-Arts de Montréal. Forte de ses multiples et diverses expériences de scène, elle désire maintenant pousser de l’avant un projet de création qui lui ressemble en créant la compagnie du Poivre Rose.

Emile Pineault est entré à l’École de cirque de Québec depuis l’âge de 4 ans. Au fil des années et des complicités, il a bâti un style personnel des portés acrobatiques, mêlant le main à main, les jeux icariens, lu théâtre et la danse mais aussi d’autres disciplines comme la banquine, la barre russe, l’acrobatie au sol, etc. Sa démarche se nourrit de réel, d’amitié, de confiance. Il fait le choix de miser sur la prise de risque et la notion de danger plutôt que de chercher à tout contrôler. A la perfection, il préfère laisser place à l’erreur, à la surprise, à la sueur, à l’humain. Au jeu.

A retrouver en images grâce à Adèle Godefroy, par ici.

capture-decran-2016-10-14-09-49-42

capture-decran-2016-10-14-09-50-02capture-decran-2016-10-14-09-49-54© Adèle Godefroy

 

La malette Agilabil : premiers aperçus !

Envisagé comme une pépinière, un laboratoire agile, l’AGILABIL est avant tout une équipe formée de membres aux statuts et aux (in)compétences diverses et complémentaires, d’âges différents et de situations variées : enseignantes et enseignants-chercheurs, étudiantes-chercheurs, artistes et artistes-étudiants, professionnels de l’Université et d’ailleurs. Nous sommes : Cécile Bally, Bérangère Baucher, Alix Chouiha, Auguste Djagouri, Adèle Fouchier, Juliette Fournis, Adèle Godefroy, Stéphanie Grenier, Éva Guerda, Danièle Leclair, Hyacinthe Lesecq, Dorothée Lintner, Maud Perez-Simon, Maiwenn Raoul, Margaux Ribeaucourt, Sonia Samini, Myriam Suchet, Pierre Tandille, Emma Tricard et Samuel Tronçon.

Au lieu de présupposer les problèmes et les solutions, il s’agit de se doter d’outils (souvent très matériels d’où la constitution d’une mallette) pour favoriser une réflexion participative en matière de pédagogie. Ce fonctionnement s’inspire du protocole « Agile » (http://www.agilemanifesto.org/iso/fr/) développé par les informaticiens et qui consiste à travailler pas à pas en interaction et adaptation constante au lieu de poser en amont un cahier des charges fixe, protocole ici adapté dans le cadre des Humanités et pour l’Université. Régulièrement réunis tout au long de l’année universitaire 2015-2016, nous avons « incubé » plus intensément lors de deux séjours de recherche-développement dans un cadre propice aux expérimentations intellectuelles : l’oecocentre de Villarceaux (Vexin, 21-22 novembre 2015 et 30-31 janvier 2016). La mise en place de différents ateliers (consignes et attentes, recherche en bibliothèque, défis et fonctionnement en équipe, gestion du stress, rapports texte/image, imaginaire de l’Université idéale, etc.), animés alternativement par les différents membres d’une équipe, l’alternance de temps de théorisation et de pratique ont permis de constituer un collectif dynamique et de questionner nos pédagogies en recourant à des outils et à des dispositifs multiples : photographiques, vidéos, numériques, corporels, matériels…

Notre hypothèse de travail consistait à penser que l’innovation consiste à faire advenir ce que nous ne sommes pas, précisément, encore en mesure de concevoir. Nous pensons en outre que la difficulté génère et stimule de l’imagination, ce qui permet d’associer la pédagogie à la recherche en combinant leurs potentiels respectifs de créativité au sein d’une UniverCité envisagée comme un collectif poly-intelligent et embrayé.

Dans le sillage de cette année de travail, la constitution d’une malette permet de prolonger l’expérience. Cette malette s’inspire moins des kits didactiques disponibles dans le commerce que des « ouvroirs d’esprit » inventés par Robert Filliou dans le mouvement Fluxus avec pour devise : « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ». En termes de pédagogie, cela revient à susciter du désir et des situations : l’enjeu n’est pas tant de s’interroger sur la manière de transmettre des contenus de savoirs que de se demander, ensemble ici et maintenant, ce que l’Université a pour nous vocation à (nous) apprendre. Chaque objet de la malette, imaginé avec audace et fabriqué avec soin, constitue une énigme. Le collectif réuni autour de la malette a pour objectif d’activer cette énigme non pour la résoudre mais pour explorer les possibles qu’elle suscite : quelles questions, quels désaccords, quelles propositions de protocoles sont générés dans le groupe par la prise en main de cet objet ? Les boites contenant des fiches (activation et atelier) peuvent servir de relai au besoin, mais l’idée est surtout d’explorer ! agilabil-signature-mail-3

https://www.flickr.com/gp/139730296@N06/PJ2X46